Accueil Edito de la semaine Gouvernement Christophe Dabiré : Le Président Kaboré a enfin son bataillon anti-terroriste...

Gouvernement Christophe Dabiré : Le Président Kaboré a enfin son bataillon anti-terroriste ?

Ça y est ! On connait la nouvelle équipe gouvernementale du Président Roch Marc Christian Kaboré depuis ce jeudi 24 janvier. Fort de 32 ministres le Gouvernement que dirige désormais Christophe Dabiré enregistre 9 départs contre 8 entrants. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le Président du Faso et son Premier Ministre ont bien fait d’apporter des changements à la tête de la défense et de la sécurité.

La personne de Moumina Cherif Sy, l’ancien Président du CNT (l’organe parlementaire de la Transition) a un avantage en occupant ce portefeuille de la defense. D’abord, il jouit toujours de sa notoriété d’ancien président du CNT, puis il est en contact direct avec une frange des jeunes officiers qui ont résisté au coup d’Etat du général Gilbert Diendéré en 2015. Ce qui est un atout naturellement pour avoir organisé la résistance militaire et civile pendant la séquestration du président de la Transition Michel Kafando et Isaac Yacouba Zida. Les jeunes officiers trouveront donc une oreille attentive pour bien mener cette lutte interminable contre le terrorisme. Autre fait important, Moumina Chérif Sy est déjà au parfum de tous les grands dossiers que les différents gouvernements de Paul Kaba Thiéba ont connu c’est-à-dire les grognes sociales (enseignants ou fonds communs) les conseils nationaux des défenses, la réforme de l’administration, la coopération, etc.

Beaucoup de réunions de crises des départements ministériels se tenaient autour de lui alors qu’il occupait la fonction de Haut représentant du Chef de l’Etat. En mettant fin aux fonctions de Haut Représentant de Chérif Sy, le Président Kaboré fait d’une pierre deux coups. D’abord, il supprime (provisoirement ou définitivement) un poste qui n’avait pas bonne presse dans l’opinion, ensuite,il envoie un baroudeur à la mission la plus périlleuse du moment, à savoir la défense et la lutte contre la nébuleuse terrorisme. Le poste de Ministre d’Etat confère à Sy encore beaucoup de facilités avec le Président du Faso ce qui a d’ailleurs toujours existé entre les deux hommes. Chérif Sy devient la deuxième personnalité de ce gouvernement dans l’ordre protocolaire juste derrière le chef du Gouvernement. Outre ce fait, il est de notoriété publique que beaucoup de ministres dans le gouvernement sont très proches de Moumina Chérif Sy pour ne pas dire des pro-Chérif.

C’est le cas par exemple des Ministres : Harouna Kaboré, Abdoul Karim Sango, Rémi Fulgance Dandjinou, Seni Ouédraogo et dans une moindre mesure Réné Bagoro, ce qui constitue aussi un atout quand on sait qu’au conseil des ministres,  c’est aussi parfois des ralliements.

Un révolutionnaire à la sécurité

Le Ministre de la sécurité n’est pas très connu par la génération actuelle. Mais, il a l’avantage d’avoir occupé des responsabilités dans la gendarmerie qui est son corps d’origine. Il faut croire qu’il réussira à créer une vraie complicité entre la gendarmerie et la police dont les bisbilles ne finissent jamais. Ce qui n’est pas de nature à rendre la lutte contre le terrorisme très efficace. L’ex-Ministre de la sécurité Simon Compaoré, très agacé, une fois avait fini par lâcher que la gendarmerie et la police sont chacune jalouse de ses informations comme si les deux étaient des rivales. Le sécurocrate Ousseni Compaoré devrait donc colmater les brèches avant de dérouler son plan de riposte. C’est un homme qui jouit d’une bonne sympathie pour son passant d’ancien commandant de la Gendarmerie sous la Révolution du Président Thomas Sankara.

Chérif Sy qui n’était pas aussi étranger à la Révolution de Sankara ajouté à un ancien patron de la Gendarmerie sous le CNR, cela donne l’impression d’un recours aux hommes de l’ère révolutionnaire, ce moment (plus ou moins) glorieux de l’Histoire du Burkina. En tout cas, que ce soit Chérif, Ousseni ou Moïse (le nouveau Chef d’Etat-major général des Armées qui attend de prendre le bâton du commandement), ces trois autorités ont une mission claire qui est d’exécuter avec diligence l’Etat d’urgence déclaré le 31 décembre 2018 (et prorogé de 6 mois par l’Assemblée Nationale) afin de contenir voire annihiler la menace terroriste.

Une absence assourdissante

L’une des surprises de ce gouvernement Dabiré est l’absence de Rosine Sori/Coulibaly. Nul doute qu’elle a créé le plus de polémiques dans les différents gouvernements Thiéba avec ces reformes parfois très osées mais il faut reconnaitre qu’elle a aussi enrichi le débat public avec des sujets longtemps restés dans les tiroirs. Sa présence dans ce nouveau gouvernement aurait donné encore un coup de fouet aux affaires dans son département considéré depuis des années comme très politisé et insondable. Nous sommes persuadés d’une chose, elle est partie d’elle-même sinon aucun gouvernement ne voudrait se débarrasser d’un tel oiseau rare pour reprendre l’expression d’un ancien Ministre. Elle avait la confiance d’une partie de l’opinion certes mais aussi des partenaires techniques et financiers. Son successeur va-t-il poursuivre dans la même dynamique ou choisira son chemin ? Attendons de voir Lassané Kaboré à l’œuvre.

Le « Premier ministrable » reste aux affaires étrangères

Avant que le nom de Christophe Dabiré ne soit dévoilé, plusieurs noms ont été cité dans les pronostics de l’occupant du palais de Koulouba. Parmi la multitude de personnalités pressenties au poste de Premier ministre, la carte Alpha Barry semblait être très sérieuse. On sait que le fondateur du Groupe de média Oméga a une confiance avérée du Président Kaboré qui ne compte pas se séparer si tôt de cet homme de réseaux qui a su tisser sa toile jour après jour depuis qu’il était correspondant RFI. Conséquence, le président Kaboré a gardé son chef de la diplomatie Alpha Barry. On pourrait dire que c’est l’un des maîtres d’orchestre du G5 Sahel dont le Burkina à la charge de la présidence cette année. En plus du G5 Sahel, il aurait joué un très grand rôle dans le rétablissement des relations diplomatiques entre le Burkina Faso et la République de Chine Populaire. Ce n’est pas tout, il y’a la réouverture de plusieurs ambassades au Burkina Faso. Le président du Faso avait salué ces victoires diplomatiques dans son discours à la nation le 31 décembre 2018. Alpha Barry est l’un des hommes qui connait aussi le mieux les enjeux diplomatiques et politiques de la sous-région et partage parfois les mêmes amitiés de chef d’Etat avec le Président Kaboré. Il reste par devers tout le trait d’union entre le Président Kaboré et beaucoup d’autres chef d’Etat. Difficile donc de se débarrasser de lui car au-delà du gouvernement, les deux hommes partagent beaucoup d’intérêts communs.

Quoi qu’il en soit le Président Kaboré a osé cette fois-ci, car des changements importants sont intervenus à la tête des Ministères clés à commencer par la primature, la défense, la sécurité et l’économie. Ce sont des Ministères très stratégiques.

Albert Nagreogo
Libreinfo.net

Commenter

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
26 × 20 =