Home Société Insécurité région du Nord : l’autorité régionale n’est pas à l’écoute des différentes...

Insécurité région du Nord : l’autorité régionale n’est pas à l’écoute des différentes opinions (coalition d’OSC)

0
Insécurité région du Nord
Une coalition d’Organisations de la société civile (OSC) de la région du Nord dénonce la dégradation de la situation sécuritaire dans la région.

Une coalition d’Organisations de la société civile (OSC) de la région du Nord, à savoir la Coalition régionale de lutte contre la vie chère, la fraude, l’impunité et pour les libertés (CCVC /Nord), le Mouvement sauvons le Yatenga et le Mouvement Loroum Hobtam, a fait le point de la situation sécuritaire dans la région et exigé de l’Etat, des solutions pour le retour de la paix. C’était le samedi 08 janvier 2022 à Ouahigouya, lors d’un point de presse.

Par Georges Ouédraogo, correspondant Yatenga

‘’La ville de Titao est totalement coupée des autres localités de la région. Il est impossible d’entrer ou de sortir de ce chef-lieu de province du Loroum. La route nationale (RN 23) et les pistes sont contrôlées par les terroristes qui y sèment leurs lois. Les services sociaux de base ont fermé leurs portes. Il est difficile de se soigner dans une structure de santé ni de s’acheter des médicaments.’’

C’est entre autres, ce qui ressort de la déclaration liminaire de la coalition d’OSC au cours de leur conférence de presse.

Après avoir dépeint un tableau apocalyptique de la situation sécuritaire dans la région, la coalition n’est pas passée sous silence,  les conséquences qu’a engendrée l’insécurité. Il ressort que le Nord totalise 143 544 personnes déplacées internes selon les données en date du 30 novembre 2021 du ministère en charge de l’Action humanitaire. Sans omettre le fait que ces chiffres ne prennent pas en compte les déplacements de décembre 2021 où des milliers de personnes ont fui principalement le Loroum.

La coalition a également pointé du doigt le Gouverneur de la région du Nord. En effet, elle affirme que la gouvernance dans la région du Nord est marquée par l’absence d’une vraie autorité capable de s’investir dans la lutte contre la crise sécuritaire. L’autorité régionale n’est pas à l’écoute des différentes opinions. Ce qui laisse entrevoir avec la dégradation de la situation sécuritaire, que la région n’est pas gouvernée.

‘’Le Gouverneur s’illustre dans le mépris des organisations qui dénoncent la crise sécuritaire en refusant de les recevoir et en proférant des menaces contre certaines autres, dont des membres de notre coalition. De nombreuses demandes d’audiences restées sans suite trainent dans ses tiroirs. Pourquoi ? Nous n’en savons pas. Seul le gouverneur pourra répondre.’’ Ajoute-t-elle.

La coalition s’interroge également sur la responsabilité des autorités au regard des circonstances liées aux dernières attaques dont celle ayant entrainé la mort du célèbre VDP Ladji Yoro et 41 autres personnes le 23 décembre 2021. Elle ajoute par ailleurs que de nombreuses zones d’ombres, des témoignages des rescapés et proches alimentent les rumeurs sur la sincérité des autorités sur la mort de Ladji.

Elle a égrené douze points qu’elle exige de l’autorité, des solutions pour le retour de la paix dans la région sans quoi, elle se donnera le droit d’engager des manifestations publiques et d’autres formes d’actions les jours à venir.

La coalition a appelé l’ensemble des populations de la région du Nord à manifester une solidarité agissante vis-à-vis des PDI.

A lire aussi: Ouahigouya (région du Nord): un étudiant en médecine enlevé par des individus inconnus

www.libreinfo.net

Encadré

Les points de revendication de la coalition

-La prise de mesure pour la sécurisation des villages en vue du retour des populations ;

-Le renforcement des capacités opérationnelles des FDS ;

-La promotion et le soutien des initiatives locales de sécurité par un armement conséquent et une motivation suffisante ;

-La libération immédiate de la RN23 reliant Ouahigouya à Titao et approvisionnement immédiate de la ville de Titao ;

-La diligence dans le recensement des PDI ;

-L’ouverture de l’ancien pied-à-terre chef de l’Etat à Lilgomdé pour accueillir les PDI sans abris ;

-L’acquisition d’une réserve pour l’installation d’abris au profit des PDI ;

-La juste répartition des dotations aux bénéfices des PDI ;

-La diligence dans l’établissement des actes d’état civil ;

-La meilleure prise en charge des personnes vulnérables dans la région ;

-La scolarisation des enfants des PDI ;

-La lumière sur les récentes attaques : celles du 09 décembre à You (14 VDP tués), du 12 décembre à Ouindigui (bilan inconnu) et du 23 décembre encore à You.

G.O

SENS Appel à contribution militante et population

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
21 − 14 =