Home A la une Faso Music Awards : l’Artiste Freeman Tapily remporte le Grand prix des FAMA...

Faso Music Awards : l’Artiste Freeman Tapily remporte le Grand prix des FAMA 2021

FAMA 2021 FREEMAN TAPILY
L'artiste reggae man burkinabè Freeman Tapily,lauréat du grand prix des FAMA 2021

La 8e édition des Faso Music Awards (FAMA) a dévoilé ses lauréats lors d’une cérémonie de récompenses tenue le samedi 20 mars à Ouagadougou. Le sacre du meilleur artiste de l’année est allé à Amzy. L’artiste reggae Freeman Tapily a décroché quant à lui le grand trophée des FAMA 2021.

Par Tatiana Kaboré

La cérémonie de la 8e édition des Faso Music Awards s’est déroulée le samedi 20 mars 2021 à l’hôtel Royal Beach de Ouagadougou. Plusieurs personnalités dont le ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat, Harouna Kaboré patron de la cérémonie étaient présentes à cette soirée de récompenses. Etaient aussi présents plusieurs artistes tels que Dez Altino, Fadeen, Kalam, Patrick Kabré, Kayawoto, Tanya etc.

C’est avec le sourire et les larmes aux yeux que l’artiste reggae Freeman Tapily est venu recevoir son trophée des mains du ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat, Harouna Kaboré. Il a en effet décroché le grand prix des FAMA 2021. Il a dédié ce prix au plus jeunes prisonniers de la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (MACO) : « mes sentiments sont des sentiments de joie. Et je dédie ce prix au plus jeune bébé prisonnier qui dort à la maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou ». En effet, le lauréat Freeman Tapily est promoteur d’un festival dénommé « vent de liberté » destiné à organiser des activités récréatives chaque année au profit des prisonniers.

Plusieurs autres acteurs de la culture ont également été primés. Le meilleur promoteur culturel est revenu à Jean Marie Nabi dit Zopito avec son évènement le Festival Afro Beat.Pendant que le prix du meilleur réalisateur vidéo a été décerné à San Rémy Traoré, le manager du jeune rappeur en vogue Kayawoto

Le thème de la 8e édition des FAMA a porté sur la « Musique et révolution numérique : défis et opportunités pour les artistes ». Youssef Ouédraogo, Coordonnateur général des FAMA a salué tous les hommes de la culture qui n’ont ménagé aucun effort pour la réussite de cet évènement.

Le ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat, Harouna Kaboré a quant à lui salué la tenue de cette édition malgré les péripéties que vit le Burkina Faso. Avant d’ajouter que « depuis quelques années nous traversons à la fois des défis sécuritaires difficiles à relever mais aussi cette période du coronavirus et ces moments de difficultés liés à la cohésion sociale. Qui mieux que les artistes, les acteurs culturels ont contribué à tenir le flambeau de la solidarité nationale, de la cohésion et certainement de cette capacité à continuer à vivre et à être résilient».

Pour cette édition ce sont 24 professionnels qui ont été répartis dans 8 catégories de prix principaux que sont :des producteurs phonographes, réalisateurs de vidéo-clip, graphistes, promoteurs de spectacle, managers d’artistes, arrangeurs, artistes et, journalistes culturels.

A ces prix principaux prix s’ajoutent d’autres prix spéciaux, répartis en 5 catégories à savoir chanson de sensibilisation Covid-19, concept Covid-19, tube de l’année, prix de l’ambassadeur du Maroc et jeune maître de cérémonie.

En prélude à cette soirée de distinctions, d’autres activités avaient eu lieu, notamment le panel débat le 18 mars à l’université Joseph Ki Zerbo (UJKZ) de Ouagadougou sur le thème « L’art et la culture, facteur de résilience ». Puis le traditionnel FAMA off, qui s’est déroulé le 19 mars dans l’enceinte de l’université.

Lire aussi: Panel 8e édition des FAMA : « l’art devient ce moyen à travers lequel peut se construire l’unité nationale. » (Pr Salaka Sanou)

www.libreinfo.net