spot_img
spot_img

Préparatifs du nouvel an à Ouagadougou: la pénurie du carburant plombe les activités commerciales

Publié le : 

Publié le : 

Les commerces sont toujours au ralenti à la veille de la célébration du nouvel an dans les points de vente de produits. A Ouagadougou, la capitale burkinabè, pris entre le manque d’essence et la morosité du marché, les commerçants ne savent plus à quel saint se vouer.

Par Youmanli Joël Thiombiano

La fête du Nouvel An est un cérémonial coutumier au Burkina Faso. Cette période est habituellement marquée par des changements dans l’habillement et la restauration chez les consommateurs. De nombreux produits trouvent facilement preneurs en cette période de l’année.

Cependant, ces dernières années au Burkina, avec l’avènement de l’insécurité, le secteur du commerce subit de plein fouet les retombées de cette crise. Si pour les uns le marché était déjà difficile, avec la récente pénurie, voire le manque d’essence ces derniers jours de l’année 2022, tout se complique davantage.

M. Seydou Ouédraogo, vendeur de vêtements pour femmes, est d’avis que le marché, précédemment excellent s’est affaibli aujourd’hui à cause de cette rupture d’essence : « Le marché allait un peu. Mais à cause du manque d’essence, les clients ne viennent plus. Mes clients qui sont à la Patte d’Oie, à Bonheur Ville et à Pissy qui devraient venir vers moi, ne peuvent plus le faire. Moi également, je ne peux pas livrer car c’est le même problème ».

M. Seydou Ouédraogo
M. Seydou Ouédraogo, vendeur de vêtements pour femmes

S’étant approvisionné depuis Lomé, M. Ouédraogo a dit que les prix ont flambé ces derniers temps. Ces circonstances l’ont conduit à utiliser son bénéfice pour financer le transport de ses marchandises.

« À Lomé, a expliqué M. Ouédraogo, les prix des marchandises ont augmenté. Même les pantalons modèle Jeans revendus 5000 F.CFA l’unité à Ouaga, on les achète à 4500 F. CFA aujourd’hui à Lomé. C’est sur les 500 F.CFA donc que nous devons payer le transport. Actuellement, c’est un peu compliqué…» a-t-il conclu.

M. André Naboulou, commerçant de chaussures aux alentours de la clinique de santé Notre Dame de la Paix dans le quartier Somggandé, estime que tout se passe bien malgré le ralentissement des ventes.

« Le marché de cette année est un peu difficile, dit M. Naboulou. Nous discutons beaucoup avec les clients mais on ne se plaint pas » a-t-il indiqué.

M. André Naboulou
M. André Naboulou, commerçant de chaussures aux alentours de la clinique de santé Notre Dame de la Paix dans le quartier Somggandé

Sur la question des prix, M. Naboulou a affirmé que les prix ont grimpé ou sont restés constants.

« Tout dépend de la qualité ou de la nouveauté. C’est en fonction de cela aussi que nous prenons ce que nous proposons à nos clients » a expliqué M. André Naboulou.

Quant à Mme Zalissa Compaoré, vendeuse de mèches de cheveux, elle se lamente en déclarant que le marché est catastrophique. Prise entre payer les impôts et s’acquitter du loyer, elle dit ne plus savoir que faire. Vendant autrefois plus d’objets qu’actuellement, elle dit espérer qu’avec la fin du terrorisme tout rentrera dans l’ordre.

Mme Zalissa Compaoré
Mme Zalissa Compaoré, vendeuse de mèches de cheveux

« Il n’y a pas de marché. Depuis 20 ans que je suis dans le domaine, si ce n’est pas cette année, je n’ai jamais été confrontée à une telle situation. Depuis ce matin, je n’ai vendu que pour 4500 F. CFA.

« La situation du pays nous met en difficulté, déplore Mme Compaoré. « Pas de joie, pas d’argent. Nous ne vendons pas, nous voulons payer l’argent de location des magasins, des impôts et prendre soin de nous et de nos enfants » se lamente-t-elle.

S’agissant des prix, Mme Compaoré a affirmé que les produits avaient connu des hausses de 250F.CFA à 500 F.CFA, soit l’équivalent des bénéfices attendus.

« Pour ce qui est de la disponibilité des marchandises, nous en avons pris assez au grand marché. Sauf que les prix ont augmenté de 250 F.CFA à 500 F.CFA. Ça fait que c’est délicat dans la vente» a-t-elle conclu tout en pointant du doigt la montée en puissance des escrocs dans le domaine.

Mme Azara Ouédraogo, vendeuse de pagnes et de produits de beauté, pour sa part, estime que la chute libre du marché n’a plus de limite. Écoulant auparavant plus de 100 000 F CFA par jour de produits, aujourd’hui elle se contente du peu qu’elle parvient à écouler.

Elle poursuit : « Cette année, il n’y a pas de marché. Maintenant même, obtenir 50 000 F.CFA en une journée, c’est impossible. A cause de la pénurie d’essence, c’est devenu le chaos. En plus de cela, s’ajoute la situation sécuritaire».

Mme Ouédraogo s’est également plainte : « Tous les produits sont devenus chers y compris les produits alimentaires. Avant, la quiétude régnait dans les villages, ce qui nous permettait de bien vendre. Mais ce n’est plus le cas maintenant. »

Tous ces commerçants rencontrés ont souhaité que l’année 2023 soit celle de la paix et de la fin du terrorisme.

Lire aussi: Ouagadougou : Commerçants de volaille, de produits alimentaires et des couturiers tous prêts pour la fête de Noël!

www.libreinfo.net

- Advertisement -

Articles de la même rubrique

Présidence du Faso: création d’un comité anticorruption

Le Président du Faso, le capitaine Ibrahim Traoré a reçu ce mardi 16 juillet 2024 des mains de son directeur de cabinet et plusieurs...

Prise en charge des personnes déplacées internes au Burkina : 5,2 milliards de FCFA pour la construction de 1 000 logements

Le gouvernement burkinabè a lancé ce 12 juillet 2024, à Nagréongo dans la région du Plateau Central, un projet de réalisation de 1000 logements....

Burkina: Oméga Médias condamne «l’enlèvement» de Alain Alain

Dans un communiqué, la Direction générale de Oméga Médias informe de «l’enlèvement» de son journaliste Alain Alain au petit matin de ce 13 juillet...

Burkina/Éducation: «il y aurait un début de formation militaire, civique et patriotique au primaire», Président Ibrahim Traoré

Le président du Faso Ibrahim Traoré a annoncé jeudi lors d'une rencontre avec les forces vives de la nation, une insertion de la formation...

[Interview] : «L’impact de la crise sécuritaire sur les femmes minières est palpable »Lucie Kabré, présidente de l’AFEMIB

L' Association des femmes du secteur minier du Burkina (AFEMIB) œuvre pour la promotion du genre dans le secteur minier. Le 15 juin 2024,...
spot_img

Autres articles

Burkina/Mines : Asara Resources cède deux projets aurifères à BIC West Africa

Le 15 juillet 2024, la société Asara Resources, spécialisée  dans l'exploitation d’or en Afrique de l'Ouest, a publié un document dans lequel elle a...

Croissance économique du Burkina:  augmenter la productivité agricole

La Banque mondiale a publié deux rapports, en lien avec l'économie burkinabè, où  elle a formulé aussi des recommandations pour mieux orienter la croissance...

Burkina : l’École primaire de Doudoulcy célèbre l’excellence

L’École primaire de Doudoulcy, dans la commune rurale de Didyr, province du Sanguié, région du Centre-Ouest du Burkina a célébré pour la première fois,...

Présidence du Faso: création d’un comité anticorruption

Le Président du Faso, le capitaine Ibrahim Traoré a reçu ce mardi 16 juillet 2024 des mains de son directeur de cabinet et plusieurs...

Football : Kylian Mbappé dépose ses crampons au Real Madrid 

Kylian Mbappé a été présenté officiellement au Real Madrid ce mardi 16 juillet 2024 au Stade Santiago Bernabeu plein à craquer avec ses 80...