Accueil Culture Covid-19 : Hommage aux icônes africaines emportées

Covid-19 : Hommage aux icônes africaines emportées

Du roi du Soukouss, au premier et unique  Président noir  d’un club européen  en passant par le célèbre saxophoniste camerounais, le monde entier pleure du fait du Covid-19. Cette pandémie partie de la Chine en décembre 2019, ne cesse d’endeuiller  les familles au quotidien. A la date du 1er avril, on comptait 860 000 personnes infectées dans 179 Pays, pour 42 000 décès dont d’illustres célébrités africaines qui ont marqué des générations de par leurs œuvres, parcours et actions. Le monde entier les pleure, tant ils ont révolutionné le monde artistique, culturel et sportif des années 70 à nos jours.

Par Abdallah Sanogo (Collaborateur)

Pape Diouf

Promu à une carrière militaire à son jeune âge comme son père, Pape débarque en terre phocéenne et bifurque. Après  des études en Science Po, il travaille à la poste puis devient journaliste à la Marseillaise d’où sa passion pour l’Olympique de Marseille (OM). Sportivement, le covid-19 crée un vide dans le football moderne ;  son légendaire charisme va nous manquer sur les plateaux de télé.

Pape, c’est aussi la gestion des carrières des athlètes : Antoine Bell, Basile Boli, Abedi Pelé, Georges Weah, Desaiily, Barthez, Gallas, Nasri, et Drogba. Il enflamme le vélodrome en une saison (2003/2004), puis devient manager (2003/2004) et Président  (2004/2009) de l’OM avec  des signatures en prime dont celle de l’international burkinabé Charles  Kaboré. En somme, il aura posé les bases de l’équipe qui sera championne de France en 2010 après  17ans.

Manu Dibango

Le célèbre saxophoniste  camerounais est le précurseur de la «world music». Il connait en 1972, un succès planétaire avec sa chanson Soul Makossa inspiré du terroir camerounais, le javanais de Douala fusionné au jazz et au funk. Depuis, l’artiste africain s’est affirmé et a retrouvé son identité. Grace à ce succès, celui qu’on appelait affectueusement « Papy Groove » est invité aux USA pour la première partie des Temptations à l’Apollo Théâtre en 1973. Il faut également l’un des premiers artistes africains à avoir joué à l’Olympia de Paris.

Aurlus Mambélé

Le roi du Soukouss fut  l’une des premières stars mondiales à mourir du Covid-19. Le natif du quartier poto-poto de Brazzaville, est une légende de la musique congolaise et dépositaire du n’dombolo. Sa musique va connaitre un franc succès dans les annees  80 et 90 avec le groupe loketo et lui permettre de sillonner l’Europe, l’Afrique, la Caraïbe et les Antilles avec plus de 10millions d’albums vendus dans le monde en 25 ans de carrière.

www.libreinfo.net