Accueil Interviews exclusives Mort de George Floyd:Le très influent syndicat de la Police freinera des...

Mort de George Floyd:Le très influent syndicat de la Police freinera des quatre fers pour amoindrir les charges et retarder la condamnation

Ismaël Diallo,chroniqueur de l'actualité internationale à Libreinfo.net
Ismaël Diallo,chroniqueur de l'actualité internationale à Libreinfo.net

Depuis la mort de l’Afro-américain George Floyd,les Etats-Unis connaissent une véritable période trouble de manifestation partout contre la violence des policiers Blanc sur les Noirs. Cette expression de mécontentement manifestée bruyamment pourrait elle changer les choses dans l’avenir? C’est la principale question qui a guidé cet entretien avec Ismaël Diallo,ancien fonctionnaire des Nations Unies et chroniqueur de l’actualité internationale à Libreinfo.net. Il est en séjour depuis plusieurs mois à Atlanta aux USA. Celui ci fait sa lecture des violences policières,la gestion de la crise par Donald Trump et l’avenir de la lutte contre ces formes de violences.

Entretien réalisé par Mail avec Albert Nagreogo

Libreinfo.net (LI): Quelle analyse faites-vous des violences suite à la mort de George Floyd ?

La cause de la mort de George Floyd n’est pas nouvelle. La brutalité de la Police américaine est institutionnelle, quotidienne. La différence ici est le fait que la scène soit filmée et vue par le monde entier.La violence est l’expression d’un ras-le-bol.

 Ismael Diallo ID:Comment expliquez-vous le meurtre des afro-américains suite aux bavures policières ?

Les “Afro-américains” préfèrent s’identifier AFRICAN-AMERICANS = Africains-Américains.Ce qui s’est passé entre le policier “blanc” et George Floyd et les trois autres policiers témoins plutôt complices, n’est pas une bavure. C’est un acte délibéré, conscient, acquis lors de la formation professionnelle. Le policier américain est formé dans l’esprit de voir le Noir en tous lieux et en tous temps comme un suspect, un sujet dangereux. Il doit donc être dans la disposition d’esprit de sévir, d’user de la force sans restriction. Le policier blanc’ intègre cet esprit, en use et abuse quotidiennement.

Pensez-vous que ces violences soient l’expression d’un sentiment anti-raciste ou contre la politique de Donald Trump ?

Elles sont l’expression d’une exaspération devant la brutalité sauvage de la Police et l’immunité dont elle jouit après chaque violation flagrante des droits élémentaires de toutes personnes humaines à la couleur de peau noire. Les Africains-Américains subissent une violence multiforme, sans mesure depuis 401 ans ! Ils résistent et luttent chaque jour. Leur quotidien est témoin de résilience, de doutes de voir le lendemain, de devoir -chaque jour- faire attention à soi et aux alentours pour préserver sa vie.C’est le lieu de souligner que si l’homme Noir a survécu à quatre siècles de traitements indicibles, aux États-Unis, dans les Amériques et les Caraïbes c’est grâce à la femme Noire. À sa patience, son endurance, sa ténacité, son équilibre, sa haute idée d’elle-même, son amour pour ses enfants.George Floyd mourant a appelé sa mère au secours alors qu’elle n’est plus de ce monde depuis deux ans.

Cette situation pourrait-elle changer grand-chose dans l’équilibre social entre blancs et noirs ?

La société américaine existe plutôt sur le fondement d’un déséquilibre social entre Blancs et Noirs. La discrimination mettant le Noir au bas de l’échelle a été légiférée et institutionnalisée dans les années 1800 par le Congrès. La suprématie blanche est un dogme qui sous-tend le déséquilibre et pérennise la supériorité des Blancs. Dans tous les domaines. N’est concédé aux Noirs que l’excellence dans le sport, la musique et quelques autres domaines sans conséquences majeures.

Il est illusoire de penser que les manifestations occasionnées par le meurtre de George Floyd “changent grand-chose” dans les fondements de la société américaine.

La participation notable de Blancs à ces manifestations, surtout de filles et de femmes, incitent à penser à l’aube de temps nouveaux. Celle du rejet de la violence institutionnelle de la Police américaine, du racisme ambiant, du mépris pour la vie de la personne humaine à la couleur de peau noire.Les jeunes, Noirs et Blancs sont entrain de forcer les personnes et les institutions à sortir de leur confort pour remettre en cause le statu quo. A leur corps défendant.

Comment vous analysez la gestion de la crise par le président Trump ?

Il est tout entier obsédé par lui-même. Tout est “moi, moi, moi. Moi d’abord. Avec moi ou contre moi”. Une mauvaise graine née et grandie avec une cuillère d’argent -ou d’or- dans la bouche. Il a une idée très particulière de lui-même en tant qu’homme, Blanc, blond, d’origine allemande (ce qu’il a tenté de cacher en se voulant d’origine suédoise), se comptant (abusivement) parmi les milliardaires. Les femmes sont pour lui des objets, des “consommables”, les Noirs des êtres inférieurs, les pauvres en argent des incapables et paresseux, même s’il n’a jamais prouvé avoir un don quelconque, une intelligence autre que celle pour faire des deals. Et encore ! Il a été plus d’une fois en dépôt de bilan et déclaré en faillite. Il a été cousu de dettes au point de ne plus pouvoir en contracter aux USA, et a dû aller en avoir en Allemagne et en Russie.

Bref !…il “gère” la crise sous le prisme de “qu’est-ce qui est bon pour moi ?”. “Comment puis-je utiliser la crise à mon avantage ?”.Il ne peut donc qu’échouer dans une résolution intelligente de la crise.

Ceci ne veut pas dire qu’il perdra à coût sûr les élections de novembre. La démocratie étant devenue un cirque de dupes, un champ de manigances entre copains et coquins (comme aimait dire Sankara) fortement influencée voire manipulée par l’argent et la démagogie. Il n’est pas exclu qu’il soit réélu si l’on tient compte de ce que beaucoup d’électeurs et électrices sont mus davantage par des instincts primaires (appartenance “ethnique” OUI même aux USA. N’oubliez pas que c’est un des rares pays où la notion de “races” est officielle et utilisée dans tous calculs, toutes études) ; et que le vote est influencé par la couleur de la peau. Constatant la montée démographique de la population hispanique/Latino et dans une moindre mesure Africaine-Américaine, des progrès économiques et scientifiques des Américains d’origine asiatique, les Blancs -les petits Blancs- voient leur supériorité s’éroder. D’où la résurgence violente des groupes de suprématistes blancs, de neo-nazis. Trump, sans scrupules ni états d’âme surfe sur ces pulsions imbéciles.

Les policiers incriminés ont tous été inculpés, cela suffit-il pour restaurer l’ordre dans le pays ?

Ils ont été inculpés dans le sens de “mis en examen”. La compréhension du vocable “inculpé ou inculpation” est souvent fausse. Elle donne à penser à beaucoup que la personne ou les personnes incriminées sont condamnées. Ce qui n’est pas encore le cas. Ces personnes jouissent toujours de la présomption d’innocence, même si les faits paraissent évidents et difficiles à objecter.

Il y a encore un long chemin entre l’inculpation et la conviction. Le très influent syndicat de la Police freinera des quatre fers pour amoindrir les charges et retarder la condamnation. La procédure va traîner si la pression de la société civile diminue.

Il y a plusieurs cas d’homicides perpétrés par des policiers au fil des décennies dont la procédure traîne ou pour lesquels les auteurs policiers sont toujours disculpés, blanchis pour ainsi dire. Au pire, les individus mis en cause quittent la Police pour être immédiatement recrutés ailleurs. Le cas de George Floyd est rarissime dans la rapidité de la Justice.

Voyant le déploiement des militaires devant la Maison Blanche, le recours à un hélicoptère militaire pour effrayer les manifestants, la démonstration de force de soldats en rang impeccables sur l’esplanade du Lincoln Memorial m’ont fait penser aux mots d’Albert Einstein <<Je méprise fortement ceux qui aiment marcher en rangs sur une musique;ce ne peut être que par erreur qu’ils ont reçu un cerveau ; une moelle épinière leur aurait suffit amplement>>.

Car OUI comment au nom de la discipline peut-on devenir un automate ? Un zombie ? Prêt à exécuter un ordre -n’importe lequel- simplement parce que le supérieur hiérarchique l’a ordonné !

Me reviennent également à l’esprit les sentences de Malcom X <<Nobody can give you freedom. Nobody can give you equality or justice or anything. If you are a man, you take it>> en français : « Personne ne peut vous donner la liberté. Personne ne peut vous donner l’égalité ou la justice ou quoique ce soit. Si vous êtes un Homme, vous les prenez » ; <<Be peaceful, be courteous, obey the law, respect everyone, but if someone puts his hand on you, send him to the cimetery>> pour ainsi dire : « Soyez pacifiques, soyez courtois, obéissez aux lois, respectez tout le monde, mais si quelqu’un porte sa main sur vous, envoyez-le au cimetière ».

www.libreinfo.net