Home Economie Sanctions économiques de la Cédéao: le Mali va-t-il revenir au franc malien...

Sanctions économiques de la Cédéao: le Mali va-t-il revenir au franc malien (Fm) ?

0
le Franc malien
Le recto du Franc malien initié par l'ex-Président Modibo Kéïta en 1962.

Depuis le 9 janvier 2022, le Mali est plus qu’isolé par les sanctions de L’Union économique et monétaire ouest-africain (UEMOA) et de la Communauté des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Gel des avoirs, fermetures des frontières sont entre autres, les sanctions prises par les Chefs d’Etats de la sous-région contre le Mali faute d’un calendrier clair pour la tenue des élections en février 2022.Plus d’une semaine après, les sanctions économiques demeurent. Officiellement, aucun dialogue n’a été lancé entre la CEDEAO et le pouvoir de Bamako. Pendant combien de temps, le pays va-t-il résister ? Le Mali va-t-il retourner à une monnaie locale, le franc malien ? Restera-t-il à la banque centrale des États de l’Afrique de l’ouest (BCEAO) accusée d’entériner illégalement les sanctions de l’UEMOA et de la CEDEAO ?

Par Tatiana Kaboré

Depuis l’annonce des sanctions économiques de l’UEMOA et la CEDEAO le 9 janvier 2022, les spéculations sur la création d’une monnaie locale au Mali vont bon train. Cette question est sur toutes les lèvres. C’est un scenario probable si la CEDEAO et le Mali ne mettent pas un peu d’eau dans leur vin.

En effet, le Mali a déjà fait l’expérience de la monnaie locale avec le franc malien (fm). Le 1er juillet 1962, le Mali avait créé sa monnaie le franc malien, en quittant l’Union monétaire Ouest Africaine. Cette monnaie a été utilisée par le pays durant 22 ans, entre 1962 et 1984.

Le franc malien avait été mise en place dans le but d’avoir une politique monétaire et un taux d’intérêts indépendant et ce, dans la continuité de l’indépendance du pays.

Le 30 juin 1962, le Président malien d’alors Modibo Keïta déclarait à l’Assemblée nationale de son pays que « Point n’est besoin d’être économiste pour savoir que la monnaie au niveau national est à la fois une garantie de liberté et mieux encore un instrument de puissance. Garantie de liberté, parce qu’elle nous permet, non pas de faire ce que l’on veut, mais bien plutôt d’agir dans le sens de l’intérêt national ».

L’ancien président considérait cette monnaie nationale comme un « instrument de puissance dans la mesure où elle nous donne la possibilité de contraindre les féodalités économiques et les groupes de pression qui veulent ignorer l’intérêt national pour ne défendre que les privilèges exorbitants hérités du régime colonial moribond » avait laissé entendre l’ex-Président Modibo Keïta.

Monnaie non convertible et fabriquées en Tchécoslovaquie, le franc malien avait été dévalué en 1963 et 1967. En 1984, le Mali demande à retourner au Franc CFA. Pour certains analystes, le Mali pourrait profiter de l’occasion pour créer sa propre monnaie ou revenir sur l’ancienne monnaie et ainsi quitter le système monétaire Ouest-africain critiqué depuis plusieurs années.

Une chose est sûre, le pays pourrait se tourner vers d’autres pays tels que la Russie, la Chine et bien d’autres qui lui fourniraient des réserves de changes, expliquent certains économistes

Aux vues des différentes suggestions, débats et contraintes actuelles du pays, est-ce que le Mali retournera à cette monnaie ou s’accrochera aux autres pays ? Même si c’était le cas, sur quoi s’adosserait cette nouvelle monnaie et quelle serait sa garantie ?

La monnaie est à ce jour, le vrai moyen de pression de l’UEMOA et de la CEDEAO contre le Mali. La Guinée échappe aux sanctions économiques de la CEDEAO à cause de sa propre monnaie, le franc guinéen.

A lire: Mali sanctions Cédéao : « Nous sommes très malheureux d’avoir imposé toutes ces sanctions » (Alassane Ouattara, Président ivoirien)

www.libreinfo.net

SENS Appel à contribution militante et population

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
2 + 19 =