Home Société Djibo : Pour une fille de bar, il coupe la main de son...

Djibo : Pour une fille de bar, il coupe la main de son rival avec une machette

0
Djibo Rivaux Machette

Ils sont deux rivaux à convoiter la même serveuse dans un bar de Djibo dans la province du Soum. Mais leur rivalité va se terminer dans un bain de sang où un des soupirants va perdre un bras. Le correspondant de Libreinfo.net a fait le constat de cet incident. 

Par Inoussa Sankara, correspondant Soum

Ils sont âgés chacun d’une vingtaine d’années et fréquentent assidument le bar « Jeunesse » de Djibo. Il faut dire qu’avec le recul du couvre-feu de 20 heures à 22 heures, les jeunes de la ville font tout pour se « rattraper » dans les maquis. Avec l’accalmie observée ces derniers temps dans la province, les serveuses des bars qui avaient quitté la ville étaient revenues au grand bonheur des jeunes. C’est ainsi que les deux jeunes hommes se retrouvèrent au bar où ils jetèrent leur dévolu sur la même fille. Et comme un proverbe le dit, c’est celui qui a le couteau le plus tranchant qui remporte toujours  la victoire. La femme étant comparée à la peau d’un éléphant qu’une lame émoussée ne saurait trancher.

Depuis des semaines, l’un et l’autre usaient de charmes et d’espèces sonnantes et trébuchantes pour séduire la fille. Mais comme il fallait faire un choix, elle décida ce soir de partir avec l’un des deux galants.

A 21h30, les clients commencèrent à regagner leur domicile, le couvre-feu entrant en vigueur dans une trentaine de minutes. L’élu du jour attendit la fille et ils sortirent ensemble du bar. Le perdant les attendait devant le maquis et une altercation éclata entre les deux. Des gens s’interposèrent pour les séparer et les deux tourtereaux, bras dessus bras dessous, poursuivirent leur chemin vers le domicile de la fille. Située à quelques encablures du maquis, la maison de la fille est une vaste cour avec plusieurs maisonnettes à l’intérieur desquelles 3 à 4 filles partagent la même chambre pour économiser sur le loyer.

Fulminant de rage, le jeune homme que la fille n’avait pas choisi décida de les suivre discrètement puis renonça. « De toute façon, je sais où ils vont », se dit-il.

Il revient rapidement sur ses pas, enfourcha sa moto et alla chercher sa machette chez lui. Puisque son « couteau de drague » n’avait pas été tranchant en amour, sa machette allait trancher dans les deux amoureux.  Il se retrouva au domicile de la fille, se met de coté et attendit. Les éclats de rire des amoureux lui firent voir du rouge. Il serra les points et les dents. Qui des deux allait-t-il s’en prendre ?

Pendant que la question lui taraudait l’esprit, il les aperçut qui étaient enlacés au   milieu de la cour. Il sortit son couteau et la fille se réfugia derrière le garçon en hurlant.  Ce dernier ayant compris les intentions de son rival leva le bras pour se protéger et la lame de la machette lui trancha la main qui tomba par terre.

Les cris des filles alertèrent le voisinage qui ne s’empressa pas de sortir car habitué des bagarres entre les filles et leurs clients.  Un voisin raconte à Libreinfo.net , « ce sont les cris de la fille et du garçon et des autres colocataires qui nous ont réveillés. C’était déjà l’heure du couvre feu et personne ne voulait sortir ».

Sa femme plus sévère ajouta « c’est bien fait pour lui. J’avais dit à mon mari, qu’un jour il y aura malheur dans cette cour. Le garçon a eu la chance d’être toujours en vie »

Une des filles avoua qu’elle allait quitter la cour qui devient de plus en plus dangereuse avec des incidents qui se multiplient.

Lorsque le jeune réalisa la gravité de son acte, il a pris la fuite et depuis, il fait l’objet de recherches par les forces de l’ordre.

La victime, elle s’est retrouvée en soins depuis le 25 mai au centre médical de Djibo. Malheureusement, il a perdu une main dans cette mésaventure.

www.libreinfo.net

SENS Appel à contribution militante et population

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
15 + 5 =