Accueil A la une Opposition politique : le retour de l’ex-président Blaise Compaoré promis par le...

Opposition politique : le retour de l’ex-président Blaise Compaoré promis par le président Kaboré est un « chantage pour obtenir les suffrages des partisans des exilés »

Le Président du Faso Roch Kaboré a accordé un entretien à nos confrères de Rfi et France 24, diffusé le 15 octobre 2020. Il y a annoncé le retour des exilés politiques dont l’ancien Président Blaise Compaoré (exilé depuis octobre 2014 en Côte d’Ivoire) dès le premier semestre de 2021, s’il est réélu. L’opposition politique dans une déclaration, considère cette promesse comme un argument électoral pour obtenir les suffrages des ‘’adeptes des exilés’’.

Par la Rédaction

Le Chef de file de l’opposition politique (CFOP), Zéphirin a réagi à cette annonce du Président Kaboré, qu’elle considère comme un argument de campagne qui s’ouvrira bientôt. « Le Président Kaboré reconnaît tardivement que notre pays a un problème de réconciliation, et qu’en cinq années de gouvernance, il n’a pas accordé à cette question hautement vitale pour notre pays, l’attention qu’elle méritait. »,a réagi M. Diabré.

Pour le CFOP, c’est depuis ‘’2019’’ que l’ancien Président Compaoré a tendu la main au Président Kaboré, qui « n’a pas daigné donner une suite à cette manifestation de bonne volonté de l’ancien Chef d’Etat. »

« En devenant subitement adepte de la réconciliation nationale juste quelques jours avant l’ouverture de la campagne électorale, et en liant sa démarche de réconciliation à son éventuelle réélection, le Président sortant, Roch Kaboré, montre clairement que pour lui, la réconciliation n’est pas une nécessité pour l’avenir du pays. Il voit plutôt la réconciliation comme un banal argument électoral brandi sous forme de chantage pour obtenir les suffrages des partisans des exilés. »

Zéphirin Diabré estime que la question de la réconciliation ne doit pas être liée à des calculs électoralistes. « On va à la réconciliation si on pense qu’elle est nécessaire pour notre pays. » Pour lui, le Président Kaboré qui sera à son dernier mandat quand il sera réélu, n’aura aucun « intérêt à honorer ses promesses »

www.libreinfo.net