Home Société Décès de Kassoum Kambou : « Il fait partie des magistrats exemplaires en voie...

Décès de Kassoum Kambou : « Il fait partie des magistrats exemplaires en voie de disparition dans notre pays », Diakalya Traoré

0
Kassoum Kambou portrait
Kassoum Kambou, président du Conseil Constitutionnel du Burkina Faso (2015-19 février 2022).

Le samedi 19 février 2022, un communiqué de la Présidence du Faso annonçait la disparition du président du Conseil constitutionnel Kassoum Kambou. Un décès survenu des suites de maladie, après son transfert à Paris en France pour des soins intensifs. Qui était cet homme que le Burkina Faso pleure ? Portrait

Par Nicolas Bazié

Kassoum Kambou range ainsi définitivement sa toge de Magistrat, laissant derrière lui sa famille biologique et judiciaire. Souffrant depuis plusieurs semaines, c’est le 18 février 2022, qu’il a été évacué par avion médicalisé vers Paris pour être soigné selon l’Agence d’information du Burkina (AIB). C’est ce qui explique son absence le 16 février à la cérémonie de prestation de serment devant le Conseil constitutionnel, du Président du Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR), le Lieutenant-colonel Paul Henri Sandaogo Damiba, chef de l’Etat.

Le regretté était âgé de 66 ans lorsqu’il quittait ce monde. Originaire de la commune de Kampti dans la région du Sud-ouest, ce magistrat de grade exceptionnel totalise environ 39 ans d’expériences dans la magistrature. C’est en 2015 qu’il a prêté serment devant le Président de la Transition d’alors, Michel Kafando, en tant que Président du Conseil constitutionnel.

Kassoum Kambou a été membre de la Commission constitutionnelle chargée de rédiger la Constitution du 11 juin 1991 du Burkina Faso. Me Halidou Ouédraogo, actuel président de la  Convention des organisations de la société civile pour l’observation domestique des élections (CODEL), se rappelle encore de ses moments de travail avec l’homme.

C’est avec une voix pleine d’émotion qu’il nous dit ce qu’il retient du disparu : « Kambou était un travailleur, un croyant. C’était mon frère. Il savait choisir les mots et traiter les problèmes. C’était un bon garçon, un homme intègre. Quand vous êtes à côté de Kambou, vous êtes en sécurité. C’était un homme bien veillant. Il était le porte-parole des sans voix. C’était un Burkinabè de valeur ».

« Un magistrat intègre et intrépide »

Le président Kassoum Kambou a milité au sein du Syndicat des magistrats burkinabè (SMB), où il luttait pour les intérêts des acteurs judiciaires ainsi que pour le bon fonctionnement des services  administratifs et des juridictions. Juge au Tribunal de Grande Instance de Bobo Dioulasso et Secrétaire général du SMB, Diakalya Traoré a gardé de bons souvenirs du défunt.  « En tant que militant, il a été un combattant intrépide pour une justice indépendante, impartiale, utile et répondant aux aspirations du peuple burkinabè », nous-a-t-il témoigné au téléphone.

« Il a particulièrement joué un rôle inoubliable et historique, dans la résolution de la crise survenue courant année 2016 entre les magistrats et le gouvernement relativement à la signature des décrets d’application des statuts de la magistrature », se rappelle le Secrétaire général Diakalya Traoré.

« Dans la magistrature burkinabè, feu Kassoum Kambou a la réputation d’avoir été loyal, intègre, indépendant et ayant toujours traité avec professionnalisme les dossiers dont il avait la charge, tout en restant dans la rigueur de la loi. Il fait partie des magistrats exemplaires en voie de disparition dans notre pays », nous confie le Juge Traoré, avant de conclure que « sa disparition est une perte inestimable ».

Kassoum et les tribunaux

Dans sa carrière judiciaire, le juge Kambou a occupé presque toutes les fonctions. Il a été entre autres, au niveau des institutions de première instance des Cours d’appel, de la Cours de cassation, du Conseil constitutionnel. Rétrospectivement, pendant la révolution, Kassoum Kambou a siégé au niveau des Tribunaux populaires de la révolution (TPR), juridictions d’exception sous Thomas Sankara. Il y était avec Me Halidou Ouédraogo. « A cette époque-là, j’avais vu en Kassoum Kambou, un homme à la capacité extraordinaire, avec un esprit d’innovateur. Il était un homme qui a soif de justice et d’équité ».

 « Je lui ai dit : « Kambou, tu peux le faire… « »

Celui-là même que sa famille judiciaire pleure, a présidé la Commission d’enquête indépendante, mise en place en 1999, chargée de rechercher les causes de la mort du journaliste Norbert Zongo et de ses trois compagnons, assassinés le 13 décembre 1998 à Sapouy dans la province du Ziro. Un assassinat qui est survenu suite à l’affaire David Ouédraogo, le chauffeur de François Compaoré, frère cadet de l’ex-Président du Faso, Blaise Compaoré.

« Il était toujours présent quand on avait besoin de lui. Lorsqu’il a été porté à la tête de la commission d’enquête indépendante, je lui ai dit : « Kambou, tu peux le faire, vas-y ». C’était vraiment un homme de justice très courageux », témoigne Me Halidou Ouédraogo. C’est au moment où les conditions sont réunies pour juger le dossier Norbert Zongo, que Kassoum Kambou est rappelé à Dieu.

« Kambou était un homme de conviction »

Le regretté Kambou agissait au Réseau national de lutte anti-corruption (REN-LAC) pour le compte du MBDHP, le Mouvement burkinabè des droits de l’homme et des peuples dont il est membre fondateur. Le Secrétaire général du REN-LAC, Sagado Nacanabo se souvient d’un homme calme. « Je retiens de lui son calme et son sang-froid. C’était un homme de conviction », souligne M. Nacanabo qui dit l’avoir connu dans les années 1980. Pour anecdote, « à chaque occasion où on se rencontrait, je disais : « je plaide non couple » et lui, répondait invariablement : « coupable » », se remémore M. Nacanabo.

Un grand homme s’en est allé à jamais avec toutes ses qualités et ses compétences.  Il aura marqué les esprits de ceux qui l’ont côtoyé.

www.libreinfo.net

SENS Appel à contribution militante et population

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
20 × 2 =