spot_img
spot_img

Caravane « Alimenterre » : un atelier pour renforcer la cohésion entre agriculteurs et éleveurs à Tenkodogo

Publié le : 

Publié le : 

Le festival Alimenterre organisé par Semfilms et ses partenaires ont tenu le vendredi 17 novembre 2023 à Tenkodogo, région du Centre-Est, un atelier sur le pastoralisme, source de différends entre les agricultures et les éleveurs. Cette rencontre vise à sensibiliser les citoyens en vue de renforcer la cohésion entre ces deux acteurs de l’agropastoral.

Par Issoufou Ouedraogo 

Dans le cadre de la caravane du festival « Alimenterre », Semfilms et ses partenaires ont réuni autour d’une même table, 40 participants dont des responsables administratifs, des agricultures, des éleveurs et autres acteurs de la société pour réfléchir sur « le pastoralisme, conflits fonciers et cohésion sociale ».

Pendant plus de 2 heures, l’animateur de cet atelier, l’expert foncier, Pierre Ouédraogo a fait le lien qui existe entre agriculteurs et éleveurs, car ils mènent des activités qui sont connectées selon lui.

Une vue partielle des participants
Une vue partielle des participants

L’agriculture a besoin du fumier de l’éleveur et l’éleveur à son tour a besoin des tiges de mil pour ses animaux. Cette interdépendance montre un lien très étroit qui existe entre les deux acteurs.

Selon l’expert, Pierre Ouédraogo, l’agriculture et l’élevage nous permettent d’avoir à manger mais malgré cela il y a un paradoxe. «  J’ai l’impression que nous ne savons pas ce que nous voulons au regard de l’importance de ces deux secteurs. De leurs apports, la réalité est qu’il y a peu d’efforts fait pour ces deux secteurs. Certes l’État fait des efforts mais c’est insuffisant », a-t-il dit.

Selon lui, petit à petit, les terres pour les pâturages sont en voie de disparition à cause d’un certain nombre de pratiques. Il a donné comme exemple, les sociétés minières qui impactent négativement le développement du pastoralisme et ceci, a-t-il indiqué, devient compliquer pour les éleveurs.

En ce qui concerne l’agriculture, il a évoqué le cas de ces terres mobilisées par des particuliers. Et ces terres ne sont pas exploitées. Ce qui joue également sur l’agriculture.

Et selon l’expert foncier, Pierre Ouédraogo, l’un des problèmes qui nous conduit à cette situation est la somme d’injustices dans la gestion des terres. « Il y a ceux qui ont des terres et ils ne savent quoi en faire et d’autres qui n’ont pas alors qu’ils en ont besoin. » a-t-il fait savoir.

L'expert foncier, Pierre Ouédraogo
L’expert foncier, Pierre Ouédraogo

Il ajoute : «  Si nous comprenons réellement ce qui est à la base des conflits et que nous travaillons depuis la racine, nous pourrons éviter ces conflits. Il faut un vrai dialogue sur la question des terres ». 

Quant à l’ancien député maire de Dori, Aziz Diallo, il estime que « le mal est profond en ce qui concerne le secteur de l’élevage. Quand on regarde la région du Sahel, les investissements dans le secteur de l’élevage ces dernières années, sont très négligeables. On a des zones pastorales qui sont bien identifiées mais qui ne sont pas balisées ».

Et pourtant, selon ses explications, 85% de la population du sahel dépend de l’élevage. « Pire, toute la zone ne dispose pas d’usine de produits pour les animaux. » a-t-il conclu.

Après cet exposé, les participants ont suivi un film documentaire accompagné de débat sur le pastoralisme et les conflits fonciers.

Ainsi, tour à tour, des représentants de responsables administratifs, d’agriculteurs, d’éleveurs et autres acteurs de la société ont pris la parole pour partager leurs connaissances et expériences sur la question.

www.libreinfo.net

Articles de la même rubrique

Burkina : Compte rendu du conseil des ministres du 24 juillet 2024

Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou, le mercredi 24 juillet 2024, en séance ordinaire, de 09 H 00 mn à 13 H...

Burkina : Le secteur du BTP engagé pour la souveraineté économique 

Le ministre des Infrastructures et du Désenclavement, Adama Luc Sorgho, accompagné de son collègue de l'Habitat et de l'Urbanisme, Mikaïlou Sidibé, a présidé le...

Burkina : création  d’une Commission pour  réguler les dysfonctionnements

(Ouagadougou, 24 juillet 2024). Le Président du Faso, Chef de l’Etat, le Capitaine Ibrahim TRAORE a présidé, ce mercredi, le Conseil des ministres. Selon...

Procès en appel de Vincent Dabilgou et autres : Le procureur général requiert 11 ans de prison contre l’ancien ministre

Le procureur général près la Cour d’appel de Ouagadougou a pris ses réquisitions contre les prévenus de l’affaire Vincent Dabilgou et autres. Il a...
spot_img

Autres articles

Burkina : Compte rendu du conseil des ministres du 24 juillet 2024

Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou, le mercredi 24 juillet 2024, en séance ordinaire, de 09 H 00 mn à 13 H...

Burkina : Le secteur du BTP engagé pour la souveraineté économique 

Le ministre des Infrastructures et du Désenclavement, Adama Luc Sorgho, accompagné de son collègue de l'Habitat et de l'Urbanisme, Mikaïlou Sidibé, a présidé le...

Burkina : création  d’une Commission pour  réguler les dysfonctionnements

(Ouagadougou, 24 juillet 2024). Le Président du Faso, Chef de l’Etat, le Capitaine Ibrahim TRAORE a présidé, ce mercredi, le Conseil des ministres. Selon...

Procès en appel de Vincent Dabilgou et autres : Le procureur général requiert 11 ans de prison contre l’ancien ministre

Le procureur général près la Cour d’appel de Ouagadougou a pris ses réquisitions contre les prévenus de l’affaire Vincent Dabilgou et autres. Il a...