Home Société Burkina drame de Gongombiro(60 morts): des messages de compassion de plusieurs autorités

Burkina drame de Gongombiro(60 morts): des messages de compassion de plusieurs autorités

0
Gongombiro
Une vue des images de l'explosion

Une explosion a provoqué un incendie sur un site aurifère artisanal dans le village de Gongombiro dans la région du Sud-ouest le lundi 21 février 2022 , faisant soixante morts et une soixantaine de blessés. A cet effet, plusieurs autorités ont exprimé leur compassion à travers leur compte Facebook. Libreinfo.net fait la synthèse de quelques réactions.

Par André-Martin Bado 

Lundi 21 février 2022 , un drame s’est produit sur le site d’orpaillage de Gongombiro dans la province du Poni, région du Sud-Ouest. L’accident est dû à une explosion d’un stock de dynamites. Le bilan est de 63 morts selon un communiqué du procureur du Faso près le tribunal de grande instance de Gaoua.

Des blessés graves et d’importants dégâts matériels ont été enregistrés. À cet effet, le site a été fermé, selon un autre communiqué du Haut commissaire de la province du Poni.

Face à ce drame, l’Ambassade de France au Burkina Faso a présenté ses condoléances aux familles des disparus et souhaité un prompt rétablissement aux blessés. Elle réitère sa solidarité et sa compassion au peuple burkinabè. 

L’ex-chef de l’opposition politique, Eddie Komboïgo, n’est pas resté indifférent à cette situation. Il a exprimé sa compaction à l’endroit des familles des victimes. «Que les âmes reposent en paix et prompt rétablissement aux blessés.», a t-il écrit sur sa page Facebook.

Me Gilbert Noël Ouédraogo, président de l’ADR/RDA écrit sur son compte twitter: «j’ai appris avec tristesse le décès accidentel de 60 de nos concitoyens à Gbomblorao. Mes condoléances aux familles des disparus et prompt rétablissement aux Blessés»

L’ancien ministre de la culture, Tahirou Barry, a, lui aussi, exprimé sa tristesse. «Encore des douleurs et des larmes. Nos cœurs saignent suite à la catastrophe du site d’orpaillage.» A l’occasion, il a invité les autorités compétentes à prendre des mesures d’encadrement des activités des sites aurifères pour éviter ce type de drame.

Quant à l’ex-ministre de la culture, Abdoul Karim Sango, il suggère la fermeture de tous les sites d’orpaillage sur l’ensemble du territoire. «La mesure peut paraître radicale aux yeux de ceux qui en font un business. Mais (…) on ne peut pas soigner une plaie puante avec juste du mercurochrome». M. Sango à aussi interpellé les premiers responsables a une organisation du secteur.

Jusqu’à ce jour 22 février 2022, le chef de l’Etat Paul-Henri Damiba n’a pas encore réagi face à cette tragédie.

Ce type d’accident n’est pas une première au Burkina Faso. Le 18 février 2022 dans le village de Kollo dans la province du Nahouri, région du Centre-Sud ,deux personnes ont été tuées dans un éboulement de site d’orpaillage. 

Malgré les interdictions, l’orpaillage prend de l’ampleur. Les sites aurifères qui emploient près de deux millions de personnes au Burkina Faso sont confrontés à des éboulements meurtriers causés par des eaux de pluies et l’utilisation des explosifs.

www.libreinfo.net 

SENS Appel à contribution militante et population

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
22 ⁄ 11 =