Home A la une Passation de charges au CFOP : Eddie Komboïgo encourage le gouvernement à utiliser...

Passation de charges au CFOP : Eddie Komboïgo encourage le gouvernement à utiliser l’arme diplomatique pour lutter contre le terrorisme

Eddie Komboïgo

⁰Le nouveau chef de file de l’opposition politique burkinabè, Eddie Komboïgo a été officiellement installé dans ses fonctions ce jeudi 5 mars 2021 à Ouagadougou. La cérémonie de passations de charges a été présidée par Alassane Bala Sakandé, le président de l’Assemblée nationale,.

Par Etienne Doly, stagiaire

Le nouveau chef de file de l’opposition politique place son mandat sous le signe de la paix. Sa vision dans cette nouvelle fonction, déclare-t-il, c’est la préservation de la paix, la réconciliation nationale, et la relance économique. C’est dans cette dynamique qu’il a décidé «  d’accepter malgré tout, les résultats du scrutin et les fonctions de chef de file de l’opposition » pour l’intérêt supérieur de la Nation. Pour amorcer le développement économique, il sied pour Eddie Komboïgo, de préserver la paix. Pour lui, ce qui importe dans ce pays, « c’est la paix parce que sans la paix nous ne pouvons pas relancer notre économie et sans relance économique nous n’aurons pas de revenus pour nos braves populations ». Eddie Komboïgo invite le gouvernement à garantir la liberté syndicale aux travailleurs, à qui il a réaffirmé « son soutien indéfectible ».

Le nouveau patron de l’opposition a dans son discours de prise de fonction, lancé un appel au gouvernement à s’activer pour mettre fin au terrorisme en privilégiant le dialogue avec le camp adverse. Pour Eddie Komboïgo le peuple burkinabè est meurtri par les attaques terroristes qui endeuillent les familles parce que « nous entamons notre 6e année de guerre ». Pour ce faire, il demande et encourage le chef de l’État et le gouvernement  à aller vers des « solutions intelligentes  de la diplomatie» pour un retour de la paix au pays des hommes intègres. À l’en croire, la stabilité du pays ne rime pas avec l’insécurité, c’est pourquoi il est indispensable de combattre ce phénomène afin de restaurer la paix et la quiétude aux populations.

Le passage de témoin a connu la présence de nombreuses personnalités de la majorité, de l’opposition et des représentants du corps diplomatique. Eddie Komboïgo a rendu un hommage à son prédécesseur, Zéphirin Diabré qui a rejoint la majorité présidentielle et nommé ministre d’État chargé de la réconciliation nationale. « Je rends un hommage à Zéphirin Diabré parce que géré l’opposition ce n’est pas facile. La preuve est qu’il est allé à la majorité », a laissé entendre Eddie Komboïgo. Pour lui, l’opposition a un rôle majeur à jouer dans la consolidation de la démocratie parce que « sans l’opposition, il n’y aura pas de démocratie ».Pour une opposition solide capable de jouer sa partition en faveur de la bonne gouvernance, le nouveau chef de file de l’opposition prévoit la création d’un cadre de concertation. Ce cadre de concertation permettra à l’opposition d’apporter « sa contribution dans la construction de la nation ». Il a formulé à l’endroit de Zéphirin Diabré, ses vœux de « bon vent et de plein succès », à la tête du département de la réconciliation nationale.

www.libreinfo.net