Home Politique Mali : Les militaires peuvent désormais se présenter à l’élection présidentielle

Mali : Les militaires peuvent désormais se présenter à l’élection présidentielle

0
Transition du Mali
Photo d'illustration des militaires maliens

Le Conseil national de la Transition du Mali a voté le 17 juin 2022, une loi électorale devant aboutir au retour à l’ordre constitutionnel en 2024. L’article 155 de la loi autorise tout militaire à prendre part au scrutin prochain, à condition qu’il démissionne 4 mois avant la date de l’élection présentielle.

Par Daouda Kiekieta

La nouvelle loi électorale a été adoptée par le CNT par 115 voix pour, 3 contre et 0 abstention après avoir apporté 92 amendements au projet proposé par le gouvernement, sur 219 articles.

L’article 155 de ladite loi précise que tout militaire peut prendre part au scrutin présidentiel prochain, mais avec des conditions.
“Les membres des forces armées ou de sécurité qui désirent être candidat aux fonctions de Président de la République doivent démissionner ou demander leur mise à la retraite au moins 04 mois avant la date de l’élection présidentielle, marquant la fin de la Transition”, stipule l’article.

Alors que la charte de la Transition stipule que le Président de la Transition ne peut pas prétendre à la magistrature suprême lors des élections de 2024, certains se demandent si Assimi Goïta pourrait-il se présenter à la présidentielle prochaine avec cette nouvelle loi.

L’on se rappelle que l’ancienne charte de la Transition adoptée en 2020 n’exclut pas la participation des hommes en treillis de la chose politique.

En effet, l’ancien texte, faut-il le rappeler, stipulait que ’’tout membre des forces armées ou de sécurité qui désire être candidat aux fonctions de Président de la République doit démissionner ou demander sa mise à la retraite au moins six 6 mois avant la fin du mandat en cours du Président de la République et la mise à la retraite doit être effective avant la date limite de dépôt des candidatures ».

Cette nouvelle loi signe le retour des soldats dans la gestion du pouvoir, avec le risque de militarisation du pouvoir dans un pays qui a déjà enregistré cinq (05) coups d’Etat depuis son indépendance.

La nouvelle loi électorale votée le vendredi 17 juin autorise la création de l’Autorité indépendante de gestion des élections (AIGE), organe unique chargé d’organiser les élections.

Lire aussi: Transition au Mali : Assimi Goïta s’offre deux ans de plus

www.libreinfo.net

SENS Appel à contribution militante et population

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
20 − 20 =