Accueil Politique De l’argent pour les partis politiques : Personne n’a refusé sa part...

De l’argent pour les partis politiques : Personne n’a refusé sa part dans la cagnotte

6 partis politiques se sont partagé un demi-million représentant la subvention de l’Etat pour l’année 2018. Cette aide financière de l’Etat à l’endroit des partis politiques a pour objectif de les soutenir dans leurs activités hors campagne électorale. La remise des chèques s’est effectuée ce mardi 29 janvier 2019.

C’est un financement accordé aux partis et formations politiques qui ont obtenu au moins 3% des suffrages exprimés aux dernières élections législatives. Les 6 partis politiques éligibles ont reçu chacun son chèque à la proportion des suffrages obtenus.
De fait, respectivement en FCFA, le Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP) reçoit 218 500 000, l’Union pour le Progrès et le Changement (UPC) gagne 129 300 000, le Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP) obtient 83 150 000, la Nouvelle Alliance du Faso (NAFA) bénéficie de 26 150 000, l’Union pour la Renaissance / Parti Sankariste (UNIR/PS) empoche 23 600 000, et l’Alliance pour la Démocratie et la Fédération-Rassemblement Démocratique Africain (ADF-RDA) boucle la boucle avec 19 300 000.

C’est au total 500 millions de FCFA représentant la subvention de l’Etat au titre de l’année 2018, pour le financement des activités politiques hors campagne électorale qui ont été dispatchés. Sont considérées comme activités hors campagne électorale et éligibles au financement public entre autres, les activités de formations politiques des membres et sympathisants des partis et formations politiques ; la couverture médiatique des évènements des partis et formations politiques ; la tenue des instances statutaires des partis et formations politiques ; l’édition et la promotion d’ouvrages sur l’idéologie politiques des partis et formations politiques.

Mais déjà, des critiques se fusent contre cette subvention qui est un droit certes, mais au moment où le pays cherche par tous les moyens de quoi doter les Forces de défense et de Sécurité (FDS) du matériel adapté à la menace terroriste de l’heure, d’aucuns trouvent cette subvention malvenue contrairement à celle de l’année 2017. Si les autres partis politiques survivent en dehors de ces subventions, c’est que le sacrifice peut être consenti ne serait-ce qu’une fois, par les bénéficiaires au profit des FDS qui meurent chaque jour presque, par insuffisance de matériel d’intervention. D’aucuns n’hésitent pas à dire que ce sont ces subventions de l’Etat pendant et après les élections qui encouragent la création anarchique des partis politiques dans le pays. Au lieu de solliciter à tout moment l’intervention de la force Barkhane, par économie et la réduction du train de vie de l’Etat, le pays peut se procurer ces matériels militaires pour intervenir en toute indépendance et avec promptitude en cas de besoin. Aucun parti politique parmi les bénéficiaires n’a remis sa part pour soutenir ‘’l’effort de guerre’’ alors que tous disent être pour le bien-être du peuple. L’on espère que les jours à venir, certains remettront leurs chèques à qui de droit pour soutenir les FDS.

Siébou Kansié
Libreinfo.net

Commenter

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
11 × 11 =