Home Société Burkina: Daouda Diallo lauréat du Prix Nobel International des Défenseurs des Droits...

Burkina: Daouda Diallo lauréat du Prix Nobel International des Défenseurs des Droits Humains

0
Daouda Diallo Prix Nobel International des Défenseurs des Droits Humains
Daouda Diallo est le lauréat du Prix Nobel International des Défenseurs des Droits Humains.

Le Prix Martin Ennals ou Prix Nobel International des Défenseurs des Droits Humains (DDH), a été attribué le mercredi 12 janvier 2022 à Genève, au Burkinabè Daouda Diallo. Secrétaire général du Collectif contre l’Impunité et la Stigmatisation des Communautés (CISC), Daouda Diallo s’est illustré comme un défenseur des Droits humains au Burkina Faso, tout en réclamant la justice sur le massacre de Yirgou. La Vietnamienne Pham Doan Trang et le Bahreïni Abdul-Hadi Al-Khawaja sont les deux autres lauréats de ce prix.

Par Nicole Sawadogo, stagiaire

Trois activistes des Droits Humains sont lauréats du Prix Martin Ennals en cette année 2022. Parmi eux, le Burkinabè Daouda Diallo.

Daouda Diallo, secrétaire général du CISC œuvre pour la promotion des Droits humains en révélant des violations commises par l’Armée burkinabè et des terroristes. Il a ainsi avec son mouvement, le CISC, identifié 1000 cas d’exécutions extrajudiciaires de civils au Burkina Faso.

Etant à l’origine de la création du CISC, Daouda Diallo ne cesse de réclamer la justice sur le drame ou massacre de Yirgou, dans le centre-nord du Burkina Faso, qui a couté la vie à 49 personnes officiellement et plus de 200 civils  dénombrés par le collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés (CISC).

A lire: Yirgou : 13 personnes en examen,11 en détention et 02 en liberté provisoire (Procureur)

Pour ses œuvres en faveur des droits humains, il a dit être « souvent obligé de vivre en clandestinité », car victime de harcèlement, de vols et de menaces pour sa propre sécurité.

Pour M. Diallo, le Prix Martin Ennals est une preuve de « crédibilité » de son combat. Tout comme lui, la journaliste vietnamienne Pham Doan Trang, condamnée à neuf ans de prison et le Bahreïni Abdul-Hadi Al-Khawaja, emprisonné depuis dix ans sont également lauréats de ce prix.

La cérémonie de récompense est reportée pour le 2 juin prochain pour cause de COVID-19. Auparavant, le Prix Nobel des défenseurs des droits humains récompensait un lauréat en plus des 2 finalistes. A partir de l’année 2022, le Conseil de fondation et le jury ont décidé que trois lauréats soient primés.

Ce prix qui existe depuis une trentaine d’années, est l’initiative de dix Organisations Non Gouvernementales (ONGs) telles Amnesty International, Human Right Watch, etc. Il récompense chaque année à Genève, les défenseurs de droits humains.

A lire aussi: Justice: deux ans après, ce qu’il faut savoir du dossier Yirgou

www.libreinfo.net

SENS Appel à contribution militante et population

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
2 × 11 =