Home A la une Entre retour de Yacouba Isaac Zida et réconciliation, le MPS rejoint la...

Entre retour de Yacouba Isaac Zida et réconciliation, le MPS rejoint la majorité présidentielle

acouba Isaac Zida
Yacouba Isaac Zida, président d'honneur du MPS, en exil au Canada depuis 2016

Le Mouvement patriotique pour le salut (MPS) a annoncé ce jeudi 4 mars 2021, son adhésion à l’Alliance des partis de la majorité présidentielle (APMP). L’annonce a été faite par le président du parti, le Pr Augustin Loada sur la page Facebook du parti.

Par Etienne Doly, stagiaire

Depuis l’investiture du Président du Faso, les partis politiques burkinabè continuent de clarifier leur position sur la scène politique. Le Mouvement Patriotique pour le Salut (MPS), qui a présenté la candidature de l’ancien Chef de l’État et premier ministre sous la transition, Yacouba Isaac Zida  à la présidentielle du 22 novembre 2020, a choisi de s’allier à la majorité présidentielle.

Pour le président du parti, cette alliance vise à favoriser le retour de son président d’honneur, Yacouba Isaac Zida en exil au Canada depuis 2016. Ce choix du parti va garantir sa participation effective au processus de réconciliation nationale et la consolidation de la démocratie, foi de son président.

Pour lui, la question de la réconciliation nationale doit être traitée avec « le plus grand sérieux afin de ne pas décevoir et frustrer une fois de plus le peuple et la nation burkinabè » qui demeure à l’en croire « l’arbitre suprême et le bénéficiaire ultime de toute action publique ». Le parti appelle son président d’honneur, Isaac Zida à adhérer au « processus de réconciliation nationale enclenché par le président Roch Marc Christian Kaboré et son gouvernement ».

Créé le 9 mai 2019 à Ouagadougou, le Mouvement Patriotique pour le Salut se réclame un parti social-démocrate. Dirigé par le Pr Augustin Loada, le MPS a choisi Yacouba Isaac Zida en exil au Canada comme son président d’honneur. À sa création, le parti s’était allié au Chef de file de l’opposition politique (CFOP) pour aller à la conquête du palais de Kossyam.

Le parti avait annoncé le retour de son candidat lors de son investiture le 25 septembre 2020, en vue de participer à la présidentielle du 22 novembre 2020. Un retour avorté, qui selon le Pr Augustin Loada, est lié à la mauvaise foi du gouvernement du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), le parti au pouvoir.

À cet effet, il avait affirmé que « les autorités politiques ont fait clairement savoir, après plus d’un mois de tergiversations, que la participation de M. Zida au congrès du 25 septembre était un défi à l’autorité de l’Etat et qu’il sera immédiatement arrêté dès son arrivée à l’aéroport de Ouagadougou pour désertion en temps de paix et insubordination, et ce, malgré la disponibilité de l’ancien Général à se présenter de lui-même au tribunal militaire ».

Cette situation avait entraîné un climat délétère entre le MPS et le MPP. Le Pr Augustin Loada accusait le MPP d’une gestion calamiteuse et d’une incapacité notoire dans la gestion du pays.

Après les élections couplées du 22 novembre 2020, beaucoup de partis politiques de l’ancien CFOP dont l’Union pour le progrès et le changement (UPC) ont basculé dans la majorité présidentielle.

www.libreinfo.net