spot_img
spot_img

Burkina : une projection de films documentaires pour mettre en valeur la pratique de l’agro-écologie

Publié le : 

Publié le : 

La maison  « Les  Productions Phares» a projeté le 1er juin 2023, à Ouagadougou, deux films documentaires qui mettent en lumière la pratique de l’agro-écologie par deux personnages burkinabè. Cela entre dans le cadre du projet « 8 billion » qui prend en compte l’environnement, le changement climatique. 

Par Nicolas Bazié 

Les deux films ont chacun une durée de 13 minutes. Ils mettent l’accent sur les enjeux du changement climatique, de la production alimentaire , de la consommation de ce que l’on produit.  

La ferme de Solo, le mécanicien garagiste 

Le premier film, réalisé à Bobo Dioulasso, la deuxième ville du Burkina Faso, plus précisément dans le village de Dafinso raconte l’histoire de Solo. C’est un mécanicien garagiste. Il a un centre où il forme des jeunes en mécanique.

À un moment donné, dans  ce centre, les pensionnaires  vont être confrontés à des difficultés d’alimentation. 

C’est ainsi que Solo a eu l’ingénieuse idée de transformer une partie de son centre en ferme. Il y cultive des tomates, des laitues, à l’aide de la biopesticide, comme le fumier organique.

films documentaires
Le mécanicien garagiste Solo

Solo refuse de faire la culture conventionnelle avec l’utilisation des pesticides que lui-même appelle « poison». Il a opté pour l’Agro-écologie, une technique qui consiste à produire des aliments sains en préservant la nature. 

Avec cette pratique, solo arrive à « nourrir les jeunes qui se forment dans  son centre ainsi que les villageois». Pour arroser ses légumes, le mécanicien garagiste utilise l’eau de la pisciculture qui est riche en nutriments pour le sol. 

La ferme de Blandine Sankara 

Le deuxième film fait un zoom sur l’association Yelemani. Elle est créée et dirigée par Blandine Sankara, la sœur de l’ancien président Thomas Sankara. 

 

Le public lors de la projection des films
Le public lors de la projection des films

Depuis 2008, cette association fait de la pratique de l’agroécologie, une politique bien assumée, à Loumbila, localité située à la sortie Nord de Ouagadougou. L’association arrive à produire des légumes et en quantité suffisante pour satisfaire ses clients. 

Le film montre surtout comment l’association initie  les enfants à cette pratique avec des formations sur la fabrication de la biopesticide, la plantation des légumes, etc. 

L’Agro-écologie est une pratique « pénible qui nécessite beaucoup de patience» explique Blandine Sankara de l’association Yelemani.  Elle reconnaît qu’il y a assez de difficultés mais préfère les produits bio. 

Blandine Sankara de l’association Yelemani
Blandine Sankara de l’association Yelemani tenant le micro

Blandine Sankara et Solo ont montré à travers les  films  que la pratique de l’Agro-écologie est une question de décision, que cela est possible et que lentement mais sûrement l’on peut y arriver. 

Les appréciations après la projections des films documentaires 

Gladys Bouda trouve que le thème abordé dans les deux films est d’actualité et qu’il faut plus en parler, c’est-à-dire,  faire de ces films, un outil de sensibilisation pour que les gens « se penchent sérieusement sur la culture des produits bio». 

« Si tous les Burkinabè prennent conscience de la dangerosité des pesticides, nous pourrons, à travers l’agro-écologie, atteindre l’auto-suffisance alimentaire et ce, de façon saine» a dit Yannick Ouédraogo. 

Certaines stagiaires de la maison  « Les  Production Phares» disent prendre conscience de l’importance de la culture des légumes de façon naturelle. C’est notamment le cas de Mariam Sagnon qui a participé au tournage des films. « Nous avons pris conscience des enjeux du changement climatique. Nous avons aussi bénéficié de formation avant d’aller sur le terrain du tournage ». 

Djamilatou Ouédraogo est aussi stagiaire. Pour elle, le tournage des deux films l’a permis de mieux cerner l’importance de la consommation des produits bio.

« Je n’avais pas de notion sur la culture bio, mais, maintenant, avec ce que j’ai vu, je crois qu’il faut nécessairement la pratiquer car c’est elle qui nous permettra d’être en bonne santé» déclare-t-elle. 

Pourquoi ces films documentaires ? 

Le projet « 8 billion»  s’intéresse beaucoup à la problématique de l’environnement et du changement climatique, indique Annick Kandolo de la maison  « Les  Productions Phares». D’où l’idée de la réalisation de ces deux films sur l’agro-écologie, moins pratiquée au Burkina Faso.

Annick Kandolo de la maison  « Les  Productions Phares».
Annick Kandolo de la maison  « Les  Productions Phares».

L’idée, poursuit-elle, c’est de montrer que chacun à son niveau peut faire quelque chose, faire bouger les lignes et changer les mentalités des gens sur la culture de la terre avec l’utilisation des pesticides. « Ce projet soutenu par l’ONG Resilient Foundation nous tenait à cœur » conclut Mme Kandolo. 

À noter que la  maison « Les  Productions Phares » est spécialisée dans la production cinématographique et journalistique. 

www.libreinfo.net

- Advertisement -

Articles de la même rubrique

Burkina/Campagne agricole : Le manque de pluie inquiète des agriculteurs

Le gouvernement burkinabè a lancé une offensive agricole. Malheureusement, la saison pluvieuse, capricieuse, lance, elle aussi, sa contre-offensive et inquiète les paysans. De Lallé...

Campagne agricole/Sourou : Une installation tardive de la pluie à Tougan

La campagne agricole 2024-2025 connaît un léger retard à Tougan, dans la province du Sourou, du fait de l'installation tardive des pluies. Dans les...

Ministère de l’Agriculture: engrais douteux, mise au point !

Cet écrit est une mise au point du ministère de l'Agriculture parvenue à la redaction de Libreinfo.net ce lundi 15 juillet 2024. Depuis la semaine...

Développement : Le ministre de l’Agriculture appelle à une flexibilité des partenaires 

Le ministre de l’Agriculture, des Ressources animales et halieutiques, le commandant Ismaël Sombié, a participé ce 1er juillet 2024 à Ouagadougou, à une rencontre...

Agriculture: 5 individus arrêtés pour détournement de 12,2 tonnes d’intrants à Toma (Nayala)

La Direction régionale de l’Agriculture de la Boucle du Mouhoun dit avoir constaté, depuis le 17 juin 2024, un écart entre la situation physique,...
spot_img

Autres articles

Burkina/Campagne agricole : Le manque de pluie inquiète des agriculteurs

Le gouvernement burkinabè a lancé une offensive agricole. Malheureusement, la saison pluvieuse, capricieuse, lance, elle aussi, sa contre-offensive et inquiète les paysans. De Lallé...

Affaire parcelles de Pala : Rendez-vous le 25 juillet pour le verdict

Poursuivis pour avoir accepté des cadeaux ou un avantage indu en lien avec leurs fonctions dans le cadre de l'aménagement de la zone de...

Mali: décès de l’artiste musicien Toumani Diabaté à 58 ans

Le célèbre artiste musicien malien, Toumani Diabaté est décédé ce vendredi 19 juillet 2024 à Bamako dans la capitale malienne selon sa famille. Par Hakim...

Burkina : Les douanes mobilisent plus de 523 milliards FCFA au 1er semestre 2024

La Direction générale des douanes a mobilisé 523 milliards 858 millions 892 mille 544 FCFA au titre du premier semestre de l’année 2024. Le...

Burkina : Une trentaine de personnes devant le juge pour une affaire de parcelles 

Une trentaine de personnes comparaissent ce 19 juillet 2024 à la session spéciale du Tribunal de grande instance Ouaga I. Composés entre autres de...