Home Société Interview : Hadj 2022 : « Les coûts du Hadj sont fixés...

Interview : Hadj 2022 : « Les coûts du Hadj sont fixés depuis l’Arabie Saoudite, c’est elle qui décide de tout », Abdoulaye Siguiré, représentant des agences de voyages du Hadj

Hadj 2022
Abdoulaye Siguiré, responsable de Okaz voyages et représentant des agences de voyage du Hadj

Les fidèles musulmans vont renouer avec le pèlerinage à la Mecque cette année après quelques années de suspension à cause du COVID 19. Au Burkina Faso, le gouvernement et les agences de voyages s’activent pour une réussite du pèlerinage avec un quota de 3606 pèlerins. Comment les agences de voyagent trouvent ce chiffre à la baisse ? Que dire du coût du billet d’avion ? Comment s’organisent-elles pour satisfaire les candidats au Hadj 2022 ? Autant de questions que Libreinfo.net a posé à Abdoulaye Siguiré, responsable de Okaz voyage et représentant des agences de voyages du Hadj. Lisez cet entretien.

Propos recueillis par Nicolas Bazié

Libreinfo.net : Quel est votre avis sur le coût du ticket du Hadj 2022 qui a connu une augmentation ?

Les coûts du Hadj sont fixés depuis l’Arabie Saoudite. C’est elle qui décide de tout et chaque pays est obligé d’exécuter. Chez nous au Burkina, nous avons eu la chance parce que le coût du ticket était à 3 543 000 F.

La subvention de l’État à hauteur de huit cent millions (800 000 000) de francs CFA a permis d’obtenir une réduction, d’où la somme de 3 047 000 millions de francs CFA désormais, pour le ticket. Si l’État n’était pas intervenu avec la subvention, l’on payerait le prix initial.

Libreinfo.net : Est-ce normal cette augmentation ?

Il ne devrait même pas avoir une augmentation du coût du ticket pour le Hadj 2022. Ce n’est pas normal. Mais comme c’est l’Arabie Saoudite qui organise sa chose, nous sommes obligés de suivre les règles.

Tout ce que nous pouvons faire, c’est de demander un rabais. Là aussi, nous avons tenté en vain de convaincre les autorités saoudiennes. Elles ont refusé une réduction. Lorsque ce pays prend une décision, elle reste telle.

Libreinfo.net : Doit-on donc conclure que le problème ne se situe pas au niveau du Burkina ?

Oui ! Il ne faudrait pas que les gens pensent que ce sont les agences de voyages qui ont décidé expressément de faire une augmentation. Ni les agences de voyages, ni l’État ne sont responsables, tout est décidé depuis l’Arabie Saoudite.

C’est une situation qui est liée à la COVID 19. Sinon je crois qu’une somme de 2 132 000 francs CFA comme en 2019 pouvait être acceptable cette année. Dans la sous région, le coût du ticket au Burkina Faso est moins cher par rapport aux autres pays.

Lorsque je prends par exemple le Mali, le ticket dans ce pays coûte 4 650 000 francs CFA. Les agences de voyages utilisent cet argent pour assurer le logement des pèlerins à Médine, à la Mecque. Aussi, tous les délégués que les agences envoient en Arabie Saoudite payent leurs tickets comme les pèlerins.

Il y a également d’autres charges à assurer, le tout aux frais des agences de voyages. Pour quelqu’un qui ne sait pas, il peut croire que ces agences font de bénéfices, pourtant ce n’est pas le cas. Par exemple sur une somme de 3 047 000 millions de francs CFA, ce sont 850 000 F qui reviennent à l’agence.

Et c’est avec cette somme que l’agence fait toutes les dépenses en Arabie Saoudite. Nous faisons tout ça à cause de Dieu. Nous savons qu’à notre retour Dieu ouvrira des portes et nous bénira.

Libreinfo.net : le quota de pèlerins accordé au Burkina Faso par le royaume saoudien a baissé de plus 5000 places entre 2019 et 2022, qu’elle appréciation faites-vous de ce changement ?

Nous nous attendions à 8143 pèlerins cette année. Mais il a été décidé que ce sont 3606 pèlerins qui vont se rendre en Arabie Saoudite. Lorsque nous avons cherché à savoir pourquoi c’est ainsi, l’on nous a notifié que cela est dû au fait qu’il n’y a pas eu de pèlerinage pendant trois ans.

Donc, c’est trop osé d’accueillir un nombre important de personnes. Cette année, le total du nombre de personnes dans le monde entier devant se rendre à la Mecque est d’un million.

Libreinfo.net : pour cette année 2022, qui peut aller à la Mecque ? 

Notre problème ne se situe pas au niveau du quota de pèlerins mais plutôt au niveau de la limite d’âge arrêtée par les autorités saoudiennes. La limite est de moins de 65 ans. Or, chez nous au Burkina, ceux qui ont l’habitude d’aller au pèlerinage sont des vieux de plus de 65 ans. Voilà notre sérieux problème.

Notre pays est pauvre et les jeunes n’ont pas d’argent pour effectuer un tel voyage. Néanmoins, l’Arabie Saoudite nous a rassuré que l’année prochaine, le pèlerinage sera ouvert à tous les âges.

Libreinfo.net : Qui sont ceux qui ont été retenus pour le Hadj 2022 ?

Rassurez-vous, ceux qui sont retenus sont les pèlerins inscrits en 2019. Nous avons tenu à ce qu’il soit ainsi. Donc, ceux qui ont fait leurs inscriptions en 2020, en 2021 et en 2022 ne sont pas retenus. Cependant, si un pèlerin inscrit en 2019 décide de ne plus aller, il est remplacé par un inscrit de 2020.

Lire aussi: Burkina Faso : Le coût du Hadj passe de 2,1 millions à plus de 3 millions de francs CFA

www.libreinfo.net

SENS Appel à contribution militante et population

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
11 − 1 =