spot_img
spot_img

Portrait: à la découverte de Mahamadi Dembega, 26 ans, entrepreneur en élevage à Zorgho (Plateau Central)

Publié le : 

Publié le : 

Mahamadi Dembega est un ancien élève de l’Ecole de formation en Élevage et santé animale (EFESA) de Ouagadougou. Après deux ans de formation, il obtient son diplôme de technicien en élevage et crée son cabinet de soins vétérinaires à Zorgho dans la capitale de la province de Ganzourgou, région du Plateau-Central. 

Par Daouda Kiekieta 

Âgé de 26 ans, Mahamadi Dembega est un agent technique d’élevage. Il a reçu sa formation théorique et pratique  à l’Ecole de formation en Élevage et santé animale de Ouagadougou (EFESA-O) de 2019  à 2021 après son baccalauréat.

L’EFESA-O fait partie des trois instituts de l’Institut de Formation en Environnement et Sciences Agricoles (IFESA).

En cette matinée du 14 août 2023, Mahamadi est en visite dans la clinique vétérinaire de son parrain, Dr Saïdou Kongo à Ouagadougou. C’est ici que nous l’avons rencontré. 

Le jeune entrepreneur a effectué l’un de ses stages dans cette clinique appartenant à l’un de ses enseignants, Dr Kongo, un baobab du monde vétérinaire et directeur des études de  l’Ecole de formation en Élevage et santé animale  de Ouagadougou (EFESA-O).

Âgé de 26 ans, Mahamadi Dembega est un agent technique d'élevage.
Âgé de 26 ans, Mahamadi Dembega est un agent technique d’élevage.

Être un chef d’entreprise à toujours été le rêve de Mahamadi Dembega. Il était très attentionné aux pratiques de l’élevage par ses parents bien avant l’obtention de son baccalauréat.

« Quand j’étais petit, j’ai remarqué qu’à chaque fois qu’un poulet ou un animal tombe malade, soit on appelle un boucher soit on l’égorge pour la famille. Il n’y avait pas de soins curatifs. Moi-même j’avais des centaines de lapins qui ont été ravagés par une maladie» raconte l’entrepreneur.

Nanti de son diplôme d’agent technique d’élevage à IFESA, Mahamadi a décidé de se lancer dans l’entrepreneuriat. Il crée en début de 2023 son cabinet de soins vétérinaires basé à Zorgho dans la région du Plateau-Central, à environ 90 km de la capitale burkinabè.

A seulement 26 ans, Mahamadi affirme que la formation de l’IFESA a été une grande opportunité dans le processus de réalisation de ses rêves.

« En plus des soins vétérinaires que nous avons appris, nous avons été formés en entrepreneuriat. Ce qui a changé ma vie est que je suis aujourd’hui un chef d’entreprise prêt à employer d’autres personnes. Cela est vraiment important pour moi » se réjouit le jeune vétérinaire.

Dr Saïdou Kongo a parrainé le projet de Mahamadi pour la mise en place de cabinet de soins. Lui aussi patron d’une clinique vétérinaire, Dr Kongo apprécie particulièrement le dynamisme de son ancien élève devenu son collègue dans ce domaine.

« Si j’ai accepté de le parrainer c’est grâce à son dynamisme et son dévouement  », témoigne Dr Kongo par ailleurs enseignant à l’Ecole de formation en Élevage et santé animale (EFESA) de Ouagadougou.

Dans le processus de mise en place de son entreprise, Mahamadi a également le soutien des premiers responsables de l’IFESA, en l’occurrence son directeur général. «J’ai bénéficié du soutien de mes camarades de classe et de ma famille » dit-il.

Dans son cabinet de soins, il propose plusieurs services comme des conseils, des formations en entrepreneuriat agricole et élevage, la vente de matériels de production avicole notamment des mangeoires, des abreuvoirs et produits vétérinaires préventifs et curatifs. « Ce qui m’a marqué à l’IFESA, ce sont les travaux patriques », Mahamadi Dembele.

Mahamadi n’est le seul exemple de réussite de l’École de formation en Élevage et santé animale (EFESA). Plusieurs autres de ses camarades sont également des chefs d’entreprise et s’en bien aujourd’hui.

Selon les premiers responsables de l’Institut de Formation en Environnement et Sciences Agricoles (IFESA), ces résultats satisfaisants constatés au niveau des élèves et étudiants formés tirent leurs sources dans la qualité de la formation et des enseignants. 

Pour Mahamadi, ce qui l’a le plus marqué dans cette école, c’est la place accordée aux travaux pratiques.

«Je retiens de l’IFESA, la qualité de la formation et des enseignants. Ce sont des enseignants ouverts et prêts à accompagner leurs étudiants. Il y a aussi les travaux pratiques qui nous ont beaucoup aidés. On a tellement visité des fermes d’élevage, que cela nous a enrichis »  relate-t-il. 

Selon Habib Ouattara directeur général de l’IFESA, son institut travaille à façonner les élèves, les étudiants à l’entrepreneuriat. «Je salue le courage de ces jeunes qui ont pris l’initiative de s’installer pour leur propre compte. J’admire leur dynamisme. C’est de cela qu’il s’agit quand on vient à IFESA», indique-t-il.

Habib Ouattara, directeur général de l’IFESA
Habib Ouattara, directeur général de l’IFESA

Il s’agit également de faire en sorte que la formation dispensée soit plus pratique, c’est-à-dire que nous invitons l’enseignant à étaler des modules pratiques de sortes à ce que les étudiants puissent se familiariser avec les réalités du terrain, explique M. Ouattara.

Pour sa part, l’entrepreneur, Mahamadi Dembega entend poursuivre son aventure entrepreneuriale avec d’autres grands projets en ligne de mire.

«Je rêve de construire une grande ferme de production de poulets de chair, des poussins et des œufs de consommation. Il y a également la mise en place d’une provenderie pour la production des aliments pour bétail», indique-t-il. 

www.libreinfo.net

Articles de la même rubrique

Burkina : Compte rendu du conseil des ministres du 24 juillet 2024

Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou, le mercredi 24 juillet 2024, en séance ordinaire, de 09 H 00 mn à 13 H...

Burkina : Le secteur du BTP engagé pour la souveraineté économique 

Le ministre des Infrastructures et du Désenclavement, Adama Luc Sorgho, accompagné de son collègue de l'Habitat et de l'Urbanisme, Mikaïlou Sidibé, a présidé le...

Burkina : création  d’une Commission pour  réguler les dysfonctionnements

(Ouagadougou, 24 juillet 2024). Le Président du Faso, Chef de l’Etat, le Capitaine Ibrahim TRAORE a présidé, ce mercredi, le Conseil des ministres. Selon...

Procès en appel de Vincent Dabilgou et autres : Le procureur général requiert 11 ans de prison contre l’ancien ministre

Le procureur général près la Cour d’appel de Ouagadougou a pris ses réquisitions contre les prévenus de l’affaire Vincent Dabilgou et autres. Il a...
spot_img

Autres articles

Burkina : Compte rendu du conseil des ministres du 24 juillet 2024

Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou, le mercredi 24 juillet 2024, en séance ordinaire, de 09 H 00 mn à 13 H...

Burkina : Le secteur du BTP engagé pour la souveraineté économique 

Le ministre des Infrastructures et du Désenclavement, Adama Luc Sorgho, accompagné de son collègue de l'Habitat et de l'Urbanisme, Mikaïlou Sidibé, a présidé le...

Burkina : création  d’une Commission pour  réguler les dysfonctionnements

(Ouagadougou, 24 juillet 2024). Le Président du Faso, Chef de l’Etat, le Capitaine Ibrahim TRAORE a présidé, ce mercredi, le Conseil des ministres. Selon...

Procès en appel de Vincent Dabilgou et autres : Le procureur général requiert 11 ans de prison contre l’ancien ministre

Le procureur général près la Cour d’appel de Ouagadougou a pris ses réquisitions contre les prévenus de l’affaire Vincent Dabilgou et autres. Il a...