Accueil Economie Interconnexion ferroviaire Burkina Faso-Ghana: Le début d’un renouveau des rails dans la...

Interconnexion ferroviaire Burkina Faso-Ghana: Le début d’un renouveau des rails dans la sous-région

Le projet d’interconnexion ferroviaire Burkina Faso-Ghana sera lancé en 2020. La cérémonie de lancement officiel de l’étude de matérialisation du profil en long du tracé et du dossier de consultation dudit projet a été faite ce lundi 4 février 2019 en présence de plusieurs personnalités politiques, coutumières et religieuses entourées de la population de Ouagadougou.

Le lancement officiel du démarrage de l’étude de matérialisation du profil en long du tracé du chemin de fer Ouaga-Tema a été effectué ce 4 février. Dans les 8 mois à venir, « on aura les résultats attendus, c’est-à-dire, un dossier technique qui aidera au choix d’une seule entreprise parmi les 12 présélectionnées, et en 2020 le lancement du projet sera fait à Ouagadougou et au Ghana par les deux présidents », a confié Malik Kouanda, le directeur général de la Société de gestion du patrimoine ferroviaire du Burkina Faso.

M. Vincent Dabilgou, ministre des Transports, de la Mobilité Urbaine et de la Sécurité routière du Burkina Faso

Le Burkina Faso étant un pays de transit et disposant de corridors avec les routes bitumées, ce grand projet jamais réalisé depuis les indépendances pour améliorer les services ferroviaires, renforcera la capacité de transit et permettra d’alléger les routes bitumées en direction du Ghana. C’est également un projet d’économie qui permettra au Burkina Faso d’exporter et d’importer d’autant que les rails constituent le moyen de transport le moins cher et le plus fiable. Il renforcera l’intégration entre les peuples burkinabè et ghanéen selon le ministre des Transports, de la Mobilité Urbaine et de la Sécurité Routière du Burkina Faso, Vincent Dabilgou.

C’est un projet qui s’inscrit dans un processus de partenariat public-privé et de BOT (Build, Operate and Transfer), c’est-à-dire, qu’une entreprise construira avec son capital ce chemin de fer et l’exploiter pendant un temps donné pour recouvrer ses fonds avant de le rétrocéder aux deux pays. A partir du dossier technique qui sera disponible dans 8 mois, l’entreprise qui sera désignée déterminera le coût de réalisation de cette infrastructure ferroviaire, a expliqué M. Vincent Dabilgou, ministre des Transports.

C’est à l’issue de leur visite d’amitié et de travail effectuée respectivement les 4 et 5 mai 2017 à Ouagadougou et les 17 et 18 septembre 2018 au Ghana que les présidents du Burkina Faso Roch Marc Christian Kaboré et du Ghana Nana Akufo-Addo, ont déterminé les options claires pour ce projet qui symbolise la bonne coopération entre les deux pays, a rappelé Vincent Dabilgou. Au Burkina Faso, ce chemin de fer ira de Ouagadougou en passant par Kombissiri, Manga, Béguédo, Garango, Tenkodogo, Bagré, Zabré et Pô pour rejoindre le Ghana. Cette interconnexion ferroviaire entre le Burkina Faso et le Ghana est le début d’un renouveau des rails dans la sous-région.

Siébou Kansié
Libreinfo.net

Commenter

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
4 × 2 =