Accueil Société Koutougou : la lutte anti-terroriste n’est pas que militaire,il faut une dose...

Koutougou : la lutte anti-terroriste n’est pas que militaire,il faut une dose de bonne gouvernance !

Faut-il encore parler ? On aura tout dit, tout entendu des experts et des profanes mais rien n’y fit. Nous sommes arrivés à la conclusion que la solution contre le terrorisme n’est pas militaire. Ayons le courage de le dire, le Burkina a mal à sa gouvernance point. Une gouvernance vertueuse aurait permis de combattre le terrorisme. Malheureusement après ces attaques et le décompte macabre quelques jours suffiront pour renouer avec les vieilles habitudes. Sauf les soldats aux fronts, ils sont peu engagés à lutter contre le terrorisme c’est même peu de le dire. C’est pourquoi nos généraux et anciens chefs d’états-majors sont vite envoyés dans les ambassades. On ne capitalise rien et on ne se sert pas de l’expérience des prédécesseurs. Au moment oû les généraux Oumarou Sadou et Pingrenoma Zagré auraient dû être des bons conseillers militaires à la présidence du Faso on a préféré les envoyer là où c’est utile mais pas nécessaire.

Voilà plusieurs mois que l’unité spéciale de la police qui était à Tongomayel a quitté la localité pour fautes d’armement jusqu’à ce jour le gouvernement n’a pas donné une suite favorable à leur revendication. Les policiers qui constituaient le dernier rempart ont quitté la localité laissant un boulevard aux terroristes alors que nul ne doutait de leur apport dans la lutte contre le terrorisme dans la zone.

On fera encore le deuil de ces soldats quelques jours et après on passera à autres choses comme d’habitude. Cette attaque contre le détachement militaire de Koutougou nous laisse beaucoup de questions : comment peut-on comprendre cette attaque pendant que l’opération Ndoofu avait suscité de l’espoir dans cette région ? La zone est censée être sous couvre-feu, la région est sous menace terroriste depuis longtemps, comment ne pas être aux aguets pour éviter une pareille situation ?

Les gouvernements passent et se ressemble, aucune autorité ne va payer pour ce qui vient de se passer oubliant que ceci affecte plus le moral des soldats qui iront ou qui sont au front puisqu’on ne leur donne aucune forme de soutien ou de bel exemple. Même pour rédiger le communiqué sur l’attaque de Koutougou, l’on refuse de donner un bilan précis laissant l’opinion sur les réseaux sociaux établir son propre bilan à tort ou à raison. Le chef du gouvernement et le porte-parole pondent des messages laconiques de solidarité avec les forces de défense et de sécurités, si le ridicule tuait ! Pour une attaque soit dite d’envergure qui a eu lieu tôt le matin du 19 août selon le communiqué de l’Etat major, il a fallu attendre dans la soirée pour avoir une réaction officielle du gouvernement. Est-ce ça diriger un pays ?

Contrairement à ce que l’on pense, les terroristes ont bel et bien un agenda, en une semaine, ils ont perpétré des attaques du sud-ouest au sahel en passant par la boucle du Mouhoun. Ça ressemble bien à une organisation bien ficelé qui crée la diversion. On devrait s’attendre à des mesures vigoureuses mais c’est peine perdue.

En l’espace d’une semaine les forces de défense et de sécurité burkinabè ont été attaquées dans trois régions. Armons-nous vite pour ne pas avoir un réveil douloureux.

La Rédaction

www.libreinfo.net

Commenter

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
33 ⁄ 11 =