Home Sécurité Mali : 06 soldats français blessés dans une attaque

Mali : 06 soldats français blessés dans une attaque

06 soldats français blessés dans une attaque, pourquoi cet acharnement terroriste
Image d'illustration

Par Siébou Kansié

Six (06) soldats français de la force Barkhane (au Mali) ont été blessés vendredi dans une attaque suicide au véhicule piégé. En effet, c’est dans la zone dite de trois frontières(Mali-Niger-Burkina), qu’”un véhicule inconnu s’est dirigé à vive allure” vers l’arrière d’un convoi en opération avec des militaires maliens, explique l’état-major de l’armée française dans un communiqué.

C’est alors que poursuit l’armée française, qu’”un véhicule blindé de combat d’infanterie (VBCI) s’est alors interposé pour protéger les autres éléments de la force. Devant cette manœuvre, le conducteur [du véhicule inconnu] a fait déclencher sa charge explosive”, blessant les six éléments français de la force antijihadiste Barkhane.  Mais leur pronostic vital n’est pas engagé, rassure l’état-major français.

Des attaques se multiplient contre Barkhane

C’est la troisième attaque terroriste essuyée par la force Barkhane depuis la fin du mois de décembre 2020. Ce qui nourrit les commentaires sur la toile, amenant beaucoup d’internautes à se demander ‘’pourquoi ce retournement de veste ?’’ Car la plupart des attaques que subissent toutes les forces en présence au Mali, n’étaient pas aussi répétitives et dirigées contre Barkhane dans un laps de temps.

Selon un rapport de 2017 du secrétariat général de l’Onu, la plupart des attaques visaient l’armée malienne et la minusma. « 44 attaques ont visé les forces armées maliennes (FAMa) et 21 autres ont concerné la MINUSMA. Quant à la Force Barkhane, elle a été attaquée à au moins 10 reprises. », selon le rapport.

Face à cette recrudescence des attaques contre Barkhane, l’on se pose des questions. L’armée française au Mali s’engage-t-elle davantage sur le terrain de combat au point d’être exposée aux mêmes risques que les autres? Où c’est un acharnement des groupes armés terroristes sur Barkhane qui travaillent à sa destruction ? Difficile de tenter une réponse.

Quand le « messie » devient « le malheur » de tout un continent

La liesse des Maliens accueillant avec soulagement l’arrivée des soldats français à Bamako en 2013 (opération serval à l’époque), s’est estompée à moins d’une décennie, pour laisser place à une sorte de mépris généralisé vis-à-vis de ces derniers : le développement du sentiment ‘’antifrançais’’. Il s’est exacerbé au dernier trimestre de l’année 2019. Un sentiment caractérisé par des appels au retrait des soldats français en Afrique, qui s’est poursuivi jusqu’en 2020.

Malgré les efforts militaires énormes, engageant des sommes importantes dans le combat contre le terrorisme, la haine contre la présence des militaires français en Afrique s’est renforcée.

En 2021 encore, des scénari se préparent pour accabler davantage cette force et finir par prouver son « inutilité. » C’est du moins, ce qui donne à voir avec les supposées frappes aériennes sur le village de Bounti le 3 janvier contre des civils en mariage.

Dans ce ‘’film’’, l’armée malienne a apporté le démenti et parle « d’information tendancieuse » qui vise « à jeter l’opprobre sur le travail combien salutaire des FAMa et de leurs partenaires qui sont en train de mener une lutte implacable contre les terroristes. »

Dans cette manœuvre, il est difficile de savoir qui d’entre Barkhane, les populations de Bounti et l’armée malienne détient la bonne version des faits. Mais ce qui est sûr, la présence des soldats français sur les terres maliennes et sur la plupart d’autres en Afrique, n’est plus appréciée par les populations.

La France vue hier comme ‘’libérateur’’, est aujourd’hui indexée comme un ‘’envahisseur’’ qui, au nom de la lutte contre le terrorisme, pillerait les ressources des pays africains où elle est présente à travers son armée.

Ce rejet de la ”France” avantage les pays comme la Russie, la Turquie, la Chine, entres autres, vus comme rivaux de la France en Afrique, qui profitent renforcer leur coopération.

www.libreinfo.net