Home Diplomatie Diplomatie: quelle sera la ligne de défense de Mahamadou Issoufou pour le...

Diplomatie: quelle sera la ligne de défense de Mahamadou Issoufou pour le Burkina Faso devant la CEDEAO?

0
Médiateur CEDEAO Mahamadou Issoufou
Poignée de main entre le premier ministre burkinabè Albert Ouédraogo (à droite) et le médiateur de la CEDEAO Mahamadou Issoufou (à gauche)

Le médiateur de la CEDEAO pour le Burkina Faso, Mahamadou Issoufou a bouclé sa deuxième mission à Ouagadougou le samedi 2 juillet 2022. Ses deux visites des 18 juin et 1er juillet ont été ponctuées par une série de discussions, avec les différentes couches sociales du Burkina Faso, afin de parvenir à un consensus entre le pays et la CEDEAO autour du chronogramme de la Transition. Mahamadou Issoufou participe ce dimanche 3 juillet au sommet ordinaire de la CEDEAO à Accra où la situation politique du Burkina, du Mali et de la Guinée sera au cœur des débats.

Par Nicolas Bazié

C’est lui qui a été le pont entre le Burkina Faso et la CEDEAO. Nommé médiateur le 4 juin 2022, Mahamadou Issoufou a eu des séances de travail avec le Premier ministre et certains membres du gouvernement, des rencontres avec les représentants de partis politiques, des autorités religieuses, le Conseil national des jeunes, et avec une délégation de la Francophonie. A noter qu’il a été aussi reçu par le chef de l’État Paul-Henri Damiba.

Le 1er juillet dès sa descente d’avion, le médiateur de la CEDEAO a été accueilli par les autorités de la Transition. Quelques heures après, il est reçu par le premier ministre, pour parler de la durée de la Transition et de l’examen du Chronogramme électoral.

Après sa rencontre avec le chef du gouvernement, il s’est entretenu dans la soirée avec la classe politique dans un des somptueux hôtels de la capitale burkinabè. Trois sujets étaient au menu de cette rencontre: le projet de chronogramme électoral,la libération totale de Roch Kaboré et le mécanisme de suivi.

Le 2 juillet, Mahamadou Issoufou a rencontré les autorités coutumières et religieuses et le président de la Transition Paul Henri Damiba. L’objectif est resté le même : discuter de la feuille de route de la Transition.

C’est d’ailleurs ce que les membres de l’Alliance des partis et formations politiques de l’ex majorité présidentielle avaient souhaité, lors d’une conférence de presse. « Nous invitons le facilitateur de la CEDEAO à élargir sa base de discussions, afin de prendre toutes les composantes de notre pays en compte, dans le cadre de sa mission de bons offices», avaient-ils laissé entendre.

Pour tout clore, il a été reçu par le chef de l’État Paul-Henri Damiba, au palais de Kosyam, dans le quartier huppé Ouaga 2000. « A l’occasion de toutes ces rencontres, j’ai écouté avec attention et avec beaucoup d’intérêt les analyses que les uns et les autres font sur la situation très difficile que traverse le Burkina Faso », a indiqué le Médiateur de la CEDEAO.

Mahamadou Issoufou, ancien Président de la République du Niger, a pu avoir en sa possession, la feuille de route de la Transition du Burkina Faso. C’est une feuille de route qui a été le fruit d’une longue série de rencontres d’information entre le chef du gouvernement Albert Ouédraogo et certaines composantes de la société burkinabè.

Une question reste cependant toujours suspendue. Le chronogramme électoral a-t-il donc été validé et remis au facilitateur au grand dam de certains acteurs de la classe politique ? Alassane Bala Sakandé et ses camarades du pouvoir déchu avaient marqué leur désaccord, juste après la rencontre avec le premier ministre le 29 juin. Avant eux,c’était l’alliance «Ensemble pour le Faso» qui rejetait l’étude du chronogramme électoral dirigée par sept experts.

En tout cas, le facilitateur de la CEDEAO a repris son vol. Les yeux sont maintenant rivés sur le sommet ordinaire du 3 juillet. Que va décider l’institution sous-régionale à l’égard du Burkina Faso? Le pays ne souhaite pas écoper de sanctions à l’instar du Mali. Il faut rappeler que le Burkina Faso est déjà suspendu des instances de la CEDEAO.

Lire aussi : Diplomatie : Mahamadou Issoufou, un grand ami du Burkina nommé médiateur de la CEDEAO

www.libreinfo.net

SENS Appel à contribution militante et population

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
22 × 12 =