Accueil Société Opération caisse vide du Syntsha à Houndé :le maire réclame la taxe...

Opération caisse vide du Syntsha à Houndé :le maire réclame la taxe d’abattage, le syntsha s’oppose à la perception

Photo d'illustration centre de santé à Houndé
Photo d'illustration centre de santé à Houndé

L’opération caisses vides, le boycott des tournées et missions puis la rétention de l’information sanitaire par la non transmission des rapports statistiques sont les principaux mots d’ordre de grève du Syntsha. Si les trois autres se passent sans difficultés, l’opération caisse vide elle fait l’objet de tiraillement entre le maire de Houndé et la section SYNTSHA du Tuy. La suite de ce bras de faire à accouché d’un sit-in de 72H à compter de ce lundi 23 septembre 2019 contre le maire de la commune de Houndé.

Dans la cité de l’Os dur le torchon brûle entre la mairie de Houndé et la section Syntsha (syndicat des travailleurs de la santé humaine et animale) /Tuy. Ce qu’on peut appeler désormais bras de fer, fait suite à l’interdiction faite par le SYNTSHA aux bouchers de payer les taxes d’abattages, instituées par le conseil municipal et collectées pour le budget communal, qui selon le syndicat rentre dans le cadre de l’opération caisses vides.

Pour le maire Dissan Boureima Gnoumou qui a reçu en audience une délégation du Syntsha le 14 septembre 2019 : « l’économie locale ne doit pas faire les frais d’un mot d’ordre adressé à l’Etat. Le non-paiement de cette taxe est une infraction que l’autorité communale se réserve les moyens de faire respecter.»

La section Syntsha/Tuy n’entend pas faire une restriction du mouvement national qui doit s’appliquer dans toutes les localités du Burkina. « Le torchon brûle actuellement entre le maire et notre section, parce que nous mettons en œuvre le mot d’ordre du SYNTSHA décrété du 07 juin au 1er septembre qui a été reconduit de façon tacite jusqu’au 27 novembre 2019. Dans ce mot d’ordre il y’a l’opération caisses vides qui fait face à l’opposition du maire de Houndé en ce qui concerne la perception de la taxe d’abattage qu’il dit mettre tous les moyens à sa disposition pour que la collecte soit effective. Et nous au niveau du Tuy nous ne ferons pas restriction au mot d’ordre lancé » soutient Pierre Somé, secrétaire général du Syntsha/Tuy.

La suite des évènements sera marquée par les menaces des bouchers qui accepteront payer la taxe par le service de l’élevage d’une part et les saisies des carcasses par la mairie d’autres parts. La situation va connaître une rapide évolution avec la mise sous scellé du service de l’élevage le jeudi 19 septembre 2019 par la police municipale de la mairie de Houndé. Une réquisition du préfet du département de Houndé à la police viendra rouvrir le service le même jour.

Pour le syndicat ses agissements du maire de Houndé est une répression de leur mouvement avec es intimidations et la saisie des carcasses. « La dernière goutte d’eau qui a fait déborder le vase, c’est quand le maire a décidé de venir sceller le service de l’élevage qui est un service de l’état et les agents qui animent ce service sont des militants du Syntsha. Voilà pourquoi nous observons ce matin un mot d’ordre de sit-in de 72H devant le service de l’élevage », s’indigne le secrétaire général Pierre Somé.

Le CMA (centre médical avec antenne chirurgicale de Houndé et les huit CSPS de la commune observent donc un sit-in de 72H à compter de ce lundi 23 septembre de 72h de 7h30 à 12h pour exiger : l’arrêt des intimidations et menaces contre les agents du Syntsha, la sécurisation du service départemental de l’élevage et une mise en garde du maire de Houndé sur la fermeture des services publics. La mairie prévoit une rencontre avec les bouchers pour les informer du maintien de la saisie des carcasses de tout boucher qui refuse de payer la taxe et la poursuite de toute personne qui se livrerait à un abattage clandestin.

El Bach,Correspondant, Tuy

www.libreinfo.net