Accueil Economie Covid-19: L’UEMOA recherche plus de 5 mille milliards FCFA pour lutter contre...

Covid-19: L’UEMOA recherche plus de 5 mille milliards FCFA pour lutter contre la pandémie

Image d'illustration: le président du Faso, Roch Kaboré, avec ses homologues du Mali et du Niger

Les chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) étaient en session extraordinaire lundi 27 avril 2020. Elle s’est tenue par visioconférence. Une rencontre qui a permis de faire l’état des lieux du covid-19 dans l’espace communautaire et de proposer des solutions pour endiguer sa propagation. Il en est ressorti qu’un fonds de plus de 5 mille milliards FCFA, doit être mobilisé pour lutter contre la pandémie dans l’espace UEMOA.

Par Siébou Kansié

«L’ensemble des programmes agrégés de nos différents pays dans le cadre du plan contre la pandémie, s’élève à plus de cinq mille milliards FCFA», a laissé entendre le président Kaboré à l’issue de la conférence des chefs d’État et de gouvernement de l’espace UEMOA.

Parlant des effets économiques causés par le covid-19 dans l’espace, le président Roch Kaboré, a rassuré que des mesures ont déjà été prises au niveau de la banque centrale pour appuyer la nécessité d’avoir de la liquidité pour faire face aux financements du secteur privé et du public. «Ces mesures prises ont déjà été énoncées pour certains, notamment la possibilité pour les banques primaires de pouvoir être refinancées en liquidité par la banque centrale, afin de pouvoir assurer les financements des cours beaucoup plus intéressants», a-t-il laissé entendre.

Cependant, le président du Faso a relevé une baisse du taux de croissance de l’UEMOA qui devait être de 6,6%, et qui est estimé à ce jour à 2,7% à cause du coronavirus. «Si elle se prolonge, nous serons dans une situation de récession, donc de crise encore plus importante», ajoute le président Roch Kaboré.

Et d’alerter que si les choses restent en l’état jusqu’au mois de Juin, « nous aurons un taux d’inflation qui va évoluer jusqu’environ 2% alors qu’il était prévu qu’il soit de 1,1%».
www.libreinfo.net