Home Economie Economie: Le Niger, l’Algérie et le Nigéria signent la construction d’un gazoduc...

Economie: Le Niger, l’Algérie et le Nigéria signent la construction d’un gazoduc de 4,128 km devant relier les trois pays

0
Niger Algérie Nigéria gazoduc
image d'illustration

Le Niger, l’Algérie et le Nigéria ont signé la « Déclaration de Niamey » lors de la troisième édition du Forum minier et pétrolier (ECOMOF) de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) à Niamey le 16 février 2022.

 

Signé par Mahamane Sani Mahamadou, Ministre du Pétrole, de l’Energie et des Energies Renouvelables de la République du Niger, Mohamed Arkab, Ministre de l’Energie et des Mines, Algérie, et Chief Timipre Sylva, ministre d’État aux ressources pétrolières du Nigéria, l’accord verra la reprise du développement du projet de gazoduc transsaharien de plusieurs milliards de dollars.

D’une longueur de 4,128 kilomètres, le gazoduc reliera Warri au Nigeria à Hassi R’Mel en Algérie, en passant par le Niger. Une fois achevé, le gazoduc transportera 30 milliards de mètres cubes de gaz naturel par an du Nigéria, de l’Algérie et du Niger vers les marchés européens via la côte méditerranéenne stratégique de l’Algérie, ainsi que des stations intérieures le long de son parcours.

Le gazoduc permettra à l’Europe d’exploiter directement les importantes réserves de gaz naturel des trois pays, diversifiant ainsi son approvisionnement dans le sillage de la crise énergétique actuelle, tout en créant des sources de revenus essentielles pour les marchés gaziers africains.

« Ce projet sera transformationnel pour tous les pays concernés et nous, au Nigéria, nous engageons pleinement à en faire un succès. Cela créera des emplois et des revenus indispensables grâce à la monétisation du gaz », a déclaré Chief Timipré Sylva.

Une grande partie du coût estimé de 13 milliards de dollars du pipeline sera dépensée au Niger, agissant comme un coup de pouce indispensable pour le secteur de l’énergie déjà en croissance et l’économie au sens large. Plus important encore, le gazoduc permettra également au Niger de monétiser ses propres énormes réserves de gaz, estimées à 34 milliards de mètres cubes avec des réserves récupérables de 24 milliards de mètres cubes.

Les plans du ministre Mahamat Sani Mahamadou incluent l’utilisation du gaz domestique pour développer une industrie pétrochimique, avec la production de sous-produits comme l’ammoniac, l’urée et les engrais. Cela aura l’avantage supplémentaire de dynamiser l’agriculture qui reste un employeur majeur dans le pays et dans toute la région.

www.libreinfo.net

SENS Appel à contribution militante et population

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
24 × 28 =