Home Economie retrait du Burkina Faso de l’AGOA : « au niveau macroéconomique,...

[Entretien] retrait du Burkina Faso de l’AGOA : « au niveau macroéconomique, l’impact est mineur », Béninwendé Emile Nana

0
Burkina AGOA
Béninwendé Emile Nana,secrétaire chargé des finances de la société burkinabè de géopolitique

Le président américain Joe Biden a annoncé son intention de retirer le Burkina Faso parmi les pays africains bénéficiant de l’African Growth and Opprotunities Act (AGOA). Qu’est-ce que le Burkina Faso perd? Quels sont les enjeux de cette décision? Libreinfo.net s’est entretenu avec Béninwendé Emile Nana. Il est le secrétaire chargé des finances de la société burkinabè de géopolitique et titulaire d’un Master en intelligence économique et développement international.

Propos recueillis par Ousmane Paré

Libreinfo.net: Le président américain Joe Biden a, dans une lettre, traduit sa volonté de retirer le Burkina de l’AGOA, dites-nous M. Nana, c’est quoi l’AGOA ?

Béninwendé Emile Nana: L’AGOA :  African Growth and Opprotunities Act ou en français loi sur la croissance et les opportunités en Afrique est une loi votée par le congrès américain depuis les années 2000 (18 mai exactement) qui permet à certains pays d’Afrique subsaharienne éligible, de bénéficier d’un accès libre de droit de douane pour certains produits.

L’objectif visé à travers l’AGOA est de permettre aux pays les moins avancés d’Afrique à faire face aux effets néfastes de la mondialisation et garantir une stabilité politique et économique. Ainsi, environ une quarantaine de pays bénéficient de l’applications de l’AGOA en Afrique.

Contrairement à ce que certaines personnes pensent, l’AGOA n’est pas un accord commerciale bilatérale. C’est une aide mise en place par le gouvernement américain pour les Etats qui remplissent les conditions notamment en termes de mise en œuvre de réformes économique (ouverture de marché), politique (démocratie) et de respect des droits de l’homme (normes OIT).

Libreinfo.net: Quels sont les produits concernés par cette aide ?

Béninwendé Emile Nana: Trois (3) filières sont concernées par l’AGOA. Il s’agit des produits alimentaires (sésame, anacarde, etc.), le textiles (coton, tissus, vêtement, etc.) et les produits pétroliers. 1800 produits sont répertoriés dans les lignes tarifaires de l’AGOA qui s’ajoutent aux 4600 autres produits qui bénéficient déjà d’exonération dans le cadre de Système de Préférence General (SPG) des Etats Unies.

Libreinfo.net: Quel impact économique ce retrait aura sur le Burkina Faso ?

Béninwendé Emile Nana: Les grands bénéficiaires de l’AGOA en Afrique sont le Nigeria et l’Afrique du Sud. Il faut rappeler que le Burkina Faso a fait son entrée dans la liste des pays bénéficiaire depuis 2004. Depuis lors, le poids de nos exportations à l’endroit des Etats-Unis est toujours en dessous de 1% en moyenne.

Aussi, si vous observez les statistiques même sur l’évolution de nos exportations vers les Etats-Unis depuis son entrée dans l’AGOA, on constate que son niveau n’a pas beaucoup bougé mais reste surtout très instable d’une année à une autre. L’impact pourrait être mesuré par la perte de compétitivité de nos produits (sésames, anacarde, coton, etc.) aux Etats-Unis.

Les manques à gagner pourraient concerner directement les entreprises exportatrices de ces produits vers les Etats-Unis. Mais au niveau macroéconomique, l’impact est mineur. Enfin, des mesures de résilience en termes d’intelligence économique devraient être envisagées pour que cela n’influe pas beaucoup sur l’image du pays dans le cadre des notations et le risque pays.

Libreinfo.net: Sur le plan politique, quel message Washington envoie au Burkina Faso?

Béninwendé Emile Nana: En relation international, il y a ce que l’on appelle soft power. Le soft power est un concept développé par un Américain du nom de Joseph Nye qui prône la domination et l’influence à travers des mesures plus douces telles que la culture, l’économie, la politique, etc. L’AGOA pourrait être considéré comme un outil d’influence extérieur des États-Unis vers les pays de l’Afrique subsaharienne.

L’AGOA vise à inciter des reformes qui entrent dans le cadre de la vision du gouvernement des Etats-Unis. En rappel, le Burkina n’est pas le premier à être exclu de l’AGOA. Le Mali, l’Ethiopie et la Guinée sont exclus depuis janvier dernier. Le message que Washington envoie au Burkina Faso est « un rappel à l’ordre » par rapport à leur vision de la démocratie et des droits de l’homme.

Il s’agit aussi d’une certaine méfiance quant à un éventuel rapprochement entre Ouagadougou et Moscou. Enfin si vous m’avez bien suivi, je disais que l’AGOA est une loi du gouvernement américain, la suspension est vue comme une prérogative interne visant à sanctionner ou rappeler à l’ordre un partenaire.

Libreinfo.net: Avant cette décision, il y avait déjà la suspension du MCA, à quel autre type de sanction faut-il s’attendre ?

Béninwendé Emile Nana: Oui, le MCA constitue un autre outil d’influence extérieur des Etats-Unis au même titre de l’AGOA. Après le premier coup d’État de janvier 2022 nous avons perdu le MCA qui représentait une aide de 200 milliards et après le deuxième nous avons perdu l’AGOA.

Libreinfo.net: Quel autre type de sanction faut-il s’attendre?

Béninwendé Emile Nana: Vous pouvez faire la liste de toutes les interventions des Etats-Unis au Burkina Faso (Peace corps, USAID, projets et programmes de développement du système des nations unies, etc.). Dès lors que le pays a pris une voie beaucoup plus ambitieuse, nous devrons nous attendre à tout.

C’est à nous de déployer notre capacité d’influence au sein du système américain qui, contrairement à ce que les gens croient, n’est pas un système imperméable.

Lorsqu’un partenaire modifie sa position envers nous, nous devrons être capables de répondre en retour. Enfin, je dois dire que la porte n’est pas définitivement fermée. Lorsque l’ordre constitutionnel normal sera rétabli, le Burkina Faso pourrait être réintégré à nouveau dans ces dispositifs.

www.libeinfo.net

info instantanées libre info moov orange

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
25 + 19 =