Home A la une Gaoua : affrontements sur le site d’or de Djikando, 46 personnes interpelées et...

Gaoua : affrontements sur le site d’or de Djikando, 46 personnes interpelées et gardées à vue (Procureur)

0
affrontements sur le d’or de Djikando, 46 personnes interpelées et gardées à vue
Affrontements sur le site d’or de Djikando, 46 personnes interpelées et gardées à vue. Image: Libre info

Le 31 janvier 2020, le site aurifère de Djikando, dans le Sud-Ouest du Burkina Faso, a été le théâtre d’affrontements entre les populations autochtones et les orpailleurs. Les affrontements sont intervenus suite au braquage d’un acheteur d’or sur ledit site. Le bilan a été lourd avec 9 morts, une quarantaine de blessés et d’importants dégâts matériels. Une enquête a été ouverte par le procureur du Faso près le Tribunal de grande instance (TGI) de Gaoua, Cheik Alfa Aboubakar Compaoré. Selon des informations recueillis par Libre info, l’affaire serait toujours entre les mains de la gendarmerie, qui poursuit les auditions.

Par Etienne Sanon

46 personnes selon le Procureur du TGI de Gaoua, Cheik Alfa Aboubakar Compaoré, sont actuellement interpellées et gardées à vue à la gendarmerie de Gaoua, après les enquêtes préliminaires, dans l’affaire des affrontements sur le site d’or artisanal de Djikando. Les faits retenus sont : l’assassinat, le meurtre accompagné de barbarie, la mutilation de cadavres, la détention illégale d’arme et la destruction volontaire de biens. Pour le moment, aucun juge d’instruction n’a été mis sur l’affaire.

L’association des dozos du Poni se prononce sur la situation

L’association des chasseurs dozos de la province du Poni a donné son avis sur la “prétendue” implication de certains de ses membres dans les affrontements sur le site d’or de Djikando.

Le président provincial de l’Association des dozos, Sansan Noufé, a condamné ces actes répréhensibles. C’était lors d’une assemblée générale extraordinaire tenue par l’association le 20 février dernier à Gaoua.

« Ce qui est arrivé à Djikando est vraiment regrettable. Sur le site, il y avait des ‘’soi-disant’’ dozos en tenue qui avaient des comportements contraires aux valeurs que nous prônons. Lorsque ces derniers m’ont vu venir, ils ont compris que je n’étais pas du tout content de leur attitude dans cette crise. Le dozo doit contribuer à préserver la vie et non la détruire», a regretté le président provincial des dozos du Poni.

Face à la situation sur le site, le Gouverneur de la région du Sud-Ouest, Emmanuel Zongo, avait décidé, le 1er février 2021, de la fermeture dudit site jusqu’à nouvel ordre.

www.libreinfo.net

 

 

 

SENS Appel à contribution militante et population

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
18 + 7 =