Home Non classé Pèlerinage à Pô: l’ambiance des anciens compagnons de Sankara durant le trajet

Pèlerinage à Pô: l’ambiance des anciens compagnons de Sankara durant le trajet

2
0

Le comité international mémorial Thomas Sankara a organisé un pèlerinage des anciens à Pô. Le pèlerinage a eu lieu le mardi 13 octobre 2020 sous le thème « sur les traces de Sankara à Pô : à la découverte de l’histoire du CENEC ». Ce pèlerinage fait partie des activités commémoratives des 33 ans de l’assassinat du Président Thomas Sankara. L’ambiance du trajet Ouagadougou-Pô

Par Tatiana Kaboré, de retour de Pô

A bord de deux minibus de 35 places, les pèlerins ont quitté Ouagadougou aux environs de 07h 30. Ils étaient composés des anciens (compagnons militaires et civils de Thomas Sankara), des jeunes et es journalistes. Au nombre d’une vingtaine, les anciens compagnons de Sankara étaient en majorité vêtus de « Faso Dan Fani ». Parmi eux, des anciens commandos, des hauts commissaires, des adjudants chef, des colonels, etc.

Quant aux jeunes, ils sont vêtus de tee-shirt à l’effigie de Thomas Sankara. Les convois étaient escortés par deux cargos des forces de défense et de sécurité.

Durant le voyage, les anciens dans les échanges, remémoraient le parcours de Thomas Sankara. Certains tenaient des photos de lui et certains des commandos sous son commandement.

À l’entame du voyage, des consignes ont été données aux pèlerins dans les bus. Ce sont entre autres, se coucher en cas de danger ou d’attaque, la prudence pendant le voyage et le respect les consignes.

Selon Cyprien Nanema , Haut-commissaire à la retraite de 1984 à1987 sous Thomas Sankara, « ce pèlerinage va permettre de faire connaitre à la jeune génération, qui a été Thomas Sankara le militaire, jusqu’à l’homme d’Etat qu’il était. »

Pour Sayouba Sakandé, commerçant et ami de Thomas Sankara « les idéaux de Thomas sont mis en valeur par le nouveau gouvernement à travers le port du “faso dan fani” et le “consommons local”. » Concernant la devise « la patrie ou la mort nous vaincrons », M. Sakandé avoue qu’aujourd’hui, cette valeur n’existe plus car le burkinabè n’a plus de dignité.

« Les anciens choisis pour le pèlerinage, sont des compagnons de Sankara, qui sont des civils et militaires. Nous avons voulu que ce soit ceux avec qui,il a mis en place le Centre national d’entraînement commando (CENEC). C’est surtout ceux avec qui, Sankara a fait la guerre de Noël et dont il a dirigé les opérations sur le terrain, et à la suite desquelles, ils sont allés s’installer à Pô.», explique Serge Bayala, secrétaire permanent du mémorial international Thomas Sankara.

 Sur le Choix de Pô comme lieu de pèlerinage, M. Bayala du comité d’organisation estime que c’est “à Pô, que la révolution s’est murie, s’est poncée en théorie et c’est là-bas qu’elle s’est déployée en tant qu’action pour le pouvoir. Et c’est aussi une ville de référence que Sankara lui-même a mis en place pour former des commandos, des hauts hommes et femmes des rangs de l’armée pour notre pays”, dira-t-il. Selon lui, Pô est perçu comme « le sanctuaire de la révolution. »

www.libreinfo.net