Home Politique Lutte contre le Terrorisme : une académie inaugurée en Côte d’Ivoire pour apporter...

Lutte contre le Terrorisme : une académie inaugurée en Côte d’Ivoire pour apporter des solutions

0
Terrorisme Académie internationale
L'académie internationale vise à apporter des solutions dans la lutte contre le terrorisme en Afrique

Le Premier ministre ivoirien Patrick Achi a inauguré, le jeudi 10 juin 2021 l’Académie internationale de lutte contre le terrorisme (AILCT). Cette académie vise au renforcement du capital humain, notamment dans le domaine de la sécurité en Côte d’Ivoire et dans les pays de la sous-région. C’était en présence du ministre des Affaires étrangères de la république française, Jean Yves Le Drian.

Par Tatiana Kaboré

Vaincre le terrorisme par tous les moyens et permettre une vie paisible, sécurisée aux populations ivoiriennes en particulier et à celles de la sous-région en général, tel est le vœu affiché par le gouvernement ivoirien. « L’Académie est un instrument essentiel dans le dispositif de lutte contre le terrorisme dans la sous-région.

Face à cette menace sombre et prédatrice qui plane sur le progrès de nos sociétés ouest-africaines, nous avons choisi de répliquer par l’audace, le courage, la détermination et la coopération engagée de nos nations », explique le premier ministre ivoirien, Patrick Achi.

Il estime que la menace terroriste est une plaie pour le continent africain dont les lendemains résonnent de promesses si fortes. Selon lui, cette menace « enferme les femmes et les écoles, les consciences et la croissance, les libertés et tous les possibles des générations qui viennent ».

Tout en qualifiant le terrorisme de « peste » qui fauche les hommes, il ajoute qu’elle fait fuir les investisseurs et ampute avec douleur le budget qu’un Etat en développement devrait consacrer à l’éducation, à la santé, à l’accès à l’eau ou au logement.

Le Chef de la primature ivoirienne est revenu sur les actions posées par la France dans le cadre de la lutte contre le terrorisme en Afrique depuis plusieurs années, notamment au Mali. « Nous nous souvenons avec ferveur des soldats français, hommes et femmes, tombés au champ d’honneur au Sahel pour protéger l’Afrique, pour protéger l’Europe », a-t-il soutenu.

Et d’ajouter que cette armée française l’a fait aux côtés des soldats maliens, tchadiens, nigériens, burkinabè, mauritaniens et ivoiriens. Ils ont choisi de combattre et de donner leurs vies afin de protéger « l’idéal de la liberté et du progrès » pour les générations à venir.

Le premier ministre ivoirien estime que face à ce fléau qu’est le terrorisme, la CEDEAO tout comme l’UEMOA, le G5-Sahel et les Chefs d’Etats ont su faire bloc. Convaincu, il soutient que seule une œuvre commune pourra être le chemin d’une victoire commune.

A ce niveau, il a demandé aux pays de la sous-région et à la France d’être immensément fiers. Car dit-il, cette académie internationale de lutte contre le terrorisme est une élite sous régionale de femmes et d’hommes à même de prendre le destin sécuritaire de la sous-région en main.

Cette académie sera également une structure ouverte, qui veillera avec tous les Etats, afin d’apporter des solutions à une menace qui « transcende les frontières, mais aussi une réponse qui rassemblera les nations ».

L’Académie de lutte contre le terrorisme repose sur trois piliers…

Le Chef du gouvernement ivoirien a remercié les Etats et les institutions qui se sont engagés à soutenir ce projet en plus de la France. Il s’agit entre autres de l’Union Européenne, des Pays-Bas, de la Norvège et de l’Australie, sans oublier les forces spéciales américaines qui ont participé à l’amélioration de la plate-forme d’entrainement des unités.

« Nos partenaires africains peuvent compter sur le soutien de la France aussi bien en termes financiers que de coopération technique. L’internationalisation de l’Académie va se poursuivre. Il faut désormais que tous les acteurs de la région s’approprient pleinement cet outil exceptionnel tout en intensifiant leur engagement commun contre les groupes qui les menacent », a déclaré pour sa part Jean Yves Le Drian.

L’académie repose sur trois piliers. Ce sont un centre d’entrainement des unités d’interventions spécialisées, une école interministérielle de formation des cadres et acteurs de la lutte anti-terroriste et un institut de recherche dédié à l’étude de la menace terroriste, au partage des doctrines et à l’échange d’expériences.

Bâtie sur une superficie de 1,100 hectares, l’Académie internationale de lutte contre le terrorisme est situé à Jacqueville à une soixantaine de kilomètres de Abidjan. C’est la première partie qui a été livrée et ses travaux ont coûté 15 milliards de FCFA. La phase deux, quant à elle, est estimée à 25 milliards, selon le ministre ivoirien de la Défense, Téné Birahima Ouattara.

La Côte d’Ivoire a connu sa première attaque le 13 mars 2016 à Grand-Bassam. Des assaillants avaient ouvert le feu sur la plage et des hôtels faisant 19 morts. Après cette attaque, elle a été victime de plusieurs autres attaques notamment dans le nord près de la frontière avec le Burkina qui est aussi en proie depuis 2015 aux attaques à répétition.

Parmi ces attaques on peut citer celle du 10 au 11 juin 2020 à Kafolo près de la frontière avec le Burkina, du 29 mars 2021 à Kafolo et Kolobougou. La plus récente date du 7 juin 2021 dans la localité de Tougbo, située dans le département de Bouna et frontalière avec le Burkina Faso.

www.libreinfo.net

SENS Appel à contribution militante et population

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
26 × 12 =