Home Sécurité Burkina Faso: à la découverte des Forces spéciales qui ont contribué à...

Burkina Faso: à la découverte des Forces spéciales qui ont contribué à la chute de Roch Kaboré

0
Forces spéciales
Les Forces spéciales (encerclées en rouge) étaient à la télévision nationale pour la première déclaration de la junte

Les Forces spéciales semblent avoir été plus actives dans le renversement du régime Kaboré les 23 et 24 janvier 2022. Un régime qui était déjà étouffé par les critiques et les manifestations contre son incapacité à freiner le terrorisme. Libreinfo.net revient sur la création et les missions des Forces spéciales. Elles étaient les derniers espoirs de la hiérarchie militaire pour sauver «le soldat» Roch mais elles ont plutôt choisi «de sauter» le verrou du fauteuil présidentiel.

 

Par Siébou Kansié

Difficile de parler de la chute du régime de Roch Kaboré le lundi 24 janvier 2022 sans évoquer le rôle des Forces spéciales. Comme son nom l’indique, c’est une unité d’élite crée en 2017 avec l’appui des soldats français à Kamboinssin (au côté nord de Ouagadougou).

L’effectif de cette unité n’est que quelques centaines de soldats. Très discrets, ils sont déployés dans des zones à haut risque pour des opérations spéciales.

Après la dissolution de l’ex Régiment de sécurité présidentielle (ex RSP) en 2015, très peu de burkinabè avaient connaissance de l’existence de ces soldats dont l’unité a été constituée en 2017. Vraisemblablement, l’existence des Forces spéciales n’avait pas de fondement juridique.

Le décret de création des Forces spéciales a été signé le 2 juin 2021. Il portait les signatures de l’ex Président du Faso, Roch Kaboré, de l’ex ministre de Défense, Moumina Cheriff Sy, et de l’ex Premier ministre, Christophe Dabiré. Ce décret s’est retrouvé sur la toile après l’attaque terroriste à Solhan (région du Sahel)dans la nuit du 4 au 5 juin 2021 et qui a coûté la vie officiellement à 132 burkinabè.

C’est à cette occasion également que l’on verra publiquement l’une des rares fois, les images des Forces spéciales assurant la sécurité du premier ministre de l’époque Christophe Dabiré lors de sa visite aux victimes de l’attaque de Solhan.

Ces Forces spéciales sont sélectionnées parmi les officiers, sous-officiers et militaires de rang volontaires selon le décret de création. Elles sont juridiquement placées sous l’autorité du chef d’Etat- major général des armées. Elles ont pour mission de « mener des opérations spéciales visant à atteindre des objectifs d’intérêt stratégique le plus souvent en dehors des cadres d’opérations conventionnelles ».

Son organe de commandement est dénommé Commandement des forces spéciales (CFS) avec un centre d’entrainement et de formation appelé Centre d’entrainement commando et de formation aux opérations spéciales (CEC-FOS) et des unités opérationnelles.

Ses compétences selon le décret, s’étendent sur l’ensemble du territoire national ainsi qu’en dehors du territoire national. Au regard de la nature de leurs missions, les Forces spéciales bénéficient d’une protection spéciale de leur identité. Ils sont identifiés par un code qui est une identité d’emprunt sous laquelle, ils effectuent leurs missions. Leur identité réelle ne peut apparaitre à aucun stade de leurs carrières dans les Forces spéciales.

En outre, les personnels des Forces spéciales ne peuvent être poursuivis pour des actes accomplis dans l’exercice ou à l’occasion de l’exercice de leurs fonctions.

Ces Forces spéciales qui étaient censés être le dernier recours de la hiérarchie militaire pour sauver le chef suprême des armées, Roch Kaboré les 23 et 24 janvier 2022 ont décidé autrement. Comme au Mali et en Guinée les Forces Spéciales ont plutôt contribué dès la nuit du dimanche 23 au lundi 24 janvier à renverser le pouvoir de Roch Kaboré. Elles ont fait leur apparition à la télévision nationale (voir photo ndlr), aux côtés des autres soldats, en début de soirée du lundi 24 janvier pour la lecture de la première déclaration de la junte.

Plusieurs sources indiquent que l’ex président Kaboré est dans une résidence à Ouaga 2000 sous la vigilance de ses soldats d’élite.

Lire aussi: Burkina Faso : un décret donne un statut aux forces spéciales déjà sur le terrain

www.libreinfo.net

SENS Appel à contribution militante et population

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
16 + 11 =