spot_img
spot_img

Burkina : clap de fin pour cette 2é édition du festival Alimenterre

Publié le : 

Publié le : 

Le festival Alimenterre, organisé par Ciné droit Libre, Semfilms en partenariat avec Humundi a pris fin, le samedi 11 novembre 2023 au palais de la culture Jean-Pierre Guingané de Ouagadougou. Les organisateurs font un bilan satisfaisant et formulent des recommandations pour les éditions à venir.

Par Issoufou Ouedraogo

Le festival « Alimenterre » est lancé dans le but de valoriser l’agro écologie, l’agriculture familiale, inciter l’ensemble de la population à la préservation et à la protection de l’environnement sans omettre d’interpeller les décideurs sur les recommandations.

A cette 2è édition, le coordonnateur du comité d’organisation, Abdoulaye Diallo, dresse un bilan satisfaisant.

Selon lui, ce sont 12 films projetés, plus de 2000 personnes touchées et 100 enfants concernés par les activités d’ateliers, de projections et techniques de l’agriculture.

Le coordonnateur du comité d’organisation, Abdoulaye Diallo
Le coordonnateur du comité d’organisation, Abdoulaye Diallo

De plus, il informe que sur la base des visites et de la visite du lycée mixte de Gounghin, il y a eu 400 étudiants et 50 élèves qui ont été concernés.

Il poursuit en affirmant qu’il y a eu également plusieurs ateliers et des démonstrations de techniques d’agricultures hors sol, des techniques de fabrication de composte de fumure organique avec Napam Bio et Cenabio. Quant aux expositions, il explique qu’il y en a eu 50.

Pour le coordonnateur du comité d’organisation, Abdoulaye Diallo, l’espoir est donc permis pour un monde sans faim, juste et solidaire basé sur le développement équitable et durable où chaque individu peut vivre en harmonie en satisfaisant ses besoins fondamentaux dans le respect des générations futures.

« Durant ces jours de projections de films et de débats, nous avons tiré un certain nombre de problèmes qui sont réels à notre pays. Le problème de la terre cultivable a été au centre d’un film débat qui demande beaucoup de réflexions. Le problème a été posé clairement, des acheteurs de la ville notamment de Ouagadougou sont allés au sud de notre pays et ont acheté des terres pour mettre en valeur » a indiqué le parrain de cette deuxième édition, Alfred Sawadogo de SOS Sahel Burkina.

Le parrain Alfred Sawadogo de SOS Sahel Burkina.
Le parrain Alfred Sawadogo de SOS Sahel Burkina.

Selon lui, les anciens propriétaires n’ont plus de terres et il dit constater que les terres qui avaient été achetées ne sont pas mises en valeur.

«Elles sont laissées en jachère et personne ne peut y toucher. Il y a un problème qui se pose, car notre terre a besoin de production pour nourrir les hommes. Cela est un manque à gagner pour notre pays et la solution consiste à un dialogue entre les différents acteurs » a-t-il expliqué.

Quant à Alimata Sawadogo, représentante pays de Humundi, elle a dit ceci: « nous sommes satisfaits de cette deuxième édition autour de l’agro écologie. Nous avons pu échanger sur ses enjeux allant du foncier de la consommation, de la production, à la commercialisation».

Elle a indiqué que les recommandations issues de cette deuxième édition seront portées par un plaidoyer auprès des décideurs de manière à ce que les préoccupations pour nous permettre de manger sain et de préserver notre environnement soient prises en compte.

Cérémonie de clôture du festival Alimenterre
Cérémonie de clôture du festival Alimenterre

Pour les organisateurs de ce festival, l’agro écologie est une alternative pour un développement équitable et durable où chaque individu peut vivre en harmonie en satisfaisant ses besoins fondamentaux dans le respect des générations futures.

www.libreinfo.net

- Advertisement -

Articles de la même rubrique

Lutte contre le financement du terrorisme au Burkina : le gouvernement adopte un avant-projet de loi

(Ouagadougou, 17 juillet 2024). Le Président du Faso, Chef de l’Etat, le Capitaine Ibrahim TRAORE a présidé, ce mercredi, le Conseil des Ministres. Selon...

Humanitaire: 173 Burkinabè refoulés de la Côte d’Ivoire

(Ouagadougou, 17 juillet 2024). Le Président du Faso, Chef de l’Etat, le Capitaine Ibrahim TRAORE a présidé, ce mercredi, le Conseil des Ministres. Selon...

Foot: Jonathan Pitroipa candidat à la présidence de la FBF

L'ancien international burkinabè Jonathan Pitroipa a déposé ce mercredi 17 juillet 2024 son dossier à la présidence de la Fédération burkinabè de football (FBF)...

Côte d’Ivoire : Alassane Ouattara en visite en France 

Par P.Z Le président ivoirien, Alassane Ouattara, a quitté Abidjan ce 17 juillet 2024 pour la France. C'est l’information donnée par la Présidence ivoirienne. Toutefois, il...

Lutte contre la corruption : La Présidence du Faso donne le ton

La Présidence du Faso entend créer une cellule anti-corruption, a annoncé mardi 16 juillet 2024, la Direction de la communication de l’institution. Par Nicolas Bazié  C’est...
spot_img

Autres articles

Lutte contre le financement du terrorisme au Burkina : le gouvernement adopte un avant-projet de loi

(Ouagadougou, 17 juillet 2024). Le Président du Faso, Chef de l’Etat, le Capitaine Ibrahim TRAORE a présidé, ce mercredi, le Conseil des Ministres. Selon...

Humanitaire: 173 Burkinabè refoulés de la Côte d’Ivoire

(Ouagadougou, 17 juillet 2024). Le Président du Faso, Chef de l’Etat, le Capitaine Ibrahim TRAORE a présidé, ce mercredi, le Conseil des Ministres. Selon...

Foot: Jonathan Pitroipa candidat à la présidence de la FBF

L'ancien international burkinabè Jonathan Pitroipa a déposé ce mercredi 17 juillet 2024 son dossier à la présidence de la Fédération burkinabè de football (FBF)...

Côte d’Ivoire : Alassane Ouattara en visite en France 

Par P.Z Le président ivoirien, Alassane Ouattara, a quitté Abidjan ce 17 juillet 2024 pour la France. C'est l’information donnée par la Présidence ivoirienne. Toutefois, il...

Lutte contre la corruption : La Présidence du Faso donne le ton

La Présidence du Faso entend créer une cellule anti-corruption, a annoncé mardi 16 juillet 2024, la Direction de la communication de l’institution. Par Nicolas Bazié  C’est...