spot_img

Burkina Faso: départ de soldats français, « la France n’a pas le choix » Marine Le Pen

Publié le : 

Publié le : 

Le 22 janvier 2023, le président français Emmanuel Macron avait dit attendre des «clarifications» de la part de son homologue burkinabè, le capitaine Ibrahim Traoré, quant au départ annoncé de soldats français du territoire burkinabè. La réponse de Ouagadougou n’a pas tardé. Lors d’un entretien à la télévision nationale (RTB) le 23 janvier, le porte-parole du gouvernement, Jean Emmanuel Ouédraogo a clairement indiqué que « le Burkina n’a pas davantage de clarification à faire». Pour Marine Le Pen, la « France n’a pas le choix ».

Par Nicolas Bazié

Le président Macron avait pourtant parlé d’une « grande confusion» dans les informations qui ont circulé sur les réseaux sociaux concernant le départ de l’armée française du territoire burkinabè.

L’affaire semblait surprendre le président français qui avait même demandé des « clarifications » aux autorités burkinabè, avant d’inviter les gens à « garder beaucoup de prudence».

Depuis que l’Agence d’information du Burkina (AIB) a levé le lièvre sur cette affaire, les autorités burkinabè n’avaient pas encore réagi. Mais, le 23 janvier, l’information est confirmée à la télévision d’Etat (RTB) par le porte-parole du gouvernement Jean Emmanuel Ouédraogo.

Comme s’il tentait de répondre au président Macron, le porte-parole du gouvernement burkinabè s’est voulu très direct: «Il n’y a pas d’autres clarifications à faire. Au stade actuel, nous ne voyons pas comment faire plus clair».

Il ne fallait pas plus, pour «donner du travail» à de nombreux internautes, qui, sur leurs claviers, saluaient cet acte «hautement historique et courageux» comme l’avait écrit l’ancien premier ministre burkinabè Yacouba Issac Zida.

En France, au sein de l’opinion, certaines personnalités trouvent que l’Etat français ne doit pas contester la décision de l’État burkinabè. C’est notamment le cas de Marine Le Pen.

Cette femme politique française du parti le Front national dans un entretien à la télévision BFM TV a reconnu que le départ est déjà acté.

« La France n’a pas le choix, elle ne peut pas se maintenir au Burkina contre l’avis du gouvernement burkinabè », a-t-elle indiqué.

L’armée française doit quitter le territoire burkinabè alors qu’il y a à peine quelques mois, les forces françaises qui étaient au Mali ont quitté définitivement le territoire sous la demande des autorités maliennes.

Pour Marine Le Pen, cela est un deuxième échec de la France. « C’est un échec total après celui du Mali» affirme-t-elle.

La députée française va même donner la cause de ces échecs: « Tout cela, c’est la conséquence à la faute originelle qui est l’intervention en Libye. Je l’ai dit à l’époque et je n’ai aucun problème à vous le dire aujourd’hui. Nous avons été le seul (parti) à le dire, vous êtes en train de commettre une erreur gravissime qui va déstabiliser l’intégralité de la région (Afrique) » a-t-elle justifié.

En octobre 2009, sous l’ancien président Blaise Compaoré, cette force connue sous le nom «Opération Sabre» s’est installée en catimini à Kamboinsin, à la sortie nord de la ville de Ouagadougou la capitale du pays.

Ce n’est qu’en 2015, soit 6 ans après que sa présence a été révélée au grand jour à travers la signature d’un accord.

C’est cet accord renouvelé en 2018 qui est décrié par les autorités actuelles du pays qui ont donné un mois à ces militaires étrangers de quitter le territoire.

Les forces spéciales françaises auront passé 14 ans en terre burkinabè, sans même le quitus du parlement français, conformément à ce que prévoit la constitution de ce pays à son article 35.

En effet, la loi déclare en substance que le gouvernement français doit d’abord prévenir le parlement de sa décision de faire intervenir les forces armées à l’étranger.

Et selon toujours la loi, cela peut donner lieu à un débat qui n’est suivi d’aucun vote. Ce qui n’a jamais été fait depuis 14 ans.

Lire aussi: Burkina Faso: que retenir de la force française Sabre? historique et «prouesses»

www.libreinfo.net

- Advertisement -

Articles de la même rubrique

Burkina : le CTNS, une structure pour ratifier les traités et accords internationaux

Le gouvernement burkinabè a adopté, le 22 mai 2024, en conseil des ministres, un décret portant création du Comité technique national de suivi de...

Bamako/Paris : Reprise possible de la délivrance de visas pour les Maliens 

Après des mois de tensions entre Paris et Bamako, un signe de détente apparaît à l'horizon. Selon le journal Africa Intelligence, la France pourrait...

Burkina: la compassion du président Ibrahim Traoré à l’Iran

Le président de la Transition au Burkina Faso, le Capitaine Ibrahim Traoré a présenté ce lundi 20 mai 2024, sa compassion à l'Iran suite...

Niger: accord trouvé pour le retrait des soldats américains

Les États-Unis et le Niger ont trouvé ce dimanche 19 mai 2024 un accord conjoint pour les procédures de retrait des soldats américains sur...

AES : Les textes fondamentaux créant la confédération finalisés

La rencontre des ministres des Affaires étrangères du Burkina Faso, du Mali et du Niger tenue à Niamey,  le vendredi 17 mai 2024,  a...
spot_img

Autres articles

Burkina : Des citoyens s’expriment sur la prolongation de la transition

Les assises nationales se sont déroulées le 25 mai 2024 à Ouagadougou et ont prolongé la transition dirigée par le Capitaine Ibrahim Traoré de...

Ouagadougou : 48 heures pour l’intégration culturelle de l’Afrique Centrale

L'association Team Canards a tenu le samedi 25 mai 2024 la 2ème édition des 48h de la culture d'Afrique Centrale à Ouagadougou. Il s'agit...

Terrorisme : « Djihad ne signifie pas tuer », Yacouba Traoré

Dans le cadre de la sensibilisation des acteurs des médias sur l’extrémisme violent, la Direction générale de la communication et des médias du ministère...

Football: le Bayer Leverkusen d’Edmond Tapsoba remporte la coupe d’Allemagne

Le Bayer Leverkusen a remporté ce samedi 25 mai 2024, la coupe d'Allemagne pour la deuxième fois de son histoire après 1993. Le Bayer...

Burkina : le capitaine Ibrahim Traoré, éligible à la présidentielle après la Transition

Le chef de l'État, le capitaine Ibrahim Traoré a signé ce 25 mai 2024, la charte de la transition modifiée. Laquelle charte prévoit la...