Home A la une Pénurie d’eau à Houndé : deux mois sans une goutte d’eau dans les...

Pénurie d’eau à Houndé : deux mois sans une goutte d’eau dans les robinets

Pénurie d’eau à Houndé
Pénurie d'eau à Houndé

La province du Tuy, a tenu à Houndé, son cadre de concertation de l’année 2021 le 15 février 2021. La question d’eau a occupé une grande partie des débats, car plus de deux mois, la ville de Houndé vit des pénuries d’eau. 

Par Bassirou Badjo, correspondant Tuy

Alors que les populations de la ville de Houndé dans la province du Tuy semblaient faire le deuil des pénuries d’eau depuis 2017, une situation de plus en plus désagréable se présente. L’eau est redevenue une denrée rare depuis deux mois. Le problème se pose depuis décembre 2020 dans les secteurs 03, 04 et 05 de la ville. Une situation qui amène certains habitants malgré la distance, à prendre d’assaut le forage de la Mairie, à la recherche du liquide précieux.

En ville, la tension monte. Un groupe de femmes du quartier Koho au secteur 05 de Houndé, a manifesté samedi 20 février 2021 sur la route nationale numéro 1 (Ouagadougou-Bobo-Dioulasso), à proximité de l’entrée de la mine « Gold Opération » pour réclamer l’eau.

Lors des concertations provinciales de l’année 2021 le 15 février dernier, Moumouni Kaboré, chef d’agence de la station ONEA de Houndé, avait expliqué que les difficultés étaient essentiellement liées entre autres, « au relief défavorable à la distribution, l’installation anarchique de la population ainsi que sa croissance rapide et les mauvais débits des forages exploités. » Pour lui, le problème d’eau constaté dans la ville est en partie, lié à la panne d’un forage de 30 m3, la ville étant ravitaillée grâce à 8 forages actifs.

Pénurie d'eau à Houndé,les organisations de la société civile de Houndé réfléchissent sur la question.
Pénurie d’eau à Houndé,les organisations de la société civile de Houndé réfléchissent sur la question.

Les organisations de la société civile réunies au sein du conseil provincial des OSCs du Tuy au cours d’une rencontre le samedi 20 février 2021, ont prévu de rencontrer l’ONEA et la Mairie pour mieux comprendre la situation et envisager des solutions.

Gnodité Kambou, est président de l’association des techniciens industriels du Tuy. Convié à ladite rencontre pour partager son expérience, lui qui a travaillé avec le réseau depuis son installation en 1997. Pour lui, ” l’ONEA est à Houndé depuis de plus 10 ans. Malgré les investissements, la qualité des travaux laisse à désirer. C’est ce qui serait la cause des problèmes qui vit l’ONEA.”

Gnodité Kambou, est président de l'association des techniciens industriels du Tuy.
Gnodité Kambou, est président de l’association des techniciens industriels du Tuy.

Le principal problème soutient-il, est lié à la gestion des pannes qui sont enregistrés, mais surtout le manque de communication de la centrale des eaux. “Quand vous prenez le réseau de la gestion d’eau, les abonnés sont des clients et ils doivent être respectés. Quand vous posez la question aux gestionnaires des bornes fontaines, ils sont incapables de vous donner une réponse. » L’ONEA devait selon le technicien mettre à profit la radio locale de Houndé pour communiquer certaines informations importantes aux clients mais hélas, s’indigne M. Kambou.

“Ça fait environ deux mois pour certains quartiers et un pour d’autres, que des citoyens n’ont pas vu une seule goutte d’eau dans leur robinet. C’est une situation assez déconcertante et nous, en tant qu’acteurs de la société civile, avons voulu à travers cette rencontre, comprendre pourquoi cette pénurie. “, explique Gnihanlo Lanou, président du Conseil provincial des OSCs du Tuy.

Pénurie d’eau à Houndé: Gnihanlo Lanou, président du Conseil provincial des OSCs du Tuy.
Gnihanlo Lanou, président du Conseil provincial des OSCs du Tuy.

Ces organisations veulent apporter leur contribution en termes de propositions pour résorber le problème : “Quand vous n’avez pas assez d’eau, il est préférable de planifier la desserte. Cela peut amoindrir les souffrances des populations au lieu de les priver d’eau pendant des mois”, ajoute Gnianlo Lanou. Une autre solution que proposent les OSCs, est la réparation des pompes à motricité humaine (PMH).

L’accès à l’eau potable est un droit fondamental et les acteurs doivent activement s’investir pour soulager les populations la ville de Houndé.

www.libreinfo.net