Accueil Société Massacre de Yirgou : Des milliers de burkinabè appellent à l’unité contre...

Massacre de Yirgou : Des milliers de burkinabè appellent à l’unité contre la stigmatisation

Des milliers de Burkinabè ont manifesté ce samedi 12 janvier à Ouagadougou pour témoigner leur solidarité aux victimes des exactions à Yirgou le 1er janvier 2019. Le Massacre qui a causé la mort officiellement de 49 personnes a plongé les burkinabè dans un émoi total. La manifestation de ce jour a été initiée par le collectif contre l’impunité et la stigmatisation crée spontanément pour exiger la lumière sur les crimes de Yirgou et de dire non aussi à la stigmatisation.

Au moins 70 personnes ont été tuées dans le massacre de Yirgou selon un décompte du collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés (CISC). Le Président du Faso avait déclaré 49 morts lors de sa visite sur les lieux du drame. C’est au regard de cette barbarie que le CISC a lancé l’appel à la manifestation ce samedi à Ouagadougou pour dire non à la stigmatisation des communautés. Le rassemblement qui a commencé à 8h à la place de la nation a été suivi d’une longue marche silencieuse sur un itinéraire de plusieurs kilomètres. Les manifestants ont parfois marqué des arrêts, les mains levées avant de poursuivre leur marche. Tous, de tout bord, ont traduit leur mécontentement vis-à-vis de ce qui s’est passé le premier jour de l’an à Yirgou. Sur les pancartes l’on pouvait lire plusieurs messages : « Tous unis contre les nettoyages ethniques » ; « Plus jamais ça au Faso, oui à la cohésion sociale au Faso », etc.

Des milliers de Burkinabè étaient dans les rues de Ouagadougou ce 12 janvier 2019 pour exiger la justice sur le massacre de Yirgou

Les manifestants ont prôné ‘’le vivre ensemble’’, et cela a été réaffirmée au cours de cette marche qui a mobilisé des milliers de Burkinabè dans les rues de Ouagadougou. Hassane Barry, le président d’honneur du collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés (CISC) a déclaré que « Toutes les soixante (60) ethnies du Burkina Faso sont ici présentes. Au Burkina Faso, il n’y a pas d’ethnies, il y’a des Burkinabè ». Le porte-parole du collectif, le Dr Daouda Diallo, a demandé aux autorités que la justice s’applique dans toute sa rigueur contre les auteurs des assassinats (à ce jour il n’a pas encore eu d’interpellation ndlr) ».

Aux cotés des manifestants, il y a un collectif d’artistes qui a donné de la voix dans une chanson faite spécialement pour traduire leur amertume et dénoncer l’ignominie du 1er janvier 2019 à Yirgou. De retour à la place de la nation, ces artistes ont offert une prestation artistique aux milliers des manifestants. Parmi ces artistes, on notait la présence de Sana Bob, Dicko Fils, Solo Dja Kabako, Imilo Le Chanceux et bien d’autres.

Selon Imilo Le Chanceux, « on a remarqué de nos jours que le pays est beaucoup touché par des gens qui viennent de l’extérieur. Mais, il ne faut pas que ce soit entre nous, raison pour laquelle j’ai participé à cette œuvre avec un cœur blanc ».
Plusieurs figures politiques, leaders d’opinion et Organisations de la société civile, étaient présents à cette manifestation dont Me Guy Hervé Kam, porte-parole du Balai citoyen, le Président de la CENI, Newton Ahmed Barry, Mélégué Traoré ancien président de l’Assemblée nationale, Ablassé Ouédraogo, président du parti Le Faso autrement, des anciens ministres, le Pr Albert Ouédraogo, Pr Alpha Oumar Dissa, Pr Abdoulaye Soma et bien d’autres.

Marie SAMA

Commenter

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
3 + 5 =