spot_img

Ouagadougou : « Nous ne fabriquons pas la Vody, nous la vendons», Alfred

Publié le : 

Publié le : 

À Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso, la police municipale a fait depuis quelques mois, des descentes musclées dans les boutiques pour vider les boissons de marque Vody. Comment les commerçants apprécient l’action de la police ? Libreinfo.net a pris quelques réactions. 

Par Valentin Kaboré (Stagiaire)

Vendredi 10 novembre 2023. Nous sommes au quartier Sinyiri de Ouagadougou. Le soleil est au zénith. Installé juste au bord d’une voie publique, Alfred est propriétaire de deux boutiques. Il y vend de la boisson Vody en plus d’autres marchandises.

Cette boisson alcoolisée fabriquée en Allemagne et commercialisée en Afrique de l’Ouest est un mélange de vodka et de produits énergisants. Elle inquiète la communauté scolaire et médicale, car accusée de « détruire la jeunesse ».

A la question de savoir quelle appréciation Alfred fait déjà de la consommation de la Vody dans la ville, il répond sans ambages que « c’est une drogue, il faut le reconnaitre ». Une drogue que ce grossiste voudrait paradoxalement continuer à vendre.

« Nous ne fabriquons pas cette boisson, nous la vendons. La police municipale nous l’arrache de force comme si nous sommes des voleurs » regrette celui-ci.

Contrairement à Alfred, Sylvain souhaite la suppression de la Vody même s’il en vend. C’est pourquoi, il dit saluer l’action de la police municipale qui consiste à faire parfois des descentes musclées dans les boutiques pour vider les boissons de marque Vody.

Selon lui, les professionnels de santé ont plusieurs fois fait des alertes sur les ondes de certaines radios lors des émissions sur les effets de la boisson.

« C’est une boisson dont la consommation est en vogue», soutient Sylvain qui estime que « si le gouvernement a entrepris des mesures pour lutter contre, c’est pour le bien-être de tous». 

Le plus important pour ce dernier serait que le gouvernement veille à ce que la boisson n’entre plus sur le territoire burkinabè. « Ainsi, les grossistes ne pourront plus vendre aux détaillants», fait-il savoir.

Dans son alimentation, Nadège (nom d’emprunt) vend également cette boisson qui fait parler d’elle. « Nous vendons la Vody dans notre alimentation parce que nous n’avons pas le choix. Nos clients ont moins de 20 ans». 

Cependant, pour Nadège, il faut que la police municipale s’investisse plus dans la lutte contre la prolifération de la boisson dans la ville de Ouagadougou. « C’est bien de nous interdire la vente, mais il est plus intéressant d’interdire son importation et elle disparaitra sur le marché », suggère-t-elle.

La vente de la Vody est un véritable business
La vente de la Vody est un véritable business

Bruno (nom d’emprunt), gérant de Kiosque est dans cette même dynamique. « Même si je vends la Vody, je dois reconnaitre qu’elle détruit notre jeunesse », affirme-t-il.

La vente de la Vody est un véritable business nous indique Joël. « On en vend un peu partout, les gens se font beaucoup d’argent, c’est un véritable business ».

Ce dernier nous a fait savoir que des dizaines de vidéos postées sur les réseaux sociaux, notamment TikTok et Facebook montrent des jeunes en état de transe dans la rue ou dans les boîtes de nuit, après avoir consommé la Vody.

«La police municipale ne fait que son travail. Aux vendeurs d’accepter cela et de se soumettre à ses exigences », conclut Joël.

www.libreinfo.net

- Advertisement -
spot_img

Articles de la même rubrique

Burkina : Le ministre Jean Emmanuel Ouédraogo élevé au grade d’Officier de l’Ordre de l’Étalon

Le ministre de la Communication, de la Culture, des Arts et du Tourisme, Jean Emmanuel Ouédraogo, a été fait Officier de l'Ordre de l'Étalon,...

Procès charbon fin : « On n’a jamais augmenté les taux d’humidité dans les sacs », Sidi Abdoulaye

Ce 8 décembre 2023 au Tribunal de grande instance Ouaga I, le juge a décidé de l'instruction de l'infraction «faux en écriture privée de...

Burkina : un colloque international en hommage à Norbert Zongo, le 13 décembre

Dans le cadre de la célébration des 25 ans de l’assassinat de Norbert Zongo, le département d’histoire et archéologie de l’université Norbert Zongo et...

Burkina/Politique : Ouaro, « victime d’abandon » démissionne du MPP 

Le Pr Stanilas Ouaro, 4e vice-président du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), l’ex-parti au pouvoir, et ancien ministre de l’Éducation nationale sous...

Burkina : Le forum «Africapacités» se penche sur les opportunités des défis actuels au Sahel

Ce vendredi 8 décembre 2023 s'est ouvert à Ouagadougou le forum international « Africapacités », organisé par Diakonia, le Centre pour la  gouvernance démocratique...
spot_img

Autres articles

Burkina : Le ministre Jean Emmanuel Ouédraogo élevé au grade d’Officier de l’Ordre de l’Étalon

Le ministre de la Communication, de la Culture, des Arts et du Tourisme, Jean Emmanuel Ouédraogo, a été fait Officier de l'Ordre de l'Étalon,...

Procès charbon fin : « On n’a jamais augmenté les taux d’humidité dans les sacs », Sidi Abdoulaye

Ce 8 décembre 2023 au Tribunal de grande instance Ouaga I, le juge a décidé de l'instruction de l'infraction «faux en écriture privée de...

Burkina : un colloque international en hommage à Norbert Zongo, le 13 décembre

Dans le cadre de la célébration des 25 ans de l’assassinat de Norbert Zongo, le département d’histoire et archéologie de l’université Norbert Zongo et...

Burkina/Politique : Ouaro, « victime d’abandon » démissionne du MPP 

Le Pr Stanilas Ouaro, 4e vice-président du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), l’ex-parti au pouvoir, et ancien ministre de l’Éducation nationale sous...

Burkina : Le forum «Africapacités» se penche sur les opportunités des défis actuels au Sahel

Ce vendredi 8 décembre 2023 s'est ouvert à Ouagadougou le forum international « Africapacités », organisé par Diakonia, le Centre pour la  gouvernance démocratique...