Home A la une « Le stade du 4-Août sera mis à une certaine hauteur afin...

« Le stade du 4-Août sera mis à une certaine hauteur afin de lui permettre d’accueillir de grandes compétitions » Dominique Nana, ministre des Sports

stade du 4 Août
Dominique Marie André Nana, ministre des sports et des loisirs

Le ministre des Sports et des Loisirs, Dominique Nana a tenu une conférence de presse, le mardi 9 mars 2021 à Ouagadougou. Au cours de cette rencontre avec les médias, il a parlé de la suspension du stade du 4-Août et de la levée temporaire de cette suspension par la Confédération Africaine de Football (CAF).

 Par André-Martin Bado

Au lendemain de la levée de la mesure d’interdiction de jouer au stade du 4-Août, le ministre des Sports et des Loisirs, Dominique Nana, a annoncé aux médias au cours de la conférence de presse, que la levée de la suspension est en vigueur jusqu’en juin 2021.

Selon Dominique Nana, les exigences qui ont prévalu à la suspension du stade du 4-Août, le 2 mars dernier, par le comité d’urgence de la CAF, portaient entre autres sur :

– la qualité du terrain,

-l’éclairage du terrain qui doit être uniforme avec un éclairement horizontale, minimum de 1200 lux,

-la propreté des vestiaires,

-les zones réservées aux spectateurs,

-les installations sanitaires pour les spectateurs,

-les installations média,

-les travaux de rénovation générale du stade,

-l’exigence d’installer les trois tableaux d’affichages,

-l’identification des téléspectateurs à partir de leurs chaises,

-et l’exigence d’installer 6 mâts et en fin la qualité de la pelouse.

Quant à la normalisation du stade du 4-Août, le ministre dit qu’elle est toujours d’actualité. « Le stade du 4-Août sera mis à une certaine hauteur afin de lui permettre d’accueillir de grandes compétitions» a-t-il laissé entendre.

Pour le ministre, les travaux de la réhabilitation du stade vont  bientôt démarrer. Une requête a été soumise à cet effet au ministère des Finances en vue de combler le besoin de financements. «  Il ne faut pas non plus occulter les réalités de notre pays confronté déjà au double défi sécuritaire et sanitaire » explique Dominique Nana qui avoue ne pas être pressé par rapport à l’urgence de la réhabilitation. « Je ne suis pas prisonnier du temps. Je suis prisonnier de l’exigence de la qualité. Nous n’allons pas nous mettre la pression pour livrer une infrastructure qui ne soit pas de bonne qualité. Nous allons nous donner les moyens pour répondre aux exigences de la CAF et de la FIFA.»

Au terme de la conférence, le ministre en charge du sport a souhaité qu’à la prochaine Coupe d’Afrique des Nations, CAN, le Burkina Faso puisse disposer de 6 stades de qualité.

www.libreinfo.net