Accueil Société Pénurie d’eau à Koudougou : excédées, des populations appellent à l’aide

Pénurie d’eau à Koudougou : excédées, des populations appellent à l’aide

A Koudougou, des habitants du secteur 10 se plaignent du manque d’eau dans leur robinet. Approchés, ils racontent leur calvaire qui dure depuis plusieurs mois.

Par Pacôme Zongo, Correspondant/Koudougou

La partie du secteur 10 en proie à ce calvaire est située derrière le collège d’enseignement général et  technique Sainte Monique. Là, les habitants disent devoir veiller toute la nuit pour espérer voir le liquide précieux couler de leur robinet. En général, semble-t-il, c’est entre 00 heure et quatre heures du matin que l’espoir trouve satisfaction.

Dans la famille Kaboré, l’on a gros sur le cœur en racontant le calvaire : « Cela fait deux mois que nous habitons la zone. Et pour dire vrai, aucune goutte d’eau dans la journée depuis que nous sommes là. L’on nous disait que cela est dû à la période d’intense chaleur (février- fin mai) ; et que passé cette période, tout rentrerait dans l’ordre. Mais regardez, nous sommes presqu’à la fin juin et la situation n’a vraiment pas évolué. Je veille pour espérer recueillir un peu d’eau, mais ce n’est pas toutes les nuits que j’arrive à en recueillir ».   

Confrontée à la même réalité, Justine Sawadogo, elle, préfère se rendre chez les revendeurs au niveau des bornes fontaines ; son robinet à la maison devenant encombrant, sinon inutile. « Avec cette situation, dit-elle, le seul endroit où l’on est sûr d’avoir de l’eau c’est à la fontaine ». Et d’ajouter, « Là-bas aussi, il faut de la patience parce qu’il y a beaucoup de personnes », avant d’enchainer, «  Nous perdons énormément de temps pour avoir de l’eau, et ça ne nous arrange pas du tout ; nous souffrons de cette histoire d’eau, nous sommes épuisés. Chaque année, c’est la même chose ».  

A la question de savoir pourquoi c’est seulement les habitants de cette partie du secteur 10 qui souffrent ainsi, il nous revient le plus souvent que cette difficulté d’accès à l’eau est liée à la situation géographique du quartier, car située en hauteur, sur une colline. Et la solution définitive proviendrait de la fixation d’un château d’eau sur cette colline.

Mais quelle alternative, avant ce château qui n’est pas certainement pas à portée de main, pour soulager les habitants de cette partie de la ville de Koudougou ? Une réponse urgemment concrète à cette question, voilà ce qu’espèrent ces habitants.

www.libreinfo.net