Accueil Diplomatie Mali:La Cedeao demande la démission immédiate des 31 députés contestés y compris...

Mali:La Cedeao demande la démission immédiate des 31 députés contestés y compris le Président du Parlement

Des chefs d'Etat de la Cedeao,photo d’illustration
Des chefs d'Etat de la Cedeao,photo d’illustration

Le sommet extraordinaire de la Cedeao tenu lundi 27 juillet par visioconférence a livré ses conclusions. Les chefs d’Etat de la Cedeao disent soutenir les recommandations de sortie de crise proposées par ses missions précédentes au Mali. Par ailleurs,des décisions avec effet immédiat ont été prononcées contre une partie des protagonistes.

Par La Rédaction

Le sommet extraordinaire a demandé la démission immédiate des 31 députés dont l’élection est contestée y compris le Président du Parlement. La Majorité Présidentielle devra mettre tout en œuvre pour obtenir cette démission qui ouvrira la voie à des élections partielles,ajoute le communiqué final.

En attendant ces élections partielles, le Parlement pourra fonctionner avec les 116 députés restants. Une recomposition rapide de la Cour Constitutionnelle, conformément aux dispositions constitutionnelles du Mali est également demandée. Le Parlement proposera ses représentants après la démission des 31 membres dont l’élection est contestée. En cas de difficulté de nomination des membres de la Cour Constitutionnelle par les différentes Instances, le Président de la République utilisera l’article 50 de la Constitution pour nommer les 9 membres.

Les chefs d’Etat de la Cedeao ont aussi demandé la mise en place rapide d’un Gouvernement d’union nationale avec la participation de l’opposition et de la Société civile. L’opposition, particulièrement le M5-RFP est encouragé à participer à ce Gouvernement d’union nationale en vue de contribuer au règlement des problèmes de gouvernance qui affectent le Mali et ce dans un esprit de patriotisme.

La tâche prioritaire de ce Gouvernement d’union nationale sera de mettre en œuvre toutes les réformes, recommandations et décisions issues du Dialogue National Inclusif et de traiter les questions de gouvernance. En particulier, la mise en œuvre des accords d’Alger devra être accélérée. Compte tenu des nombreux défis auxquels fait face le pays, certains membres du Gouvernement pourront être nommés avant la formation du Gouvernement d’union nationale. Il s’agit de ceux en charge de la Défense, la Justice, les Affaires Etrangères, la Sécurité intérieure et les Finances.

Les autorités maliennes sont priées egalement de mettre en place rapidement une commission d’enquête pour déterminer et situer les responsabilités dans les violences qui ont entraîné des décès et des blessés les 10, 11 et 12 juillet 2020 ainsi que les destructions des biens publics et privés. Sans occulter la mise en place d’un Comité de Suivi de toutes les mesures ci-dessus prises qui comprendra des représentants du Gouvernement, du Parlement, de la Société civile, de la Magistrature, du M5-RFP, des femmes et des jeunes, avec la participation de l’Union Africaine et des Nations Unies, sous la présidence de la CEDEAO.

Enfin,l’institution sous régionale prévoit la mise en place d’un régime de sanctions contre ceux qui poseront des actes contraires au processus de normalisation de cette crise, étant entendu que l’ensemble des décisions et mesures ci-dessus devront être mises en œuvre au plus tard le 31 juillet 2020.

www.libreinfo.net