Home Société France : des policiers traitent un fugitif égyptien de « bicot »

France : des policiers traitent un fugitif égyptien de « bicot »

0

Le samedi 25 avril dernier, lors d´une interpellation à Seine-Saint-Denis, dans la banlieue parisienne, des policiers qualifient le fugitif repêché dans la Seine de « bicot », expression raciste désignant un arabe nord-africain. Le préfet de police de Paris a demandé la suspension des deux policiers mis en cause. Puis, le ministre de l´Intérieur, Christophe Castaner, est s’affiché ferme : « le racisme n´a pas sa place dans la police républicaine ». La France devra visiblement s´adapter à sa réalité multiculturelle.

Par KEN (Stagiaire)

Une vidéo diffusée dimanche après-midi par le journaliste Taha Bouhafs sur Twitter laisse voir une scène d’interpellation musclée à Seine-Saint-Denis, dans la banlieue parisienne le samedi dernier. Les blagues des policiers au cours de l´arrestation laissaient entendre « un bicot comme ça, ça nage pas. Ça coule, tu aurais dû lui accrocher un boulet au pied ».

Selon une source policière, les deux agents mis en cause ont reconnus être les auteurs des propos qualifiant l´homme interpellé, d´origine égyptienne, de « bicot ». Celui-ci avait visiblement été molesté, puisqu´il poussait des cris venant du fourgon policier dans lequel il avait été embarqué.

En réaction, le ministre de l´Intérieur, Christophe Castaner, a exprimé, sur son compte Twitter, que « toute la lumière sera faite ». Dans la foulée, une enquête est ouverte et confiée à l´Inspection générale de la Police nationale. C’est du moins, ce qu’a annoncé la procureure de Nanterre, Catherine Denis, ce 27 avril sur France info. Selon elle, « il s´agit de dérapages (…) individuels ».

A travers un communiqué publié par nos confrères de ouest-France.fr, le député de ‘’La France Insoumise’’, Eric Coquerel a indiqué qu’il s´agit d´une « honte et d´une grande inquiétude », rappelant au passage que le « 17 octobre 1961, on a retrouvé sur ces mêmes berges les corps d´algériens noyés par la police ».

A noter que l´un des policiers mise en cause dans l´arrestation musclée de samedi dernier fût déjà « condamné dans une affaire de violences policières qui remontent à 2004 (…) pour abstention volontaire d´empêcher un crime ou un délit », selon les informations du Parisien. Il s’agit donc d’un adepte des violences rasistes.

« Le racisme n´a pas sa place dans la police républicaine », assure le ministre de l´Intérieur sur Twitter. Du reste, au-delà de la police républicaine, les équipes nationales de football français qui ont remporté la coupe du monde de football en1998 et en 2018 semblent lui donner raison.

Mieux, le personnage de Sibeth Ndiaye, Secrétaire d´Etat auprès du Premier ministre, et Porte-Parole du gouvernement français, montre que les champs d´intervention des Français d´origine étrangère sont de plus en plus élargis.

Mais au vu de ce qui s’est passé le weekend dernier, l’on se rend bien compte que la France et ses institutions gagneraient à redoubler d´effort d´adaptation à leur réalité multiculturelle.

www.libreinfo.net

SENS Appel à contribution militante et population

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
26 × 7 =