Home Société Rencontre avec Harouna Sanou, promoteur d’un espace récréatif et passionné de l’environnement...

Rencontre avec Harouna Sanou, promoteur d’un espace récréatif et passionné de l’environnement (entretien)

0

Ils sont de plus en plus nombreux c’est burkinabè qui ont à cœur de construire des espaces verts pour les détentes et loisirs entre familles ou amis. Monsieur Harouna Sanou gérant de l’espace récréatif «Sõm mit‘ ba» fait partie de ces amoureux de l’environnement. Son espace situé dans la commune de Loumbila non loin du service national du développement(SND) attire plusieurs personnes depuis un an à cause de la beauté architecturale des lieux,ses services et sa verdure surtout. Libreinfo.net a rencontré Harouna Sanou, le gérant qui nous parle à cœur ouvert de joyau écologique qui ne désemplit pas.

Propos recueillis par Nicolas Bazié

Libreinfo.net : Présentez-nous l’espace « Som  Mit Ba ». 

Harouna Sanou : « Som  Mit Ba veut dire, en langue nationale mooré, « le bienfait ne finit jamais ; on n’oublie jamais le bienfait. » C’est un espace qui est naturel. Il a été acquis dans les années 2009-2010. On a décidé de le restaurer en arrosant les jeunes pousses (plantes). Aujourd’hui il y a de la verdure et tout est bien ; voilà ce que je peux dire de « Som Mmit Ba »

l'espace Sõmb Mit'Ba
La verdure à l’espace Sõmb Mit’Ba

Mais, au-delà de ça, c’est pour dire que si vous participez à la vie communautaire, c’est bien d’être associatif et reconnaissant. La philosophie de l’espace est d’être un espace ouvert ; que les amis viennent, que les familles viennent,… C’est un espace qui bouge, … donc, si vous venez ici, on a le choix de tout faire. L’espace a une superficie d’environ 1,5 hectares.

Libreinfo.net : Qu’est-ce qui vous a motivé à créer cet espace?

Harouna Sanou :  La motivation de la création de cet espace est que nous sommes dans la périphérie de Ouagadougou,  à moins de 15 km du centre-ville. Ce qui veut dire qu’on peut avoir des aires de jeux et se retrancher ici pour se reposer, jouer et se détendre. Il y a un espace pour enfants, un autre pour adultes.

Il y a également un espace aménagé pour des jeux de pétanque, de ping pong, de football. Dans cet espace, on bouge beaucoup : c’est pour ne pas que les gens se limitent à manger et à boire. Et en termes de plats, nous avons des mets locaux et modernes, bref tous les plats confondus.

Nous encourageons les familles à venir ici se détendre. Nous invitons les jeunes à s’organiser pour y venir et aussi les écoles à y envoyer les enfants. 

Libreinfo.net : Quelle est la spécialité de cet espace ?

Harouna Sanou : En dehors des visites, il y a l’éducation environnementale. On explique aux gens ce qu’il y a comme richesse végétale et faunique. On se réunit aussi pour des débats, pour s’enrichir.

On provoque des débats, par exemple, sur les problèmes d’exclusion. Certaines écoles viennent avec des enseignants ; il y a des collègues qui se parlent uniquement sur le réseau social « WhatsApp » mais qui ont des difficultés pour se retrouver ensemble. Nous, nous leurs offrons cet espace de rencontre. Ils peuvent venir ici, organiser des équipes de jeux. 

On peut leur donner un appareil de musique mobile  et ils vont profiter de l’ambiance-là. Les  personnes âgées qui ont besoin de repos peuvent venir ici, surtout ceux qui aiment la nature, pour se reposer et pour respirer l’air pur, pour passer la journée et rentrer chez eux le soir. L’espace « Som  Mit Ba », c’est vraiment ça . Nous prenons soin de la propreté et vous verrez que tout est propre ici. 

Nous demandons aux gens de ne pas jeter les sachets parce qu’il faut respecter la nature, c’est important.

Les  cartes des pays et les images d’animaux des pays représentés, c’est pour montrer  la richesse faunique du Burkina et d’ailleurs. Ici, quand on fait le tour, on voit des images de lions ,de tigres… A côté, on a tracé un cercle ; on donne une carte  aux enfants et on leur demande de situer sur la carte où est-ce que on trouve tel ou tel animal ; et les enfants jouent ensemble. 

l'espace Sõmb Mit'Ba
Des enfants qui sont en train de jouer à l’espace Sõmb Mit’Ba

C’est une autre spécificité de cet espace qui permet d’illustrer plusieurs espèces de plantes avec leurs noms scientifiques,  leurs utilisations, leurs utilités nutritives, etc. Vous allez ici, par exemple, donner le nom scientifique du jujubier, à quoi il sert, quelle utilisation peut-on faire des fruits, des écorces, etc… À chaque  arbuste ou plante, on fait plus ou moins un arrêt et on fait une petite éducation environnementale. On dispose d’un circuit fermé de 500 m où  on a des éléments d’informations pour les visiteurs qui repartent en gardant quelque chose de l’espace, du pays.

Libreinfo.net : Combien de francs avez-vous investi ici ?

Harouna Sanou : En termes d’investissements, moi-même je ne saurais vous le dire. Tout s’est fait petit à petit, au fur et à mesure ; Je veux vous dire qu’on ne peut pas estimer ce qui a été mis ici. Les plantes que vous voyez ici, c’est, peut-être, 30% de ce qui a été planté au début. Le personnel s’est succédé ici pour entretenir ces arbres. C’est à longueur de journées qu’ils sont arrosés. Au début, il n’y avait pas de clôture mais nous l’avons construite après. Des gens se sont dépensés physiquement pour que vous voyez ça aujourd’hui ; donc, je ne peux pas estimer le coût global ; il y a eu beaucoup d’investissements.

Un espace de jeu pour enfants

Libreinfo.net : Comment est organisé le personnel pour entretenir les lieux ?

Harouna Sanou : Ceux qui sont ici, de façon permanente, sont 4  personnes. Ils arrosent le gazon du terrain de football Maracana et les plantes qui doivent l’être et ce, tous les deux jours. On n’est pas encore dans la période d’harmattan, ce vent chaud et sec,  mais regardez déjà comment les feuilles tombent… ; il y a des employés pour balayer les feuilles ou encore transformer les déchets végétaux en fumure organique qui sera utilisée comme engrais pour les petites plantes.

On a également des femmes qui sont riveraines de l’espace ; on leur donne des portions de terrain pour les cultures. Elles y sèment des arachides, du niébé et cela pour garder l’environnement propre et aussi pour pouvoir avoir quelque chose pour elles. On garde ainsi de bonnes relations avec le voisinage.

Libreinfo.net : Quels sont vos objectifs à long terme ?

Harouna Sanou : Nos ambitions, c’est de mettre en place des salles de formation bien équipées et avec des connexions en télécommunications pour permettre de venir tenir des  ateliers ici. C’est, également, d’ajouter des piscines au titre des espaces de jeux, des espaces de loisirs. Ça fait du sport. Et de pouvoir faire de l’animation avec un orchestre complet qui permettra à des groupes musicaux de venir se produire. Presque toutes les chorales de Ouagadougou sont déjà venues ici ; il y a eu les chorales de Gounghin,  de Pissy, etc.

A  certaines occasions, on organise des spectacles ici et les gens viennent ; on invite des artistes. L’espace est ouvert 7jours sur 7. Mais ce sont les weekends, surtout, que l’espace est très animé. 

www.libreinfo.net

info instantanées libre info moov orange

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
21 × 30 =