Home Economie Commerce en ligne au Burkina : Une activité croissante avec des risques...

Commerce en ligne au Burkina : Une activité croissante avec des risques d’arnaque

0
African American Hands Shopping In Online Ecommerce Store

L’évolution des Nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) a favorisé la création et le développement du commerce en ligne dans le monde. Aujourd’hui, au Burkina Faso, plusieurs personnes créent des comptes ou des plateformes sur lesquels, elles proposent des produits à d’éventuels clients. Ce domaine est de plus en plus prisé par les commerçants et les clients. Pourquoi les gens préfèrent-ils faire du commerce ou de l’achat en ligne ? Pour comprendre les raisons, le 10 avril 2022, Libreinfo.net est allé à la rencontre de certains commerçants et clients. 

Par Rama Diallo 

Autour de 10h 30mn, nous arrivons au marché de Nabi yaar, un marché de la ville de Ouagadougou. Là nous rencontrons Safoura Kiemdé, spécialisée dans la vente des vêtements de femmes. La commerçante dit qu’elle a commencé la vente en ligne il y a environ deux ans. 

Cela, parce que tous ses voisins exposent leurs marchandises sur les réseaux sociaux et elle a constaté que ces derniers font de bons chiffres d’affaires. 

Depuis que madame Kiemdé a débuté son commerce en ligne, elle s’en sort mieux. « Grâce au commerce en ligne, par jour, je peux vendre dix à vingt robes. De même pour les chaussures. Avant j’avais du mal à vendre même dix robes par jour», explique notre interlocutrice. 

Elle déplore cependant l’attitude de certaines clientes qu’elle  a traité de «malhonnêtes». Selon ses dires, il y a eu des moments où elle a été victime d’arnaque.

« Quand je mets mes marchandises sur mes profils Facebook et WhatsApp, des connaissances ou même des inconnus m’appellent pour commander. Lorsque je vais livrer la marchandise, certaines refusent de payer en  me donnant de faux rendez-vous. Maintenant j’exige l’argent avant d’envoyer la commande», précise Safoura Kiemdé.

Après Nabi yaar, nous prenons la  direction de Karpala. Dans ce quartier de la ville de Ouagadougou, se trouve Salifou Tougma, un jeune homme qui fait de la vente en ligne. 

Il vend les ordinateurs et les télévisions France au revoir. Il stocke sa  marchandise chez lui à la maison et il travaille avec des collaborateurs. Il poste ses ordinateurs et télévision sur les réseaux sociaux. 

Les clients l’appellent, ils discutent et après avoir conclu le marché, il va remettre la marchandise achetée. Grâce à cette activité, M. Tougma arrive à subvenir à ses besoins. 

Salifou Tougma a opté pour le commerce en ligne parce que, selon lui, la grande majorité de la population utilise les réseaux sociaux. Donc il a  plus de chance de pouvoir montrer ses produits à un grand nombre de personnes.  Ce qui lui permet d’accroître sa clientèle.

Cependant, le commerçant déplore la «malhonnêteté» et le manque de sérieux de certains clients.  Aussi, le jeune homme raconte que certains clients affichent une méfiance dès la première approche car certains ont déjà  fait des achats en ligne chez des personnes mal intentionnées. 

Aïcha Kombasseré aime faire des achats en ligne. Pour elle, c’est un système moins fatiguant. Il suffit de commander le produit et le commerçant vient le livrer.

Ce qui, d’après elle, lui permet de gagner en temps. Elle dit remercier le bon Dieu du fait qu’elle ne soit pas encore victime d’arnaque ou de malhonnêteté. 

« Cela fait deux ans maintenant que  je fais des achats en ligne. J’ai toujours reçu mes produits. Au mois de mars, j’ai acheté un sac à main en ligne. La vendeuse me l’a envoyé sans difficulté», explique madame Kombasseré.

Contrairement à Aïcha Kombasseré, Safiatou Koura a été victime d’arnaque sur Facebook au mois de janvier. Cette situation a créé un déséquilibre dans son foyer.

« En janvier, j’ai commandé  des chaussures et des mèches au Ghana. Le vendeur devait me livrer la marchandise à travers une compagnie de transport. J’ai transféré l’argent et jusque-là, je n’ai pas encore reçu ma commande. Mon mari s’est fâché à cause de cette situation», indique la victime.  Avant cette situation déplorable, elle faisait l’achat en ligne sans aucune difficulté. 

Le commerce en ligne facilite beaucoup de choses aujourd’hui. Le client n’a plus besoin de se déplacer pour acheter quelque chose. Le commerçant n’a pas forcément besoin d’avoir un magasin.

Il peut rester chez lui et proposer ces services à travers les réseaux sociaux. Cependant, il est important d’avoir un esprit de discernement dans le choix des boutiques en ligne.

www.libreinfo.net 

SENS Appel à contribution militante et population

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
30 ⁄ 10 =