Ce mardi 2 février 2021, le ministre de la santé, le Pr Charlemagne Ouédraogo accompagné de son homologue, le ministre des transports Vincent Dabilgou, ont visité plusieurs sites de prélèvements de test de covid-19. Ils ont pu visiter le site du centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédrogo, celui de l’aéroport international de Ouagadougou et le site du Centre Médical Urbain du secteur 52 de la Patte d’Oie.

Par Etienne Sanon

Au terme de cette visite qui a duré une demie journée, le Pr Charlemagne s’est dit satisfait du travail des agents de santé. Il a aussi encouragé les agents de santé qui sont à pied-d ’œuvre, pour lutter contre la propagation de la pandémie, de concert avec ceux du ministère des transports. Pour lui, c’est une collaboration « très parfaite qui a permis d’éviter certaines souffrances ».

La qualité de services en ces lieux, sera suivie de près, laisse-t-il entendre. A chaque fois qu’il y aura des insuffisances, des corrections seront apportées avec l’aide des équipes techniques, rassure le Pr Ouédraogo.

Le ministre de la santé a par ailleurs indiqué que 13 tentatives de fraude ont été détectées grâce au code QR se trouvant derrière les résultats du test covid.

Le point a été fait, et le dossier a été transmis au procureur général du Faso près le Tribunal de Grande Instance de Ouagadougou, selon des sources à libreinfo. Il incombe maintenant à la justice de décider de la peine encourue par ces présumés fraudeurs. Elle peut aller jusqu’à 36 mois de prison.

La corruption touche l’ensemble de la réponse à la covid-19

La fraude constatée sur le test covid au Burkina, n’est pas un phénomène nouveau. En fin décembre 2020, l’ONG Transparency International dans son rapport annuel 2020 sur l’indice de perception de la corruption dans le monde, a déclaré que la corruption touche l’ensemble de la réponse à la covid-19. De l’accès aux tests de dépistage, aux traitements et aux autres services de santé, ou encore de la passation de marchés publics de fournitures médicales et de la préparation générale aux situations d’urgence, toute la ligne est corrompue.

Ledit rapport indique que “même les pays qui ont obtenu les meilleurs scores à l’indice de perception de la corruption (IPC) ont dû faire face à des problèmes de corruption, notamment un manque de transparence dans les dépenses publiques en réponse à la COVID-19.”

Pour que les ressources soient effectivement distribuées à ceux qui en ont le plus besoin, et non pas détournées par des personnes corrompues, les autorités de lutte contre la corruption et les organes de surveillance doivent avoir les fonds, les ressources et l’indépendance nécessaires pour remplir leurs fonctions.

Pour lutter contre la pandémie et freiner la corruption, les gouvernements selon Transparency, doivent : renforcer les organes de surveillance ; garantir la transparence de la passation de marchés ;défendre la démocratie, promouvoir l’espace civique ; et publier les données pertinentes et veiller à garantir leur accès.

www.libreinfo.net

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
9 × 13 =