spot_img
spot_img

Festival Ciné Droit Livre: » La jeunesse doit stimuler l’esprit critique et la capacité à refuser l’inacceptable »(Claudy SIAR)

Publié le : 

Publié le : 

Quelle justice pour le Burkina Faso? Justice traditionnelle, justice d’exception ou de bourgoisie? Ces sur ces thématiques que vont s’orienter les échanges de cette 14e édition du festival ciné Droit Libre. C’est ce qui a laissé entendre le coordonnateur Abdoulaye Diallo lors de la cérémonie d’ouverture ce samedi 8 décembre 2018. Une cérémonie riche en couleur avec la présence du co parrain Claudy Siar et des ministres en charge de la justice, René Bagoro et celui de la communication,porte parole du gouvernement Rémi Fulgence Dandjinou.

Pour la 14e année consécutive, le festival Ciné Droit Libre vient de donner le top départ d’une semaine de projection de films, de débats pour la promotion de la justice, la liberté d’expression et la paix.

Un rêve pour la promotion de la justice né il y a quatorze ans.C’est un rêve qui a existé et continue d’exister, a fait remarquer Abdoulaye Diallo, coordonnateur de Ciné Droit Libre(CDL). Le Burkina Faso a fait des progrès en matière de justice car l’expression selon laquelle” si tu fais, on te fait et puis y’a rien” est maintenant située aux antipodes de notre démocratie. Mais l’actualité brûlante du moment nous amène à convoquer la problématique de la justice, poursuit-il.M.Diallo a alors évoqué les dossiers emblématiques en cours au niveau de la justice au Burkina, marqué par celui de Norbert Zongo, le coup d’État manqué du 16 septembre, et au plan régional par le dossier Laurent Gbagbo. Selon le coordonnateur, cette semaine du 8 au 15 décembre est une tribune où la justice burkinabè sera à la barre, où la lenteur de la justice sera aussi mise à rude épreuve.

Claudy Siar de Rfi, coparrain du festival a loué l’initiative de Ciné droit libre, qui milite en faveur du droit des plus pauvres. Pour lui, ce cadre est une occasion propice pour stimuler l’esprit critique de la jeunesse et la capacité de refuser l’inacceptable. Le problème des jeunes africains c’est que nous aimons plier l’échine facilement au lieu de persévérer dans le combat. Prenant l’exemple du mouvement des gilets jaunes, le parrain démontre à souhait que seule la lutte libère. Il a aussi encouragé le public à militer pour la cause des différents maux que connait l’Afrique, à savoir, l’émigration, la pauvreté etc.

Chacun doit oser le changement en Afrique avec des actions si petites soient-elles, mais aussi avec des grands rêves même s’ils peuvent être considérés à priori, comme utopiques. La conviction du parrain est claire “c’est avec les utopistes qu’on change le monde, Ghandi, Mandela, Steeve Bico en sont des exemples”.

Pour clore son propos, le parrain Claudy Siar, a exhorté la jeunesse à se départir des haines raciales, car pour lui, aucune race n’est bonne, aucune race n’est mauvaise, nous ne sommes pas des couleurs, nous faisons tous partir de la race humaine.

La représentante du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), et l’ambassadeur du Denemark ont tour à tour pris la parole pour encourager les initiateurs de ce festival qui est sans doute un cadre pragmatique pour promouvoir la justice, et les droits humains.

Les activités de cette 14e édition du festival Ciné Droit Libre sont officiellement lancées avec une trentaine de films au programme, repartis sur dix espaces qui sont entre autres l’espace culturel Gambidi, le CENASA, l’Université Ouaga1 Pr Joseph Ki-Zerbo, l’espace Bogodogo. Des imminentes personnalités politiques et artistiques sont au rendez-vous de cette grande messe de la justice sous le thème” justice, levez-vous !”.

Kounkpo OUSSE
Libreinfo.net

- Advertisement -

Articles de la même rubrique

Diplomatie culturelle: le Ministre d’État en charge de la Culture remet des œuvres d’art à destination de nos édifices diplomatiques à l’étranger

Le Ministre d'État, Ministre de la Communication, de la Culture, des Arts et du Tourisme, Jean Emmanuel OUEDRAOGO, a procédé à la remise officielle...

Le 15 mai à Ouahigouya: le roi du Yatenga implore les mânes des ancêtres pour  la paix

A l’occasion de la journée du 15 mai dédiée aux traditions et coutumes au Burkina Faso, Naaba Kiiba, roi du Yatenga a célébré cette...

Valorisation de l’oralité au Burkina : utiliser ce canal pour transmettre des valeurs 

Le ministre de la Communication, de la Culture, des arts et du tourisme, Jean Emmanuel Ouédraogo, dans le cadre du Mois du Patrimoine, a...

Burkina: Le mouvement SENS salue la tenue de la journée des coutumes et traditions

Déclaration du mouvement SENS à l’occasion de la journée des coutumes et traditions. Ce 15 mai 2024, notre pays célèbre la première journée des communautés. Le...

Burkina/Musique : Martin N’Terry sacré Marley d’or 2024 

La grande cour du SIAO à Ouagadougou a abrité, le  samedi 11 mai 2024, la cérémonie du Marley d'Or qui honore les meilleurs artistes...
spot_img

Autres articles

Ouahigouya: le gouverneur de la région du Nord met en garde les auteurs des marches illégales

Depuis quelques jours des messages vocaux circulent sur les réseaux sociaux, appelant la population de la province du Yatenga à sortir massivement le 24...

Burkina : performances 2023, les fruits d’une «résilience et d’une intelligence»

Le Conseil national des organisations de la société civile (CNOSC) dit constater avec l'ensemble des acteurs du développement, que le Plan national de développement...

Mémoire : De l’intérêt pour la lecture de la biographie de Sankara

Dans la Biographie de Thomas Sankara. La patrie ou la mort… L’histoire du capitaine politique se confond à l’histoire du Burkina Faso. Par Merneptah Noufou...

Guinée/Justice : Dadis Camara risque la perpétuité

À l'audience du 22 mai 2024, concernant le procès Massacre du 28 septembre 2009, le procureur a demandé au Tribunal de retenir tous les...

Burkina/Assises nationales: les préalables du mouvement SENS

Ceci est une déclaration Mouvement SENS sur la tenue des assises nationales les 25 et 26 mai 2024. Une déclaration parvenue à la redaction...