Home Société Crise humanitaire au Burkina: le SOS des ONG pour sauver les nombreux...

Crise humanitaire au Burkina: le SOS des ONG pour sauver les nombreux nouveaux déplacés

0
Crise humanitaire au Burkina

Le terrorisme monte en puissance au Burkina Faso, engendrant ainsi l’exode de beaucoup de personnes. Dans un communiqué datant du 10 mars 2022, les ONG le Conseil norvégien pour les réfugiés, Action contre la Faim, Médecins du Monde France et Oxfam, ont révélé que le pays vient d’enregistrer un nombre record de déplacés. On note plus de 160 000 nouveaux déplacés burkinabè, peut-on lire dans le communiqué.

 Par Nicolas Bazié

Plus de 160 000 Burkinabè ont dû fuir leurs localités à cause des menaces terroristes, dans le mois de janvier. « Ce bond marque la deuxième plus forte augmentation mensuelle depuis le début de la crise humanitaire dans le pays, il y a plus de trois ans », indiquent dans un communiqué, le Conseil norvégien pour les réfugiés, Action contre la Faim, Médecins du Monde France et Oxfam.

Le soucis, c’est que cette information est passée sous silence, au profit du coup d’État perpétré par le lieutenant colonel Paul Henri Damiba, le 24 janvier 2022. Un coup d’État qui a renversé le régime de Rock Kaboré.

Le communiqué indique que depuis janvier 2019, au Burkina Faso, le taux de déplacés à augmenté de 2000%. Ce qui porte à plus de 1,7 millions, le nombre de Burkinabè ayant fuit les attaques, depuis le début des attaques terroristes. Comme si cela ne suffisait pas, ils font face à de sérieux problèmes, comme l’accès à l’école et à des conditions de vie difficiles.

Ces ONG demandent aux nouvelles autorités du pays de prendre à bras le corps « l’urgence humanitaire », en plus des problèmes sécuritaires et militaires.

« Nous espérons que la nomination de l’ancien secrétaire général de la Croix-Rouge burkinabè au poste de ministre des Affaires humanitaires marquera une coopération renouvelée et solide avec tous les partenaires humanitaires », ont-elles souhaité.

« Faire circuler de gros chiffres lors de réunions de haut niveau ne signifie rien pour les personnes qui n’ont pas d’abris décents, d’eau potable, et qui ne peuvent pas nourrir leurs enfants avec trois repas par jour… », déclare Hassane Hamadou, directeur national du Conseil norvégien pour les réfugiés au Burkina Faso.

L’autre problème que les intervenants dans l’action humanitaire craignent, c’est la crise de l’Ukraine, marquée par l’invasion russe. « La crise en Ukraine est également susceptible d’avoir un impact sur la flambée des prix des céréales, aggravant une situation déjà mauvaise », a fait savoir Grégoire Brou, le directeur pays de  Action contre la Faim au Burkina Faso.

Selon lui, « on estime que 3 millions de personnes sont confrontées à l’insécurité alimentaire au Burkina Faso et ce nombre risque d’augmenter considérablement cette année pendant la période de soudure. L’heure est à la mobilisation de tous, pas au désengagement ». Hassane Hamadou de conclure que la communauté internationale a le devoir de soulager les souffrances humaines, qu’elles nous touchent de près ou de loin.

www.libreinfo.net

SENS Appel à contribution militante et population

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
22 ⁄ 2 =