spot_img
spot_img

Burkina/Ouahigouya : Vente de poulets grillés, l’insécurité fait flamber les prix

Publié le : 

Publié le : 

La situation sécuritaire à Ouahigouya, chef-lieu de la région du Nord au Burkina Faso a des conséquences  sur tous les secteurs d’activités dont la vente des poulets grillés. Autrefois, l’activité était florissante mais actuellement  elle est au ralenti. Constat fait le lundi 28 août 2023.

Par Zakiss Ouédraogo, correspondant dans le Yatenga

A Ouahigouya, située à 182 kilomètres de Ouagadougou, la capitale, le prix du poulet dit «télévisé », flambé, rôti, sauté ou encore grillé connait une hausse. Il faut débourser entre 4000f, 5000f, 6000f et 7000f pour l’avoir dans son plat.

Benjamin Ouerma, un vendeur de poulets « télévisés »  explique que chez lui, le prix de la  volaille varie entre 5000 F.CFA et 6000 F.CFA.  Un coût  exorbitant qui, selon lui, fait que les clients deviennent rares.  En réalité, dit-il, le mal est plus profond. Il  indique que les grilleurs de poulets  sont confrontés à deux problèmes majeurs qui sont: la mévente et la pénurie de la volaille.

Benjamin Ouerma, un vendeur de poulets « télévisés »
Benjamin Ouerma, un vendeur de poulets « télévisés »

Tout en nous interpellant sur le sujet, il  nous invite à faire le constat avec lui: « Faites le constat vous-même, regardez… je n’ai pu acheter que quelques poulets pour aujourd’hui. Donc, je vends à la fois de la volaille et du poisson pour pouvoir m’en sortir ».

L’Insécurité : la cause

Pour Mohamed Dicko qui est un vendeur de la volaille, rien ne marche à cause de l’insécurité. Il dit s’être installé devant un maquis depuis plus de deux ans dans l’espoir de faire prospérer ses affaires mais au bout du rouleau « c’est toujours la mévente» se désole-t-il.

« Nous rencontrons d’énormes difficultés dans la vente et l’achat des poulets», Mohamed Dicko
« Nous rencontrons d’énormes difficultés dans la vente et l’achat des poulets», Mohamed Dicko

Dans ses explications, il pointe du doigt la situation sécuritaire : « Actuellement, la plupart de nos poulets sont vendus dans la ville de Ouahigouya parce que les villages dans lesquels on s’approvisionne sont devenus inaccessibles. »

Ainsi ses poulets ont changé de prix et coûtent désormais entre 5000 F.CFA et 6000 F.CFA . Mais, avant, se rappelle-t-il, «  je grillais mes poulets en grand nombre et à un prix de 3500 F.CFA au plus. » . Ce jeune homme dit griller les poulets sur commande afin d’échapper à la mévente.

Son collègue Benjamin Ouerma accuse aussi l’insécurité: « les villages dans lesquels je me ravitaillais, les poulets sont devenus rares du fait de l’insécurité dans la région du Nord. » explique notre interlocuteur

Abdoul Aziz Ouédraogo, fait partie de ces commerçants de volaille à Ouahigouya qui estime que les poulets coûtent chers et que les clients se plaignent chaque jour de ces prix élevés. En outre, argumente-t-il, si nous ne vendons pas à ces prix nous n’allons pas nous en sortir.

«Nous sommes conscients, explique-t-il, que les gens sont confrontés à plusieurs difficultés et qu’ils trouvent que ces prix ne sont pas à la portée de tous les citoyens. C’est vrai. »,reconnait le commerçant de volaille.

Seulement, il dit que l’une des raisons de la flambée des prix de la volaille est due au déguerpissement des villages aux alentours de Ouahigouya, chef-lieu de la province du Yatenga et de la région du Nord.

Abdoul Aziz Ouédraogo précise qu’à «Ouahigouya, les poulets n’ont plus de prix ; même à 7000f le poulet se vend à certains endroits. »

Lire aussi: Ouahigouya, l’accès aux terres cultivables, un véritable casse-tête pour les déplacées internes

www.libreinfo.net

Articles de la même rubrique

Burkina : Compte rendu du conseil des ministres du 24 juillet 2024

Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou, le mercredi 24 juillet 2024, en séance ordinaire, de 09 H 00 mn à 13 H...

Burkina : Le secteur du BTP engagé pour la souveraineté économique 

Le ministre des Infrastructures et du Désenclavement, Adama Luc Sorgho, accompagné de son collègue de l'Habitat et de l'Urbanisme, Mikaïlou Sidibé, a présidé le...

Burkina : création  d’une Commission pour  réguler les dysfonctionnements

(Ouagadougou, 24 juillet 2024). Le Président du Faso, Chef de l’Etat, le Capitaine Ibrahim TRAORE a présidé, ce mercredi, le Conseil des ministres. Selon...

Procès en appel de Vincent Dabilgou et autres : Le procureur général requiert 11 ans de prison contre l’ancien ministre

Le procureur général près la Cour d’appel de Ouagadougou a pris ses réquisitions contre les prévenus de l’affaire Vincent Dabilgou et autres. Il a...
spot_img

Autres articles

Burkina : Compte rendu du conseil des ministres du 24 juillet 2024

Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou, le mercredi 24 juillet 2024, en séance ordinaire, de 09 H 00 mn à 13 H...

Burkina : Le secteur du BTP engagé pour la souveraineté économique 

Le ministre des Infrastructures et du Désenclavement, Adama Luc Sorgho, accompagné de son collègue de l'Habitat et de l'Urbanisme, Mikaïlou Sidibé, a présidé le...

Burkina : création  d’une Commission pour  réguler les dysfonctionnements

(Ouagadougou, 24 juillet 2024). Le Président du Faso, Chef de l’Etat, le Capitaine Ibrahim TRAORE a présidé, ce mercredi, le Conseil des ministres. Selon...

Procès en appel de Vincent Dabilgou et autres : Le procureur général requiert 11 ans de prison contre l’ancien ministre

Le procureur général près la Cour d’appel de Ouagadougou a pris ses réquisitions contre les prévenus de l’affaire Vincent Dabilgou et autres. Il a...