Home A la une Economie : la ZLECAF, un « vaste marché de 1,3 milliard de personnes »expliqué aux...

Economie : la ZLECAF, un « vaste marché de 1,3 milliard de personnes »expliqué aux burkinabè à l’université joseph Ki Zerbo

ZLECAF, Harouna Kabore,Burkina,Economie
Mahamadou Diarra président du CERIEA à gauche et Harouna Kaboré Ministre du commerce à droite

Le Centre d’Etudes et de Recherche sur l’Intégration Economique en Afrique (CERIEA) a organisé ce jeudi 21 janvier 2021, une conférence publique sur la ZLECAF. Elle s’est tenue à l’université Joseph Ki Zerbo de Ouagadougou sous le thème : « la ZLECAF, nouvelles opportunités et nouveaux défis pour les pays de l’UEMOA ». Selon Mahamadou Diarra, président du CERIEA sa tenue répond à un besoin de présenter la ZLECAF au public.

Par Etienne Sanon

Selon le président du CERIEA, les thèmes principalement abordés permettront à l’ensemble des participants de comprendre les fondements de la ZLECAF. Mahamadou Diarra a expliqué que son centre a :« pour objectif fondamental de promouvoir, de retraiter et de divulguer l’information économique au profit du citoyen lambda. ».

Il soutient également que l’état des lieux sur les échanges intra-africain et des propositions de solutions pour booster le commerce intra-africain seront fait durant ladite conférence.

Harouna Kaboré, ministre de l’industrie, du commerce et de l’artisanat, lui, affirme que « La ZLECAF, offre l’opportunité aux entreprises du Burkina Faso et de l’UEMOA en général de conquérir de nouveaux marchés et construire de nouveaux partenariats ».

Le ministre de l’industrie, du commerce et de l’artisanat, par ailleurs parrain de la conférence publique, assure que c’est un « vaste marché de 1,3 milliard de personnes ». Pour ce fait, il informe qu’un comité national ZLECAF « travail sur l’ensemble des préoccupations à prendre en compte pour que notre pays puisse profiter de ce vaste marché ».

A cet effet, « une stratégie nationale ZLECAF est en train d’être élaborée et sera disponible durant le premier semestre de l’année en cours », foi du ministre de l’industrie, du commerce et de l’artisanat.

Il rappelle qu’« Elle est un instrument de fédération des économies de 54 Etats africains dans une zone de libre-échange panafricaine, avec un produit intérieur brut (PIB) combiné d’environ 2500milliards de dollar, qualifié d’espace commercial le plus vaste en termes de pays signataire de l’accord ».

Selon Harouna Kaboré, cette opportunité peut être une réalité pour peu que « les acteurs concernés prennent la mesure des avantages et défis que présente cet accord ». Un accord qui est officiellement entré en vigueur le 1er janvier 2021.

Il soutient qu’à ce jour, « l’accord sur la ZLECAF compte 54 pays signataires et 34 Etats-membres qui l’ont ratifié et déposé les instruments de ratification ».

www.libreinfo.net