Home Non classé Conseil des ministres : Le gouvernement pour le report des élections municipales en...

Conseil des ministres : Le gouvernement pour le report des élections municipales en mai 2022

élections municipales
Ousséni Tamboura, ministre de la communication, porte parole du gouvernement

Le Conseil des ministres s’est tenu le mercredi 3 mars 2021 à Ouagadougou sous la présidence de Roch Kaboré. Le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Ousséni Tamboura, et son collègue en charge des Transports, Vincent Dabilgou, ont fait le point des travaux du Conseil. Les échanges ont porté entre autres sur les questions de la prorogation des élections municipales, du renforcement de la mobilité urbaine et de la négociation avec les terroristes.

Par Tatiana Kaboré, Stagiaire

Les élections municipales n’auront pas lieu en mai 2021 mais en mai 2022. Ousséni Tamboura, porte-parole du gouvernement a annoncé que le Conseil des ministres a autorisé le projet de loi portant prorogation du mandat des conseillers municipaux et régionaux d’un an. Selon le ministre, ce projet de loi « vise à demander à l’Assemblée nationale la prorogation du mandat des élus locaux municipaux et régionaux pour un an, de sorte à pouvoir reporter les élections municipales au mois de mai 2022, et de pouvoir conduire dans une dynamique de discussions, dans le cadre du dialogue politique avec tous les acteurs. Une réforme législative et un certain nombre de réformes » a-t-il laissé entendre. Cette loi sera donc soumise dans les prochains jours à l’Assemblée nationale pour adoption.

Pour Ousséni Tamboura, ces réformes pourraient concerner le code électoral et le code général des collectivités territoriales.

Plusieurs autres sujets ont été débattus à ce Conseil des ministres, notamment l’affaire « sur la négociation avec les terroristes » relayée par le journal d’investigation l’Evènement. « Je ne peux pas confirmer ou infirmer l’information parce que le journaliste à sa source. Mais le plus important est que le gouvernement du Burkina Faso n’a pas entamé des négociations avec les groupes terroristes », a-t-il expliqué. Mais « Nous avons relevé et constaté que dans les zones impactées par l’insécurité, une prise de conscience d’un certain nombre de leaders d’opinion, qu’il fallait lancer un appel à l’endroit des Burkinabè qui s’étaient enrôlés dans les groupes terroristes de quitter et de rejoindre leur pays. Le gouvernement a encouragé cette attitude qui est un autre pan de la lutte. ». A-t-il ajouté.

En outre dans le souci d’améliorer la mobilité urbaine dans la capitale burkinabè, le ministre en charge des transports, Vincent Dabilgou a, pour sa part, donner les détails sur l’arrivée prochaine de 330 bus. 230 seront consacrés au transport en commun et les 100 autres aux locations. M. Dabilgou a expliqué que cette initiative s’inscrit dans le cadre du projet dénommé « projet Grand Ouaga » qui permettra d’aménager des infrastructures de voirie de la capitale afin d’accroître l’offre en matière de transport en commun, et aussi de faciliter la mobilité urbaine. Une opération de sensibilisation sera lancée pour emmener les Burkinabè à adopter ce nouveau concept.

Pour rappel, le Premier ministre dans sa Déclaration de politique générale le jeudi 4 février 2021 à l’Assemblée nationale, avait fait cas d’un probable report des élections municipales.

www.libreinfo.net