Home A la une Coopération sino-burkinabè:quel type de relations profitables aux deux pays ?

Coopération sino-burkinabè:quel type de relations profitables aux deux pays ?

''Il faut imiter le modèle chinois, mais le faire, demande des sacrifices et une gestion transparente des affaires publiques ''Siaka Coulibaly,analyste politique burkinabè

La pandémie de covid-19 qui a mis en mal l’économie mondiale, a aussi fortement impacté les relations diplomatiques. Pour remettre sur les rails les relations sino-burkinabè post-covid-19, les deux pays ont discuté le 18 septembre 2020 à Ouagadougou des dispositions à prendre pour des relations profitables de part et d’autre. C’était au cours d’une conférence publique organisée par le Centre d’analyse politiques, économiques et sociales (CAPES) et l’ambassade de la République de Chine populaire au Burkina. Les analyses ont été fait par des experts chinois et burkinabè.

La République Populaire de Chine prône une relation mutuelle et pacifique basée sur l’union et la solidarité parce que la Chine est aussi un pays en développement.

Sa coopération se fonde sur l’égalité, la souveraineté et le principe de la non-ingérence. « Oui à la solidarité, au progrès et au développement pacifique mais non à la division et aux confits » ; « La Chine demeure toujours un pays en développement », a souligné M. Xu Fei, Conseiller politique de l’ambassade de la République de Chine Populaire au Burkina. C’est ainsi que les deux pays développeront une relation de confiance mutuelle pour offrir une communauté d’avenir partagé.

La Chine compte appuyer le Burkina Faso et l’Afrique dans la production plutôt que de produire pour eux. Pour ce faire, l’accent sera mis sur la formation et le renforcement des compétences professionnelles dans les domaines tels que la recherche, l’agriculture, la santé… « La Chine va continuer à renforcer sa coopération avec l’Afrique pour réaliser l’industrialisation et la modernisation agricole de l’Afrique »,a indiqué M. Xu Fei.

Pour un développement durable et profitable qui puisse répondre aux besoins et aux réalités du Burkina, la République populaire de Chine préconise un développement endogène dont le fondement sera l’égalité et la souveraineté. « La Chine soutiendra toujours les pays africains de chercher leurs propres voies de développement qui conviennent à leur propre civilisation », a-t-il ajouté.  

Pour les analystes burkinabè, le Burkina à son tour doit adopter une attitude de neutralité positive, c’est-à-dire, avoir des relations sélectives basées sur les intérêts et les besoins du pays.

 Après la pandémie de covid-19, pour des relations équitables et fructueuses, les analystes burkinabè pensent aussi qu’il faut miser sur la formation professionnelle des burkinabè.

Il faut qu’il « ait une assistance technologique pour apprendre à pêcher et non leur donner du poisson », a déclaré Siaka Coulibaly, analyste politique burkinabè.

Pour y parvenir le Burkina Faso doit chercher à tirer des éléments substantiels et durables dans le modèle chinois.

Le Burkina ne doit pas se limiter à un simple consommateur. Il doit être producteur-exportateur pour profiter pleinement des réductions sur les droits douaniers que lui garantit la Chine. « La Chine a fait une réduction de 97% sur les produits d’exportation en provenance du Burkina. Mais quelle quantité de produits le Burkina a pu exporter ? » s’interroge l’analyste. Pour lui, il ne s’agit pas seulement d’aller acheter les produits manufacturés en Chine et de revenir les consommer en Afrique, au Burkina Faso.

Il faut imiter le modèle chinois. Mais le faire, demande des sacrifices et une gestion transparente des affaires publiques. Les dirigeants doivent se passer de tout ce qui mine le développement des pays africains et du Burkina en particulier,a indiqué M. Coulibaly.

 Les fauteurs doivent être démis de leur fonction et sanctionnés à la hauteur de leurs actes. C’est dans cet élan que la Chine progresse. « Le modèle chinois est un système d’évaluation, de répression de la corruption impitoyable » a conclu Siaka Coulibaly.

www.libreinfo.net